Barberio veut juste sa chance

Le défenseur Mark Barberio espère recevoir un signe... (Archives La Presse)

Agrandir

Le défenseur Mark Barberio espère recevoir un signe du dg Marc Bergevin pour poursuivre sa carrière avec le Canadien.

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Montréal) Tout ce que Mark Barberio désire, c'est que le Canadien lui accorde une nouvelle chance la saison prochaine. Reste à voir si l'intérêt sera mutuel ou non.

La saison du Canadien a pris fin le 9 avril, mais pour Barberio, elle s'est achevée avant ça, plus précisément le 16 mars à Buffalo, lors de la première période d'un match contre les Sabres. Pour le défenseur de 26 ans, la saison a pris fin sur une commotion cérébrale.

C'est arrivé lors d'un jeu anodin, que Barberio a probablement dû exécuter des centaines de fois auparavant. Pas de chance, il est entré en contact avec Zemgus Girgensons, un attaquant des Sabres. Sa tête, penchée vers l'avant, a encaissé la presque totalité du choc. «Je tentais d'appuyer l'attaque, c'est un jeu qui arrive souvent», résume-t-il, en entrevue téléphonique.

Plus lui-même

C'est en voulant détacher ses patins une fois rentré au vestiaire, après la fin de la première période, que Barberio s'est rendu compte que ça n'allait plus du tout. «J'ai tout de suite senti une grosse pression à la tête», explique-t-il. «Je savais qu'il y avait quelque chose de pas correct. Le docteur là-bas à Buffalo est venu me voir, et il m'a dit : "Non, tu ne peux pas continuer"»

«Les jours qui ont suivi, je n'étais plus moi-même, je pouvais le sentir. Je me sentais lent, tout était lent. Je devenais sensible au bruit, aussi à la lumière. Je ne connaissais pas ça, les commotions cérébrales. C'est la première de toute ma vie.»

Reste à voir ce que cette blessure va faire au futur immédiat de Barberio, qui est sans contrat en vue de la prochaine saison. Il est le premier à le reconnaître : il s'agit d'une blessure qui est arrivée à un bien mauvais moment, surtout pour lui, qui tentait de faire sa place à ce moment-là à la ligne bleue montréalaise.

«C'est mal tombé, c'est sûr. L'entraîneur me donnait de plus en plus de temps de jeu, plus de responsabilités aussi. Tout ce que je voulais pour finir la saison, c'était une chance de faire mes preuves. J'avais cette chance, je me suis même retrouvé à jouer avec Andrei Markov sur le premier duo défensif. C'est vraiment mal tombé...»

La suite des choses, Barberio l'ignore. Celui qui pourrait devenir joueur autonome avec restriction cet été dit ne pas savoir si son agent a eu des discussions avec le directeur général Marc Bergevin - «Il est encore tôt» -, mais il souhaite être de retour dans la formation montréalaise en octobre.

Symptômes disparus

À cet effet, Barberio compte reprendre le collier à la mi-mai, mais il n'a toujours pas reçu le feu vert pour renouer avec l'entraînement sur patins. Il doit d'ailleurs rendre visite à un spécialiste à Montréal au cours des prochains jours, et il espère de bonnes nouvelles quant à son état de santé.

«Je n'ai pas le feu vert avant tout par précaution, je pense... Je vais mieux, les symptômes de commotion cérébrale ont disparu. Je vis une vie normale en ce moment, je m'offre un peu de repos, ce que j'aurais fait de toute façon après la saison. Je suis redevenu moi-même.»

En attendant, le défenseur québécois repêché en sixième ronde (152e au total) par le Lightining de Tampas Bay en 2008 souhaite qu'on lui accorde une nouvelle chance au Centre Bell, lui qui a conclu 2015-2016 avec 10 points en 30 rencontres. «Je veux revenir et je pense que le Canadien veut aussi que je revienne, mais c'est le hockey, alors tout peut arriver, prend-il soin de préciser. Je crois que je mérite une chance pour essayer de décrocher un poste au sein de l'équipe. Mon équipe, c'est le Canadien, et je veux être de retour la saison prochaine.»

Lehkonen ne dérougit pas

Artturi Lehkonen... (La Presse, Olivier Pontbriand) - image 3.0

Agrandir

Artturi Lehkonen

La Presse, Olivier Pontbriand

Le choix de deuxième tour du Canadien en 2013, Artturi Lehkonen, ne dérougit pas dans la Ligue d'élite de Suède. Son équipe, Frolunda, mène désormais le club de Skelleftea 2-1 en finale. Et Lehkonen, 20 ans, se classe au premier rang des compteurs en séries éliminatoires avec 15 points, dont 9 buts, en 14 matchs. Il domine aussi le top 15 des compteurs avec deux buts gagnants, une fiche de + 9 et 26 mises en échec. Lehkonen parvient à dominer ainsi malgré un temps d'utilisation de seulement 16 minutes, le plus bas total parmi les 10 premiers compteurs en séries. 

Catastrophe pour les diffuseurs

L'absence du Canadien et des autres équipes canadiennes en séries éliminatoires de la Ligue nationale de hockey est catastrophique pour les diffuseurs. Après 20 matchs, la moyenne d'auditoire se situait à environ 513 000 téléspectateurs par rencontre sur CBC et Sportsnet, comparativement à 1,3 million l'an dernier avec la présence du Canadien, des Flames de Calgary, des Sénateurs d'Ottawa et des Canucks de Vancouver. Il s'agit d'une chute dramatique de 61 %.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer