De La Rose prêt à souffrir pour le CH

En l'absence de David Desharnais, Jacob De La... (La Presse, Bernard Brault)

Agrandir

En l'absence de David Desharnais, Jacob De La Rose a pris les commandes du troisième trio et Michel Therrien ne s'est pas gêné pour lui confier des missions difficiles, comme vendredi, où il a dû affronter les Wayne Simmonds, Brayden Schenn et Claude Giroux (28) des Flyers.

La Presse, Bernard Brault

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Montréal) Après le match de vendredi, Jacob De La Rose se dirige vers son casier, non sans boiter. Le genou gauche bien emballé. Le résultat d'un tir de Scott Laughton, qu'il a bloqué en fin de deuxième période. «C'était l'un des quatre tirs bloqués par le Suédois dans ce qui était pour lui la troisième bonne soirée de travail de suite. «Tout le monde doit faire ce qu'il peut pour qu'on gagne. Si je dois bloquer des tirs, je vais le faire.»

Avec une victoire en trois matchs, le Canadien n'a pas exactement connu le genre de semaine qui lui permettra de rêver aux séries. Mais ça ne veut pas dire que les derniers jours ont été une perte de temps, du moins pour l'avenir à moyen terme de l'équipe.

Le cas De La Rose est particulièrement intéressant à cet égard. La blessure de Brian Flynn, il y a une dizaine de jours, lui a valu d'être rappelé pour la deuxième fois cette saison. Mais c'est surtout la blessure de David Desharnais (fracture au pied gauche) qui a changé la donne pour lui.

En l'absence du numéro 51, De La Rose a en effet pris les commandes du troisième trio, et Michel Therrien ne se gêne pas pour lui confier des missions musclées. Mercredi, au Colorado, les attaquants qu'il a vus le plus souvent sur la patinoire étaient Matt Duchene, Jarome Iginla, Alex Tanguay et Nathan MacKinnon. Vendredi, ils avaient pour nom Wayne Simmonds, Brayden Schenn et Claude Giroux.

«Tous les joueurs veulent jouer le plus possible et je ne suis pas différent», a admis l'attaquant de 6'3" et de 204 livres. «Je me sens bien sur la patinoire, je prends des mises en jeu importantes en zone défensive. Ça aussi, ça aide. Je dois continuer à jouer de la même façon.

«Ce sont de gros défis contre de très bons joueurs, comme Giroux. C'est vraiment une bonne expérience pour moi.»

Mercredi, l'expérience a mal tourné pour le Suédois de 20 ans, qui était sur la patinoire avec moins de trois minutes à écouler au match lorsqu'Iginla a enfilé le but gagnant. Chacun semble avoir désigné son coupable pour ce but qui a déclenché une controverse sur P.K. Subban. Or, aux yeux de certains, De La Rose faisait partie des coupables.

Cela dit, la situation de vendredi soir était identique, avec une marque de 2-2 tard dans le match. Mais Therrien n'a pas dévié de sa ligne de conduite. Il a donné trois présences à De La Rose dans les 10 dernières minutes, dont une qui commençait en zone défensive, après une pause publicitaire. Donc, quand tous ses joueurs venaient d'obtenir un répit de 90 secondes pour reprendre leur souffle.

«Il a un bon sens du hockey pour le jeu défensif, il est souvent en bonne position», a jugé Therrien.

Plus offensif?

Le talent de De La Rose pour le jeu défensif n'a jamais fait de doute. L'entraîneur-chef du Canadien y a fait référence à maintes reprises la saison dernière.

Mais avec une maigre production de quatre buts et deux passes en 33 matchs la saison dernière, De La Rose n'apportait pas toujours la touche offensive désirée. Therrien l'avait même souligné au camp d'entraînement, rappelant qu'il aimerait «qu'il contribue un peu plus à l'attaque».

Or, ce ne sont que trois matchs, mais il est nettement plus visible que la saison dernière en zone adverse. Encore vendredi, en première période, il a bien failli s'inscrire sur la feuille de pointage en récupérant un retour de tir.

Une statistique révélatrice à ce sujet est la moyenne des chances de marquer du Canadien par tranche de 60 minutes que De La Rose passe sur la patinoire. Cet indice est passé de 18,97 la saison dernière à 25,98 cette saison.

Son niveau de confiance est-il plus élevé qu'il ne l'était la saison dernière? «Je l'ignore. Quand tu te sens bien sur la patinoire, tout vient naturellement. Je fais de mon mieux à chaque présence et je saisis ma chance. On a des blessés, donc mon but est de rester le plus longtemps possible et d'aider l'équipe à gagner.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer