Subban au coeur de la tempête

Jarome Iginla a inscrit le but égalisateur en... (AFP, Doug Pensinger)

Agrandir

Jarome Iginla a inscrit le but égalisateur en fin de deuxième période et a réussi le filet gagnant à 17:57 du troisième vingt.

AFP, Doug Pensinger

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Denver) Le deuxième but de la soirée de Jarome Iginla avec à peine 2:03 à faire en troisième période a causé la perte du Canadien, qui s'est incliné 3-2 devant l'Avalanche, mercredi au Colorado.

Une rondelle perdue par P.K. Subban en zone offensive et subtilisée par Mikhail Grigorenko a été à l'origine de cette relance ayant mené au 17e but de la saison d'Iginla. Michel Therrien n'a d'ailleurs pas eu recours à son défenseur vedette dans la dernière minute de jeu, alors que le CH cherchait à créer l'égalité.

À tort ou à raison, Subban a été la cible des critiques au cours des derniers jours, notamment sur les lignes ouvertes. Bien plus que son jeu, c'est sa personnalité qui semble l'avoir placé sur la sellette. Subban le mauvais coéquipier, Subban la grosse tête, Subban en brouille avec le capitaine Max Pacioretty...

«Je ne m'attends pas à moins de la part des médias», a-t-il dit après la défaite. «Je m'attends désormais à tout entendre. Je m'attends à entendre des rumeurs de transactions, à des spéculations au sujet de querelles entre coéquipiers et avec les entraîneurs... Je m'attends à tout, mais je ne me soucie pas de ce que les gens disent.»

Grosse cible dans le dos

«Les gens vont spéculer, mais j'ai toujours eu une grosse cible dans le dos», a ajouté Subban. «Je m'attends à ce que le jeu qui est arrivé ce soir devienne une grosse histoire. Je suis le joueur le mieux payé de cette équipe, je dis ce que je pense, et les gens ont une opinion à mon égard. C'est correct. Moi, je veux juste être le meilleur joueur que je puisse être. Mais je comprends aussi que tous les soirs ne seront pas en notre faveur.

« C'est drôle, quand vient le temps de faire la distinction entre le joueur et le coéquipier, tout le monde souligne à quel point ma personnalité est différente de celle des autres», a fait remarquer Subban. «Mais regardez dans les autres équipes, la situation est la même. Patrick Kane et Jonathan Toews ne sont pas le même genre de gars et ils trouvent des façons de s'entendre. Jamie Benn et Tyler Seguin à Dallas, même chose. Pourquoi est-ce différent avec moi? Tout ce que je veux, c'est agir pour le mieux de l'équipe. »

Contrairement au match de lundi en Arizona où il avait fermé les livres à la mi-match, le Canadien a bataillé ferme durant toute la rencontre. Il a d'ailleurs dominé 34-28 au chapitre des tirs au but. Il semble toutefois incapable d'acheter une victoire, particulièrement face aux formations de l'Ouest, contre lesquelles il n'a que 5 gains en 19 rencontres.

«J'ai trouvé que l'équipe a travaillé très fort. On méritait sûrement un meilleur sort. On a joué en équipe. Une erreur sur un jeu individualiste nous a coûté le match», a déclaré Therrien, sans identifier Subban.

Plus tard, l'entraîneur-chef a apporté certaines précisions sa pensée. «Tu ne veux pas qu'un joueur se mette dans ce genre de position-là. Tu veux qu'il fasse un jeu à haut pourcentage de réussite. Ce n'était pas un jeu à haut pourcentage.»

Andrei Markov (4e) et Lars Eller (10e) ont trompé la vigilance de Semyon Varlamov, tandis qu'Erik Johnson (en infériorité numérique) a été l'autre joueur de l'Avalanche à déjouer Ben Scrivens. Avec La Presse Canadienne

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer