Survivre au rythme de la LNH

Le défenseur Mikhail Sergachev (22), qui surveille ici... (Archives La Presse, Bernard Brault)

Agrandir

Le défenseur Mikhail Sergachev (22), qui surveille ici Matt Puempel lors d'un match préparatoire en septembre, a connu un baptême du feu difficile jeudi à Buffalo.

Archives La Presse, Bernard Brault

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Ottawa) Pas facile pour un défenseur de se faire une place dans la LNH à 18 ans. Et les deux derniers jours de Mikhail Sergachev constituent un bon rappel en ce sens.

Vanté depuis le début du camp, Sergachev a eu droit à un dur retour à la réalité, vendredi à l'entraînement du Canadien. Après avoir connu quelques difficultés à Buffalo jeudi, il s'est retrouvé au sein du quatrième duo de défenseurs, avec Zach Redmond. C'est un indice du sort qui pourrait attendre le Russe si Jeff Petry peut revenir au jeu samedi contre les Sénateurs.

Au cours des 20 dernières années, seulement deux défenseurs ont joué plus de 40 matchs dans la LNH à 18 ans, selon les données du site Hockey-Reference : l'exceptionnel Aaron Ekblad (Floride, 2014-2015) et Zach Bogosian (Atlanta, 2008-2009). Therrien a d'ailleurs rappelé vendredi les nombreux apprentissages qui attendent Sergachev dans le circuit Bettman.

«Il a joué son premier match. Maintenant, il sait c'est quoi, le rythme de la LNH. Le fait d'être entouré d'une équipe de la Ligue nationale, de voir comment ça se déroule. Jean-Jacques [Daigneault] a passé du temps avec lui ce matin pour regarder ses présences, pour lui montrer où il doit s'améliorer. Ça fait partie du processus pour un jeune.»

L'expérience de Karlsson

Dans le vestiaire des Sénateurs, Thomas Chabot attend toujours de disputer son premier match de la saison. Ça n'aura pas lieu samedi, a confirmé son entraîneur-chef Guy Boucher. Comme Sergachev, le défenseur de Sainte-Marie de Beauce est toujours d'âge junior (19 ans). S'il ne peut pas rester dans la LNH pour la saison, le choix de premier tour (18e au total) devra retourner dans la LHJMQ.

Dans ce même vestiaire, il y a aussi un certain Erik Karlsson, qui a fait ses premiers pas dans la LNH à 19 ans. C'était en 2009-2010, un an après avoir été repêché au 15e rang par les Sénateurs. Cette année-là, il avait amassé 26 points en 60 matchs, avant de se développer comme peut-être le meilleur défenseur offensif au monde.

Qu'y a-t-il de si difficile pour un défenseur d'âge junior dans la LNH? «La marche est haute», a estimé Karlsson, qui avait pourtant joué au niveau professionnel en Suède. «Quand tu es jeune, tu dois réaliser qu'il y a des choses que tu ne pourras pas faire aussi bien que tu le souhaiterais. L'idée est de ne pas précipiter les choses. Dans le junior, tu es une vedette, tu peux faire certaines choses. Puis, tu arrives ici, tu en es incapable, même si tu as la volonté. Ça peut être frustrant. Mais si tu es prêt à prendre le temps de franchir cette étape, ça ira.»

Apprendre à se protéger

L'autre apprentissage que Sergachev fait à la dure, c'est de se protéger. Max Pacioretty venait tout juste de fêter son 20e anniversaire quand il a donné ses premiers coups de patin dans la LNH en saison. Le commentaire qui revenait constamment dans son cas était son incapacité à se protéger des adversaires mal intentionnés. 

«Je sais que je me faisais beaucoup frapper», se souvient le capitaine du Canadien. «C'est évident qu'en passant du junior au professionnel, tu affrontes des hommes et les adversaires sont plus gros. Mais tu dois surtout apprendre à éviter la grosse mise en échec. Ta grosseur importe peu, tu dois comprendre le jeu. Et tu ne peux pas comprendre ce qu'est le hockey professionnel tant que tu n'y as pas joué.»

Sergachev est-il vulnérable sur la patinoire, comme pouvait l'être Pacioretty à une autre époque? Therrien assure que non. «Je n'ai pas senti ça. [...] J'ai trouvé qu'il devait s'habituer au rythme de la Ligue nationale. C'est un rythme très élevé. Le camp, c'est à un niveau. En saison, c'est à un niveau. Aux Fêtes, c'est encore à un autre niveau et en séries, c'est pas mal à 100 %. C'est une question de s'adapter au rythme devant toi.»

Price, c'est juste une grippe...

Après les événements de la dernière saison, toute absence de Carey Price est accueillie par des soupçons. Et le virus qui le terrasse depuis le début de la semaine laisse bien des gens sceptiques. Le Canadien a pris les grands moyens, vendredi, en donnant plus de détails qu'à l'habitude sur l'état de santé de son gardien, qui manquera à l'appel contre les Sénateurs, samedi. «Symptômes sévères de grippe, fièvre, sous antibiotiques, au repos chez lui, condition évaluée quotidiennement par Dr Mulder», a écrit l'équipe sur Twitter. Price n'est pas le premier cas de virus annoncé par le CH cet automne. «On a pris beaucoup de précautions», a assuré Michel Therrien. «On a fait nettoyer nos emplacements. On veut s'assurer que ça ne se transmette pas trop.»

Par ailleurs, comme le défenseur Jeff Petry sera vraisemblablement retiré de la liste des blessés, l'attaquant Sven Andrighetto a été soumis au ballottage. S'il n'est pas réclamé avant midi, il devrait être cédé aux IceCaps de St. John's. «Il y a un groupe de joueurs qui bataillait pour les mêmes positions», a rappelé Therrien. Daniel Carr, Phillip Danault, Paul Byron vont bien. Lehkonen rentre comme nouveau joueur, on est très satisfaits de lui.»

NASHVILLE, TN - OCTOBER 14: Newly acquired P.K.... (AFP, Sanford Myers) - image 3.0

Agrandir

NASHVILLE, TN - OCTOBER 14: Newly acquired P.K. Subban #76 of the Nashville Predators fires a blast that would find the net for a power play goal against the Chicago Blackhawks at Bridgestone Arena on October 14, 2016 in Nashville, Tennessee. Sanford Myers/Getty Images/AFP

AFP, Sanford Myers

P.K. marque dès le départ

P.K. Subban a marqué son premier but de la saison à son premier match dans son nouveau domicile et les Predators de Nashville en ont profité pour battre les Blackhawks de Chicago 3-2, vendredi. Subban a créé l'égalité 1-1 en touchant la cible grâce à un boulet de la ligne bleue en avantage numérique. L'ancien défenseur du Canadien a terminé sa soirée de travail avec un différentiel de - 1. Roman Josi et Mike Fischer, tous les deux avec l'avantage d'un homme, ont complété la marque pour les Predators. Marcus Kruger et Niklas Hjalmarsson ont donné la réplique pour les Blackhawks, qui ont perdu leurs deux premiers matchs de la campagne, eux qui alignent six recrues. Les Blackhawks ont accordé six buts en infériorité numérique jusqu'ici cette année.  AP 

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer