Drouin assume sa décision

Jonathan Drouin (27) reçoit les félicitations d'Andrej Sustr... (La Presse, Bernard Brault)

Agrandir

Jonathan Drouin (27) reçoit les félicitations d'Andrej Sustr (62), de Ondrej Palat (18) et de Valtteri Filppula (51) après avoir marqué le deuxième but du Lightning.

La Presse, Bernard Brault

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Montréal) Les joueurs du Lightning de Tampa Bay sont bien heureux de revoir Jonathan Drouin. Mais longtemps ils se sont demandés ce qui l'avait incité à faire faux bond à l'organisation.

«Les gars savent que c'est mon meilleur chum ici», a confié l'attaquant Cédric Paquette avant le match contre le Canadien, samedi. «Pendant qu'il était parti, les gars me parlaient des différents moves qu'il a fait, ils me demandaient si je lui avais parlé et voulaient des explications... Je lui parlais à l'occasion, mais en même temps je ne voulais pas trop me mêler de cette histoire-là. C'était entre lui et l'organisation.»

Cédé à la Ligue américaine au mois de janvier, Drouin a décidé de rentrer chez lui après deux rencontres avec le Crunch de Syracuse. Le 20 janvier, le dg Steve Yzerman lui collait une suspension.

Drouin est alors rentré à Sainte-Agathe voir ses parents, puis s'est entraîné avec les Lions du Lac-St-Louis et les Stingers de Concordia. Il espérait changer d'équipe, mais a finalement mis fin à sa grève après la date limite des transactions.

«J'ai réalisé à un moment donné qu'il fallait que je retourne jouer au hockey», a soutenu l'attaquant de 21 ans. «C'est mon travail. Je l'ai réalisé quand j'étais rendu chez nous. La meilleure décision à prendre était de retourner à Syracuse. Après une semaine ou deux, j'ai vu que m'entraîner en janvier comme si c'était l'été, ce n'est pas ce que je voulais faire.»

Quand la suspension a été levée, le 7 mars, le capitaine du Crunch, Mike Angelidis, a prévenu que Drouin aurait à regagner le respect de ses coéquipiers et qu'il ne devait pas penser enfiler l'uniforme comme si de rien n'était. Or, le talentueux Québécois a répondu au défi. Il a récolté neuf buts et une mention d'aide en 10 matchs avant d'être rappelé par le Lightning.

«C'est trop de bonne heure pour dire si j'ai des regrets ou non», a dit Drouin à propos de son bras de fer avec le Lightning. «Dans une couple d'années, peut-être que je pourrai dire que j'aurais pu prendre d'autres décisions ou me montrer plus patient, mais ça s'est fait et je suis capable de vivre avec ça.»

En remettant les pieds dans le vestiaire du Lightning, Drouin ne savait pas trop à quoi s'attendre. À vrai dire, il était un peu nerveux.

«Il m'a demandé certains conseils et j'ai essayé de l'aider», a raconté Paquette. «On est encore beaucoup ensemble depuis qu'il est revenu. Mais il faisait partie de l'équipe au début de l'année et rien n'a changé. Tout le monde l'aime.» «Il fait partie de la famille», a renchéri le centre Tyler Johnson.

Des preuves à faire

Drouin est toutefois conscient qu'il a des preuves à faire dans la LNH, sur la glace comme en dehors. «Il doit prouver sa maturité», estime son compagnon de trio Alex Killorn. «Il est encore jeune, mais je pense qu'il est devenu plus mature avec tout ce qui est arrivé. On va voir ce qui va passer dans le futur.»

Drouin a peut-être des doutes sur les méthodes qu'il a employées cette saison afin de faire avancer sa cause, ou encore sur son avenir à long terme avec le Lightning. Mais il va se satisfaire d'un mariage de raison pour le moment.

«Je suis ici pour jouer au hockey, on se concentre là-dessus et on va mettre le reste de côté. On va voir ce qui va se passer après la saison.»

Cooper fait preuve de clémence

Malgré la demande de transaction et le boudage de Jonathan Drouin lors de sa rétrogradation dans la Ligue américaine, Jon Cooper est clément envers le Québécois de 21 ans. «C'est un jeune homme qui a tenu à ses convictions, qui croyait que c'était la route à suivre, et il l'a prise», a plaidé l'entraîneur-chef du Lightning. «On ne peut pas le blâmer pour ça. On peut débattre aujourd'hui et pour les prochaines années à savoir si c'était la bonne chose à faire mais, en fin de compte, il est de retour avec nous. Nous sommes contents qu'il soit là et, plus important encore, il a mérité de revenir.» On peut toutefois se demander si le Lightning aurait tendu la perche à Drouin si leur capitaine Steven Stamkos n'était pas contraint à une inactivité de un à trois mois à la suite d'une opération pour l'ablation d'un caillot sanguin dans le bras droit. «Je ne veux pas mettre de la pression sur Drouin et m'attendre à ce qu'il marque les buts que marquait Stamkos», a indiqué Cooper. «Ce serait totalement injuste. Cela dit, c'est une menace offensive. Il est capable de marquer le gros but pour faire gagner l'équipe», a-t-il ajouté en rappelant son but victorieux contre les Devils, jeudi, à son retour dans la LNH.  D'après La Presse

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer