Radulov, à la conquête de la LNH

Alexander Radulov dans l'uniforme du Salavat Yulaev Ufa... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Alexander Radulov dans l'uniforme du Salavat Yulaev Ufa en mars 2012, une des deux équipes avec le CSKA Moscou pour lesquelles il a joué dans la KHL.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Montréal) Quatre fois meilleur marqueur de sa ligue. Cinq fois parmi les quatre meilleurs marqueurs de la KHL au cours des six dernières saisons. La seule fois où on ne le retrouve pas dans le quatuor de tête (2013-2014), c'est qu'il ne dispute que 34 matchs. Même pendant son court séjour dans la Ligue américaine, il cumule 18 points en 11 matchs. Alexander Radulov a dominé partout où il est passé. Lui reste à conquérir la LNH.

C'était le 29 avril 2012. Les Predators de Nashville sont à Glendale pour le deuxième match de leur série contre les Coyotes de Phoenix.

Alexander Radulov offre une performance épouvantable, soulignée à gros traits par l'analyste Keith Jones sur les ondes de NBCSN au deuxième entracte. Les Predators perdent alors 4-2 dans le match, 1-0 dans la série. «Regardez son échec avant. Formidable. Je suis surpris qu'il puisse veiller aussi tard.»

«Il est probablement le pire joueur des Predators», ajoute Jeremy Roenick, à ses côtés.

Jones et Roenick, visiblement, savent ce que tout le monde du hockey et des médias sait: Radulov et Andrei Kostitsyn ont ignoré - oublié? - le couvre-feu la veille. Ils sont partis à l'aventure à Scottsdale, une banlieue festive située à 30 bonnes minutes de route de Glendale.

«Ils sont sortis dans le même bar que tous les membres des médias», explique un homme de hockey qui était avec les Predators lors des deux séjours de Radulov à Nashville. «Ce n'était pas très intelligent.»

Radulov est suspendu par son équipe pour les deux matchs suivants. Il est réintégré pour le cinquième match, mais les Predators perdent et sont éliminés. C'est son dernier match dans la LNH.

Que s'est-il passé pour que le prometteur attaquant en arrive là? Et surtout, a-t-il assez changé depuis?

Citoyen modèle

Éric Lavigne est entraîneur-chef des Remparts de Québec à l'été 2004 quand un jeune homme de 18 ans, fraîchement débarqué de Russie, se joint à son équipe. Radulov vient d'être sélectionné au 15e rang par les Predators au repêchage de la LNH.

«Il ne parlait pas vraiment anglais, mais il s'est vite intégré à la gang. Il ne connaissait personne, mais il a fait sa place par sa personnalité.»

Il conclut sa première saison avec 75 points en 65 matchs. Son talent, son acharnement et sa personnalité font vite de lui un coéquipier adulé.

«Après les entraînements, c'était drôle de le voir garder le gardien réserviste 30-40 minutes sur la patinoire, pour pratiquer ses tirs et ses feintes, raconte Martin Laperrière, qui se joint aux Remparts en 2005-2006 en tant qu'adjoint au nouvel entraîneur-chef, Patrick Roy. Je ne l'ai jamais vu manquer son coup en tirs de barrage. Dans le vestiaire, ça se ressentait. Quand t'as un cheval comme ça, les gars en prennent soin.

On le décrit aussi comme un hyperactif. «Il avait toujours hâte de sauter sur la patinoire, poursuit Laperrière. Sur le banc, il ne tenait pas en place.»

«Il ne dormait pas beaucoup la nuit, mais il arrivait plein d'énergie le lendemain matin, se rappelle le gardien Cédrick Desjardins, qui a gagné la Coupe Memorial avec Radulov en 2006. Il voulait toujours jouer, comme un enfant.»

Le paria

Au gré des témoignages, une réalité frappe : l'adolescent attachant et fougueux de Québec semble s'être volatilisé à Nashville. Après ses deux premières saisons au Tennessee, direction Russie. Il lève les feutres à l'été 2008, en plein milieu de son contrat de recrue. Les Predators le suspendent.

Et à son retour, en fin de saison 2012, il y a l'incident du couvre-feu, qui mène Shea Weber, alors capitaine des Predators, à déclarer qu'il s'est senti «trahi» par son coéquipier.

«Beaucoup d'habiletés, beaucoup d'entretien [high maintenance], dit notre homme de hockey anciennement des Predators. Il avait de la difficulté à se mêler à ses coéquipiers, qui le percevaient comme un joueur égoïste.»

Des gens de l'organisation se demandent même s'il ne souffre pas d'un déficit d'attention. Déjà à Québec, il y avait des indices. «Parfois, j'arrêtais mes explications pour l'enligner du regard», raconte Lavigne.

Son côté hyperactif, bien perçu à Québec, ressort encore à Nashville. «L'entraîneur parlait au tableau, lui jouait avec une rondelle, était distrait, explique notre source. Il n'était pas capable de rester en place une minute. Je ne sais pas s'il avait un problème diagnostiqué, mais en l'observant, ça ressemblait beaucoup à ça.»

Retour au sommet

De retour dans la KHL, il se joint au CSKA Moscou, où il termine premier compteur de l'équipe dans trois de ses quatre saisons. On le nomme même capitaine. Aux Jeux de Sotchi, il est le moteur de l'attaque russe.

«C'est à son honneur d'avoir dominé dans la KHL, croit Francis Paré, un rare Québécois à avoir joué en KHL, qui a affronté Radulov de 2013 à 2016. Il aurait pu s'asseoir sur ses lauriers, mais il a travaillé fort. C'est un gamer. Dans les grosses games, c'est impossible de lui enlever la rondelle et quand il la perd, il saute dessus comme un chien.»

Paré ne l'a jamais eu comme coéquipier, mais la réputation de Radulov au pays de Tolstoï est visiblement réhabilitée.

«C'est un gars qui parle beaucoup. Il est plus fort physiquement, il a plus de talent que tout le monde. Ça dérange beaucoup d'adversaires, note Paré. Mais quand je demande à des Russes, ses anciens coéquipiers ont vraiment tripé. C'était un de leurs coéquipiers préférés.»

En fait, son talon d'Achille semble être entre les deux oreilles. «Le seul moyen de l'arrêter, c'est de lui faire perdre la tête, analyse Paré. C'est un gars très, très émotif, mais 90 % du temps, il s'en sert à bon escient. Mais Sidney Crosby perd aussi la tête parfois!»

Un pari jouable?

C'est un Radulov repentant qu'on a entendu vendredi, en conférence téléphonique. Il a reconnu ses erreurs passées. Est-ce la paternité qui l'a à ce point changé? «Je dois mener une vie exemplaire, car quand mon enfant sera plus vieux, il va regarder son père et voudra faire la même chose», a-t-il dit.

Les plus optimistes y verront donc une crise d'adolescence tardive. Cet épisode étant terminé, il se retrouvera dans des conditions gagnantes, encadré dans un environnement sain avec Weber et son compatriote russe Andrei Markov.

Éric Lavigne souscrit à cette théorie. «Il avait 22-23 ans et les poches pleines, rappelle Lavigne. Et j'ai toujours cru que chez les professionnels, ce n'est pas le coach qui impose le couvre-feu, c'est la femme! Quand je voyais hier [vendredi] qu'il s'en venait à Montréal avec sa famille, je me suis dit qu'il connaîtra une super année. Je l'ai écouté parler, j'ai le feeling qu'il a gagné en maturité. Il les a faites, ses folies de jeunesse.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer