Le CH replongé dans le cauchemar

Wayne Simmonds était partout sur la patinoire mardi.... (AP, Matt Slocum)

Agrandir

Wayne Simmonds était partout sur la patinoire mardi. Non seulement s'est-il impliqué physiquement, mais il a marqué deux buts dont celui de la victoire au troisième vingt.

AP, Matt Slocum

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse

(Philadelphie) La pause du Match des étoiles a peut-être permis aux joueurs du Canadien de se reposer, mais ils se sont vite replongés dans leur cauchemar, hier soir à Philadelphie, en baissant pavillon 4-2 devant les Flyers.

Encore un match où le Tricolore s'est vaillamment battu, où il s'est donné des chances de l'emporter, mais où il s'est tiré dans le pied. Cette fois-ci, une couverture défensive hasardeuse a permis à Wayne Simmonds de se faufiler dans l'enclave et de marquer son deuxième but de la soirée et donner les devants 3-2 aux Flyers avec un peu plus de huit minutes à écouler en troisième. Ce même Simmonds avait ouvert la marque durant un avantage numérique en première période. Encore là, il avait été laissé à découvert dans l'enclave.

Le Tricolore a par la suite obtenu une occasion en or de revenir dans le match en bénéficiant d'un avantage numérique de cinq minutes, à la suite de l'expulsion de Radko Gudas pour un coup de genou à l'endroit du nouveau venu Lucas Lessio. Le CH n'a toutefois pas su en profiter, les Flyers obtenant les deux meilleures chances de marquer (poteau et échappée) pendant la majeure décernée à l'arrière des Flyers. Matt Read a ensuite complété la marque dans un filet désert.

«On avait la chance de créer l'égalité, avec le cinq minutes, mais on n'a pas réussi. Dans le dernier cinq minutes, il y a beaucoup de choses que je n'ai pas aimées. Je vois plus ça comme un problème d'exécution, une mauvaise lecture en quelques occasions, c'est aussi simple que ça», a dit l'entraîneur Michel Therrien.

Avec cette victoire, les Flyers ont doublé le Canadien au classement de l'Association de l'Est. Ils détiennent encore quelques matchs en main sur toutes les équipes qu'ils pourchassent.

Jeu ouvert

C'était certainement un match plus ouvert que ne l'auraient souhaité les deux entraîneurs-chefs. D'un côté comme de l'autre, il pleuvait des chances de marquer. Qu'il s'agisse des nombreuses descentes à deux contre un, de l'échappée de Max Pacioretty en infériorité numérique, d'un filet ouvert qu'a raté Nathan Beaulieu en fin de deuxième période ou de la supériorité de cinq minutes dont il a profité en fin de match, le Canadien n'a pas manqué d'occasions pour marquer les trois buts, souvent nécessaires pour remporter la victoire.

«La rondelle arrivait rapidement, et j'ai voulu tirer le plus vite possible, mais ce jeu-là résume notre situation depuis deux mois. Que j'aie été gaucher ou droitier ne change rien à ce jeu-là, il aurait fallu que je mette la rondelle au fond du filet», a reconnu Beaulieu.

Du pareil au même

Au final, cependant, c'est encore l'équipe adverse qui est repartie avec les deux points. «On a eu de bonnes chances de marquer. Sur ce jeu-là, il (Beaulieu) n'avait qu'à mettre la rondelle au filet», a dit Therrien, visiblement irrité. «Encore une fois, on a de bonnes chances de marquer, mais on rate le gros jeu.»

Même s'il tirait de l'arrière 2-1 après 20 minutes, le Tricolore a disputé un très bon premier engagement. Le trio de David Desharnais, en particulier, a créé plusieurs chances de marquer. À l'une de ses présences, le CH a cadré quatre tirs en l'espace de 25 secondes, et Steve Mason a connu à ce moment-là certains de ses meilleurs moments. Seul Andrei Markov, dont le troisième but de la saison a mis fin à une disette de 33 matchs sans marquer (sa plus longue en carrière), est parvenu à battre Mason en première.

Si les Flyers ont été désorganisés dans leur zone en première, ce fut au tour du Canadien d'éprouver des difficultés en deuxième. Mike Condon a connu l'une de ses meilleures périodes depuis longtemps, arrêtant 17 tirs durant la période médiane. Il s'est entre autres illustré devant Brayden Schenn, alors que Tomas Fleischmann était au cachot. Même une fois l'infraction écoulée, le CH a cafouillé dans sa zone, et Condon a dû s'imposer en quelques occasions afin de garder la marque égale.

On ne pourra pas reprocher grand-chose au gardien du Canadien qui a été victime de malchance sur le but de Schenn. Six secondes seulement après le début d'une pénalité à Max Pacioretty, un tir de Jakub Voracek a dévié sur le patin de P.K. Subban, sur le bâton de Schenn, puis sur le patin de Markov avant de déjouer Condon. Au billard, on parlerait d'une triple combine!  Avec La Presse Canadienne

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer