Un câlin et plein de questions

À son meilleur devant les caméras, P.K. Subban... (La Presse Canadienne, Paul Chiasson)

Agrandir

À son meilleur devant les caméras, P.K. Subban a voulu démontrer tout son amour pour son capitaine Max Pacioretty lors de la journée des adieux du Canadien à Brossard, lundi.

La Presse Canadienne, Paul Chiasson

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Montréal) Quand Marc Bergevin en est à répondre à des questions lui demandant s'il songe ou non à échanger P.K. Subban, c'est qu'il y a certainement un malaise perçu par plus d'un observateur.

C'est pourtant ce qu'a eu à faire le directeur général du Canadien, lundi, lors du bilan de la saison à Brossard.

Alors, Marc Bergevin, P.K. Subban est-il un intouchable au sein de la formation?

«Wayne Gretzky a été échangé. Est-ce que j'essaie d'échanger Subban, Price? Non. Pacioretty? Non. Est-ce mon travail d'améliorer mon équipe? Oui. Pour échanger ces joueurs, ça prend quelque chose de très spécial. En tant qu'homme de hockey, je dois regarder mes options et si je ne les regarde pas, je ne fais pas mon travail.»

Ainsi, il y a eu des dizaines et des dizaines de questions sur la relation entre P.K. Subban et ses coéquipiers. Chacun sera libre d'interpréter les réponses - voire les câlins. Soit on a vanté Subban, comme l'a fait Brendan Gallagher, soit on a contourné habilement la question, comme l'a fait Tomas Plekanec.

Par contre, c'est un peu plus limpide en ce qui concerne la relation entre Subban et l'entraîneur-chef Michel Therrien : ce ne sont pas les plus grands amis du monde. Mais c'est parfaitement assumé.

Prenez cette réponse de Subban, à qui un collègue a demandé sa réaction par rapport au retour de Therrien (la nouvelle n'avait pas encore été officialisée, mais la présence annoncée de l'entraîneur au bilan de saison le confirmait essentiellement). Subban était aussi interrogé sur sa relation avec Therrien.

«Les résultats font foi de tout dans cette ligue. Les entraîneurs doivent s'assurer que l'équipe est prête à jouer avec intensité. Quand il y a des hauts et des bas, il y a toujours des rumeurs. Je suis content d'être simplement un joueur. Mon travail est de m'entraîner et d'avoir un bon été pour connaître une bonne saison l'an prochain. Je n'ai pas encore entendu le bilan de Marc [Bergevin], mais on verra ce qui va se passer.»

Comme appui à un entraîneur, on a déjà vu plus convaincant... 

Sauf que Bergevin, lui, n'a pas du tout été décontenancé quand il a été mis au courant de cette réponse. «En tant qu'ancien joueur, [je sais que] ton entraîneur a un travail à faire, et ce n'est pas d'être aimé par 23 joueurs. C'est d'être respecté. Parfois, ça se fait à la dure. Je ne dis pas que P.K. aime Michel ou pas. Mais depuis que Michel est là, P.K. a gagné un trophée Norris, a été finaliste pour un autre, est notre joueur le plus utilisé et son jeu s'est amélioré. Sous Michel Therrien, P.K. Subban est devenu un très bon défenseur.»

Therrien, lui, a tenté de désamorcer la crise. «Dans les quatre dernières années, il a progressé, a observé l'entraîneur. Quand il s'est blessé, il était notre meilleur marqueur. On lui donne beaucoup de responsabilités, offensivement et défensivement. C'est un travaillant, un passionné. C'est le fun, travailler avec P.K. Subban.»

Date encerclée

D'ici au 1er juillet, Marc Bergevin devra déterminer si cette relation entre Subban et Therrien est au moins empreinte de respect, à défaut d'être le grand amour.

Pourquoi le 1er juillet? Parce que c'est à cette date que la clause de non-échange de Subban entre en vigueur. S'amorcera alors la troisième année du contrat de huit ans et 72 millions $ qui lie Subban au Canadien.

Après cette date, Bergevin aura les mains liées s'il estime que Subban doit changer d'adresse. Et à écouter parler le joueur, ce n'est pas lui qui demandera de partir! «J'ai été assez clair sur ce que je pense de cette ville et de cette organisation, a rappelé le numéro 76. Ça ne changera jamais, je serai toujours attaché à Montréal et je voudrai toujours jouer ici. J'aime tout de cette ville. Mais je sais aussi que nous évoluons dans un business. Je croise les doigts pour rester ici aussi longtemps que l'organisation et la ville voudront que je reste.»

Le meilleur et le pire

Au cours des dernières semaines, on a beaucoup entendu parler des côtés moins flatteurs de Subban. Encore hier, sa déclaration voulant qu'il ne se remette «jamais» en question en a fait sursauter plusieurs. La semaine dernière, il a aussi lancé : «même à 80 % de mes capacités, je peux faire des choses que plusieurs joueurs ne peuvent pas faire».

De tels commentaires engendrent des questions sur sa relation avec ses coéquipiers, scrutée à la loupe. Le fait que les joueurs du CH aient voté pour Max Pacioretty, plutôt que pour Subban, pour le trophée King-Clancy, qui récompense le leadership et l'engagement communautaire, n'est pas passé inaperçu. La promesse de don de 10 millions de dollars que Subban et sa fondation ont fait à l'Hôpital de Montréal pour enfants aurait pu lui assurer une nomination pour ce trophée.

Mais Subban étant Subban, il a étouffé la controverse comme lui seul sait le faire. «Le gars méritait le prix, j'ai même voté pour lui! Je ne comprends pas pourquoi tout le monde en fait un plat! Je peux venir ici, dire que Max et moi, on s'apprécie, dois-je aller l'embrasser? Katia [Afinogenova, la femme de Pacioretty] aura peut-être un problème avec ça! Peut-être un câlin, c'est le mieux que je puisse faire», a lancé Subban, avant de traverser le vestiaire pour enlacer son capitaine.

Pacioretty: «Je dois être un meilleur capitaine»

Selon Max Pacioretty, il y a bien des coupables à cette saison de misère du Canadien qui vient à peine de se terminer. Bien des coupables... à commencer par lui-même.

C'était jour de bilan, lundi, au centre d'entraînement de Brossard, et le capitaine n'a pas cherché d'excuses pour expliquer le désastre qu'a été la saison 2015-2016 dans le camp montréalais. Un désastre que Pacioretty a encore un peu de mal à digérer. «Il n'y a personne ici qui a fait son travail à 100 %. Nous serions dans le portrait des séries si ça avait été le cas», a-t-il résumé.

«Nous avons commencé la saison en force et nous avions espoir de faire du bruit. Mais nous avons perdu confiance et nous nous sommes apitoyés sur notre sort. Le groupe de leaders doit être meilleur pour gérer une situation comme celle-là. J'espère que nous allons sortir plus forts de cette expérience.»

Pacioretty a déclaré qu'il aurait aimé avoir l'aide d'un ou deux vétérans pour l'appuyer dans sa tâche. «Quand on regarde un gars comme Manny Malhotra, il a joué un rôle important à mes yeux pour l'équipe la saison dernière, a noté Pacioretty. Même quand il n'était pas dans la formation, il organisait des rencontres, il parlait aux gars et il disait les bonnes choses. Il manquait peut-être un gars comme lui cette saison.»

Sans donner trop de détails, celui qui porte le numéro 67 s'est montré confiant par rapport à l'avenir immédiat de sa bande, estimant que le Canadien est à «un ou deux joueurs» de pouvoir causer des surprises. «Nous avons eu du succès par le passé avec cette équipe, et nous savons très bien ce que ça prend pour y arriver, a-t-il ajouté. Nous ne sommes pas très loin, à mon avis.»

Il prend le blâme

Pacioretty n'a pas hésité à se blâmer lui-même pour cette saison qui s'est terminée samedi soir au Centre Bell. «Je dois être un meilleur capitaine, a-t-il reconnu. Les blessures n'ont pas aidé cette saison, mais ça arrive. Je ne vais pas me servir de ça comme excuse, je sais que je dois être meilleur, et je veux que les gens sachent que j'en suis conscient.»

Il a bien sûr été question de P.K. Subban et de ce froid qui existerait entre les deux joueurs. Subban, jamais gêné lors des gros rassemblements, en a profité pour aller faire un câlin à son coéquipier devant les caméras en riant, sans doute pour tenter de démontrer à tous ceux qui s'étaient déplacés à Brossard que les rumeurs de dissension sont fausses.

«Tout ça est bien drôle, a ajouté Pacioretty. Je ne sais plus quoi dire sur ce sujet. Si vous pouviez voir les fois où P.K. joue au minihockey avec mon fils dans la salle des familles au Centre Bell... J'ai tout entendu à ce sujet. Je ne peux plus rien dire, c'est une situation perdante de toute façon. J'en suis rendu au point où je ne veux plus regarder à ma gauche lors des entrevues...»  Avec La Presse Canadienne

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer