Le CH amélioré, estime Desharnais

David Desharnais célébre un but avec P.K. Subban.... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

David Desharnais célébre un but avec P.K. Subban. Selon l'attaquant de Laurier-Station, le Canadien est meilleur depuis qu'il a échangé le flamboyant défenseur aux Predators de Nashville en échange de Shea Weber.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Selon David Desharnais, le Canadien est meilleur avec Shea Weber qu'avec P.K. Subban.

«Suby est un gars qui prend énormément de temps de jeu, un excellent joueur. En retour, fallait avoir un gars capable de faire le même travail! Je pense que Weber est un des meilleurs dans son domaine, alors oui, je pense qu'on s'est amélioré», a analysé le 51 du CH, mardi, en marge de la conférence de presse du Boot Camp.

Même s'il ne lui a pas encore parlé depuis la transaction, Desharnais connaît déjà Weber. Et pas juste sur la glace. Les deux s'étaient retrouvés à l'enterrement de vie de garçon de Josh Gorges, il y a quelques années.

Outre Weber, le vestiaire du Centre Bell accueillera deux autres nouveaux visages importants en Alexander Radulov et Andrew Shaw. Ce qui n'est «pas tant que ça non plus» comme changements, selon Desharnais.

«Ça va nous aider dans la chambre à devenir encore plus une équipe. Seul le temps va nous dire si la chimie va pogner, mais le noyau est encore là et je suis sûr que les nouvelles additions vont super bien se greffer», croit-il.

«Je vais être correct!»

Quant à son statut au sein de l'équipe, il s'attend à pivoter le troisième trio, comme l'an passé. «En fait, chaque année c'est la même question, on ne sait jamais si ça va être correct. Ce sera ma septième saison et je pense que je vais être correct!»

«J'ai été sur la première ligne, j'ai été sur la deuxième, la troisième et je vais commencer probablement sur la troisième. J'ai adoré mon rôle l'an passé, au début de l'année on s'entend, peut-être pas après... Mais je vais dans le même sens. Il y a de la profondeur dans l'équipe et c'est parfait comme ça.»

Natif de Laurier-Station et résident de Québec durant la saison morte, Desharnais estime que les étés au Québec ne s'avèrent pas vraiment plus difficiles pour un joueur du Canadien après une saison d'insuccès.

«Les gens sont passionnés et aiment nous parler autant quand on perd que quand on gagne. C'est sûr qu'on a moins de réponses quand on perd, mais les gens comprennent que ce sont des longues saisons, qu'il peut arriver n'importe quoi et qu'on va se reprendre l'année prochaine.»

Desharnais fait partie des quelques joueurs qui ont disputé chacune des cinq présentations du Boot Camp, avec Jonathan Marchessault (Floride), Mikhail Grigorenko (Colorado) et Ryan Spooner (Boston). 

Cette fin de semaine, quatre autres joueurs de l'organisation du Canadien seront au rendez-vous : Mark Barberio, Philippe Danault, Nikita Scherback et Simon Bourque.

Comme recrues notables au Boot Camp cette année, on note Claude Giroux (Philadelphie), qui s'est laissé convaincre par son coéquipier des Flyers Sean Couturier, et Antoine Vermette (joueur autonome).

«Weber va devenir un chouchou des partisans»

Le défenseur du Canadien Mark Barberio... (Photothèque Le Soleil) - image 3.0

Agrandir

Le défenseur du Canadien Mark Barberio

Photothèque Le Soleil

Selon Mark Barberio, «Shea Weber va devenir un chouchou des partisans du Canadien assez vite». Le défenseur du CH se dit «vraiment excité» de l'arrivée de Weber à la ligne bleue montréalaise. «On a perdu un joueur avec beaucoup de talent et les partisans gardaient une grosse place dans leur coeur pour P.K., mais Weber adopte un style de jeu pas mal robuste. Et son tir de la pointe est pas pire non plus!» lance-t-il, sourire en coin. Fort d'un nouveau contrat de deux ans à un seul volet (LNH), son objectif est d'obtenir une place avec le grand club dès l'ouverture du calendrier régulier, le 13 octobre. Même avec juste 30 matchs dans le gilet tricolore la saison passée, Barberio commence à se faire reconnaître. Dimanche, à Osheaga, un partisan lui a demandé une photo. «Quand j'étais plus jeune et que je voyais un joueur du Canadien, c'était quelque chose de spécial, alors ça me fait plaisir. Mais je reste encore sous le radar», dit le natif de Kirkland, dans l'ouest de l'île de Montréal, et résident de Québec depuis trois étés.

Une place au soleil de la Floride

Jonathan Marchessault croit mériter sa place sous le soleil de la LNH en Floride. Mais après avoir regardé trop de matchs des estrades «quand je savais que je méritais d'être sur la glace» avec le Lightning de Tampa, l'attaquant de Cap-Rouge a traversé la péninsule pour s'enrôler chez les Panthers de la Floride. «Ç'a été difficile de quitter Tampa, où j'ai joué durant un an et demi. Mais des fois, tu dois penser à toi même, regarder là où les ouvertures sont meilleures pour ta carrière», affirme Marchessault, se disant fébrile de patiner dans un nouvel uniforme. Il s'installera à Sunrise dès le début de septembre, trois semaines avant le camp d'entraînement. Il est déjà en contact avec les défenseurs Jason Demers et Keith Yandle, deux autres nouveaux visages chez les Panthers.

Partager

À lire aussi

  • Le Tricolore, une option pour Vermette

    Hockey

    Le Tricolore, une option pour Vermette

    «Il peut signer à Montréal! Je me suis fait promener à l'aile et ça me ferait plaisir de jouer avec Antoine. S'il prenait ma place, je m'en... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer