Belle remontée inutile pour le CH

Le Québécois Anthony Mantha a sauté dans les... (AP, Paul Sancya)

Agrandir

Le Québécois Anthony Mantha a sauté dans les bras de Brad Richards après avoir marqué son premier but en carrière dans la LNH.

AP, Paul Sancya

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse

C'était un match savoureux à plusieurs égards, mais le Tricolore a quand même fini par s'avouer vaincu 4-3, jeudi à Detroit.

Que goûte le verre à moitié plein? La satisfaction pour le Canadien de ne pas s'être laissé démonter par un retard de 4-0 contre les Red Wings de Detroit. Et le verre à moitié vide? Il a ce goût terreux de s'être creusé un aussi gros trou après 40 minutes.

C'est en deuxième période que tout a dérapé pour les hommes de Michel Therrien alors qu'ils ont concédé 19 tirs aux Wings... et toute une panoplie de chances de marquer. Ce qui manquait aux Wings pour surclasser le Canadien durant cette deuxième période, c'était un but en supériorité numérique. L'attaquant recrue Anthony Mantha s'en est chargé à la quatrième occasion des siens, marquant  son tout premier but dans la LNH à son premier match au Joe Louis Arena. Ça allait s'avérer le but gagnant.

«Je n'ai pas encore eu mon premier but, mais ce soir pourrait être le grand jour», avait dit l'ancien des Foreurs de Val-d'Or de façon un peu prophétique en matinée.

«De marquer contre Montréal, ça n'aurait pas pu mieux tomber», a-t-il confié au réseau Sportsnet au terme de la deuxième période. «C'était le fun que ma famille et mes amis puissent assister à tout cela. C'est incroyable, je suis excité.»

Mantha a saisi un retour offert par Ben Scrivens (36 arrêts) alors qu'il restait 2:33 à la période. Explosion de joie sur la patinoire comme dans les gradins pendant que son grand-père André Pronovost, stoïque, filmait la scène sur son iPad!

Plekanec marque enfin

C'était un tout autre genre de film pour le CH. À un certain moment, on pouvait davantage parler d'un film d'horreur. Très tôt dans la rencontre, Tomas Plekanec s'est vu refuser un but pour avoir donné un double échec à Kyle Quincey lors d'une mêlée devant le filet. Au moment de justifier pourquoi il n'y aurait pas de révision vidéo, les arbitres ont invoqué le fait qu'il y avait eu sifflet avant le but. Mais le sifflet était fantôme... tout comme la pénalité.

«On a connu une très bonne première période, on aurait dû prendre l'avance, on en est tous conscients», a dit Therrien. «On n'a pas eu d'explications parce que l'arbitre n'a pas voulu en donner. Je ne sais pas quand il a vu Plekanec donner un double-échec. Tu peux regarder la séquence 100 fois, il n'y en a pas.» 

Heureusement pour Plekanec, Petr Mrazek (26 arrêts) lui a fait cadeau d'un but en troisième période, ce qui lui a permis d'inscrire son premier but en 20 matchs et de rejoindre Elmer Lach et Ralph Backstrom au 20e rang de l'histoire du Canadien avec 215 buts.

Deux buts en 12 secondes

Si le Canadien avait été en mesure de garder la tête hors de l'eau en première, ne cédant que contre Riley Sheahan avec 73 secondes à faire à la période, les Wings ont été sans pitié en deuxième. Ça a commencé avec une seconde décision des arbitres qui a fait tiquer le CH.

Brendan Smith n'a pas été puni pour sa mise en échec à l'endroit de Stefan Matteau qui, il est vrai, patinait la tête basse. Le jeune ailier a dû quitter la rencontre afin de suivre le protocole de dépistage des commotions cérébrales. Lorsqu'il est revenu, Luke Glendening et Sheahan avaient porté la marque 3-0 en l'espace de 12 secondes.

«Ce sera à la ligue de décider s'il y a matière à suspension ou non», a souligné Therrien. «C'était un coup à la tête, ce que tu veux éviter pour la sécurité des joueurs. Ça méritait au moins une punition.»

Après le but de Mantha avec moins de trois minutes à jouer en deuxième, on ne donnait plus cher de la peau du CH. Mais... Il y a eu ce but de Plekanec, puis celui de Paul Byron et cette étrange séquence où Niklas Kronwall a fait dévier un tir de Max Pacioretty au moment d'entrer en contact avec Mrazek.  Notons que Mike Brown a quitté le match en troisième période, blessé au bas du corps.  Avec La Presse Canadienne

McCarron dans sa cour arrière

Originaire de Grosse Pointe, en banlieue de Detroit, Michael McCarron ne cachait pas son excitation à l'idée de disputer un premier match en carrière dans sa cour arrière. «D'aussi loin que je me souvienne, mes parents et mes grands-parents m'amenaient au Joe Louis Arena, a-t-il confié avant le match contre les Wings. «J'ai dû y venir entre 30 et 40 fois. La première fois, c'est quand j'ai joué avec une équipe d'enfants entre la première et la deuxième période. Les Red Wings ont toujours été mon équipe et je prenais pour eux quand j'étais petit. J'adorais Darren McCarty, c'était mon gars.»

Contre les Wings, McCaron jouait au côté de Davis Desharnais, qui a pris sa place au centre. Un geste qui relevait beaucoup plus de la volonté de donner à un vétéran les outils nécessaires pour se remettre en valeur que de diminuer le travail de McCarron. Au contraire, Michel Therrien en a parlé en termes fort élogieux. «C'est un gars qui a un bel enthousiasme et j'aime beaucoup ce que je vois de lui. Il n'est pas timide comme à son premier rappel, ce qui est tout à fait normal. Il prend les choses en charge et ce qu'il apporte à notre équipe représentait un besoin pour nous.»  La Presse

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer