Smith-Pelly roule à un train d'enfer

Devante Smith-Pelly a récolté neuf points, dont six... (AFP, Bruce Bennett)

Agrandir

Devante Smith-Pelly a récolté neuf points, dont six buts, à ses sept premiers matchs avec les Devils du New Jersey.

AFP, Bruce Bennett

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Montréal) Il y a des joueurs pour qui un changement de décor est très salutaire et, de toute évidence, c'est le cas pour Devante Smith-Pelly.

Depuis qu'il est un membre des Devils du New Jersey, l'attaquant de 23 ans affiche une forme qu'on ne lui connaissait pas avec le Canadien de Montréal. Il a récolté neuf points à ses sept premiers matchs avec les Devils (dont six buts), et, surtout, il se retrouve à camper un rôle de premier plan avec l'équipe, alors qu'il patine désormais en compagnie d'Adam Henrique.

«Ça marche entre nous. Adam est un joueur intelligent qui est bon avec la rondelle, et je me retrouve à jouer pendant 15, 16 ou 17 minutes par match. À mon premier match avec les Devils, j'ai joué pendant tout près de 19 minutes. J'ai un plus grand rôle ici», a expliqué Smith-Pelly en entrevue téléphonique, avant le match contre le Wild du Minnesota, où il a récolté ses 11e but et 12e de la saison dans une victoire de 7-4.  

Tout ça est bien nouveau pour celui que l'on surnomme DSP. En 66 matchs avec le Canadien, il n'a jamais vraiment pu s'imposer et, en retour, l'entraîneur Michel Therrien ne lui a jamais vraiment fait confiance. D'où le temps de jeu plus modeste. En 46 matchs avec le Canadien cette saison, Smith-Pelly a franchi la barre des 15 minutes de jeu à seulement deux reprises. Il avait aussi été laissé de côté en huit occasions.

«C'est difficile de s'améliorer quand on joue pendant 10 minutes par match», a noté Smith-Pelly. «Il y a une grande différence entre mon rôle avec les Devils et mon rôle avec le Canadien.»

Quand on lui demande s'il a obtenu une véritable chance de se faire valoir en près de deux saisons avec le Canadien, Smith-Pelly hésite un peu au bout du fil, et révèle qu'il a dû jouer malgré une blessure à la hanche au début de la saison.

«Je suis arrivé au camp d'entraînement en septembre, et j'ai dû me battre pour un poste... Je ne dis pas qu'un poste aurait dû m'être réservé, mais c'est ce qui est arrivé. Puis je me suis blessé à la hanche en novembre, et j'ai joué environ une dizaine de matchs malgré cette blessure. Les entraîneurs et la direction le savaient, mais c'était pour moi très difficile d'aller d'un bout à l'autre de la patinoire à cause de ça.

«À mon retour au jeu [après sept matchs sur la liste des blessés], on m'a mis de côté plus souvent que je ne jouais. Je n'étais pas d'accord avec ça, mais c'est la réalité. Après ma blessure, je n'ai jamais été capable d'obtenir la chance de retrouver ma place habituelle avec l'équipe.»

Les Devils se frottent les mains

Le Canadien a fini par perdre patience et, le 29 février, Smith-Pelly a été échangé aux Devils en retour d'un autre attaquant, Stefan Matteau. Il est encore bien tôt pour tirer de grandes conclusions d'un échange qui est survenu il y a trois semaines, mais pour l'instant en tout cas, ce sont les Devils qui se frottent les mains de satisfaction.

Smith-Pelly, lui, a trouvé bien difficile de devoir quitter le Canadien, mais aujourd'hui, il a retrouvé le sourire. «Tout arrive pour une raison. S'il n'y avait pas eu toutes ces blessures à Montréal, si nous n'avions pas traversé cette très mauvaise période, je ne serais peut-être pas ici. Quand tu te retrouves à être employé sur l'un des deux premiers trios d'une équipe, tu sais très bien ce que l'on attend de toi. Tu sais très bien que tu dois produire.»

Les règles de rappel jouent contre Hudon

Michael McCarron... (Archives La Presse) - image 3.0

Agrandir

Michael McCarron

Archives La Presse

Chaque année, des équipes en voie de rater les séries procèdent à des rappels et des renvois à des fins purement administratives. Cette pratique, de même que la panoplie de blessures qui frappent le Canadien en cette fin de saison, a toutefois pour effet de lier les mains de Marc Bergevin d'ici la fin du calendrier. Et peut expliquer pourquoi on ne voit pas un Charles Hudon avec le CH en ce mois de mars.

C'est qu'il y a un règlement derrière cette manoeuvre. Pour qu'un joueur soit admissible aux séries de la Ligue américaine, son nom doit apparaître au sein de la formation à 15h lors de la date limite des transactions. Après, les équipes ont seulement droit à quatre rappels, à l'exception des rappels d'urgence.

Pour des équipes qui - comme le Canadien - sont essentiellement éliminées des séries dans la LNH, l'astuce est d'envoyer au club-école tous les joueurs qui n'ont pas à passer par le ballottage. S'ils sont cédés à 14h59 à la date limite des transactions et qu'ils sont rappelés à 15h01, ils peuvent donc aider leur équipe de la Ligue américaine en fin de saison, une fois que celle de la LNH est éliminée. D'où le terme de «transaction de papier».

Le problème du Tricolore, c'est qu'avec le nombre inouï de blessés, il se retrouvait avec un trop-plein de ces joueurs. Sven Andrighetto, Michael McCarron, Jacob De La Rose, Morgan Ellis, Lucas Lessio, Phillip Danault, Victor Bartley, Daniel Carr (blessé), Mike Condon et Ben Scrivens auraient tous pu être renvoyés sans passer par le ballottage. Sauf Condon, Carr et peut-être Andrighetto, bon nombre d'entre eux n'auraient jamais été dans la LNH le 29 février si le CH était demeuré en santé.

Moins de marge de manoeuvre

Le 29 février, pendant quelques instants, De La Rose, Ellis et McCarron ont été cédés aux IceCaps, puis rappelés, dans l'anonymat le plus total. Scrivens a également été cédé et rappelé, mais c'était encore considéré comme un rappel d'urgence, puisqu'un seul gardien est en santé. En procédant ainsi, Bergevin s'assurait que De La Rose, Ellis, McCarron et Scrivens soient admissibles aux séries de la LAH si les IceCaps se qualifient. Mais ça signifiait aussi qu'il avait droit à un seul rappel d'ici la fin de la saison pour son grand club. Il restait alors une quarantaine de jours à écouler.

La situation limite donc grandement les expériences qu'aimerait faire Michel Therrien. On en a eu une parfaite illustration mercredi, quand Torrey Mitchell et Lucas Lessio, pour ne nommer qu'eux, se sont retrouvés en avantage numérique. La chaise qu'ils occupaient aurait parfaitement convenu à Hudon, un attaquant qui pourrait se développer en joueur offensif dans la LNH.

Par ailleurs, le Canadien a annoncé jeudi le rappel d'urgence du défenseur Darren Dietz. Mercredi à Buffalo, le Tricolore a terminé le match avec seulement cinq défenseurs, après que Mark Barberio eut quitté le match au premier entracte, blessé au haut du corps. On n'en connaît toujours pas plus sur sa condition.  La Presse

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer