Congédier Michel Therrien...

Pourquoi le Canadien devrait-il congédier l'entraîneur? Pourquoi devrait-il... (Paul Chiasson, La Presse Canadienne)

Agrandir

Pourquoi le Canadien devrait-il congédier l'entraîneur? Pourquoi devrait-il le garder?

Paul Chiasson, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Montréal) En cette époque où l'opinion publique se lit en pouces en l'air, en étoiles ou en retweets, les réseaux sociaux prennent la place de la taverne du coin ou du perron de l'église. Pour connaître LE sujet de conversation en ville, les mots populaires sur Twitter deviennent donc un outil intéressant.

Dimanche soir, une de ces tendances à Montréal était le mot-clic «#firetherrien» (congédiez Therrien), selon le compte @TrendsMontreal. Ça veut donc dire que suffisamment de personnes ont utilisé ce mot sur Twitter pour qu'il devienne une tendance. Qu'en est-il dans les faits? Pourquoi le Canadien devrait-il congédier l'entraîneur? Pourquoi devrait-il le garder? Voici quelques pistes.

Le Canadien congédiera Michel Therrien parce que...

1. Ça prend un solide coup de barre

La réponse la plus simpliste. Depuis qu'il a remporté ses neuf premiers matchs de la saison, le Canadien forme une équipe plus qu'ordinaire : 14 victoires dans les 37 derniers matchs. L'échantillon est vaste, et le début de saison masque de moins en moins cette réalité. S'il maintient la tendance des 37derniers matchs, le Tricolore fera l'impasse sur les séries... et sur les millions de dollars qui viennent avec la présentation de matchs à domicile.

2. Le calendrier des prochains jours le permet

Après le match de mardi soir, le CH a trois jours de congé avant de reprendre l'action. La semaine prochaine, ce sera la pause du Match des étoiles. Bref, avec 3 matchs en 12 jours, le nouveau venu bénéficiera d'un calendrier qui facilitera son arrivée dans l'équipe. De plus, les prochains adversaires placeront le nouvel entraîneur dans un contexte plus facile. Après le duel contre les Bruins, les sept adversaires suivants sont moins bien classés que le Canadien.

3. C'est plus facile que de conclure une transaction

Marc Bergevin parle souvent de son plan et de l'importance de ne pas dilapider la relève et les choix au repêchage. Or, s'il veut respecter son modus operandi, il pourra difficilement conclure une transaction qui fera avancer son équipe. S'il souhaite obtenir un attaquant de premier plan, il devra offrir un autre joueur de premier plan, et le manque de profondeur demeurera entier. Pour envoyer un électrochoc à l'équipe, il est plus simple de congédier l'entraîneur.

4. Le développement des jeunes piétine

Jarred Tinordi a été gaspillé et Greg Pateryn joue si nerveusement qu'il semble avoir régressé depuis la saison dernière. Alex Galchenyuk vient au sixième rang des attaquants du CH pour le temps d'utilisation : impossible pour lui de s'épanouir dans ce contexte! Daniel Carr a montré de belles choses lors de son rappel, pour finalement être enterré dans la formation, puis rétrogradé. Les jeunes doivent cesser de marcher sur des oeufs!

5. Il a fait son temps

Aucun entraîneur-chef n'a passé quatre saisons complètes à la barre du Canadien depuis Pat Burns, un entraîneur embauché quand Ronald Reagan était simplement un président, pas encore un aéroport. Tous les entraîneurs ont une durée de vie, et c'est encore plus vrai à Montréal. De plus, les gros canons de l'équipe sont tombés en panne au même moment. Est-ce un autre signe d'usure du pouvoir?

... ou bien le garder?

1. L'effort y est encore

Le Canadien avait un calendrier musclé la semaine dernière, avec deux matchs contre Chicago et un contre St. Louis. Si la récolte d'un point sur une possibilité de six était prévisible, le Tricolore a offert une résistance nettement supérieure à ce qu'on était en droit de s'attendre. Par ailleurs, les aficionados de statistiques avancées se plaisent à rappeler que les indices de possession de rondelle peuvent être annonciateurs de changements de tendance. Ainsi, dans 16 des 21matchs depuis le 1er décembre, le Canadien a eu l'avantage de la possession de rondelle. Les tentatives de tir se convertiront-elles en victoires?

2. Prolongation de contrat en poche

Après les séries de 2014, Therrien a signé une prolongation de contrat de quatre ans, qui commence cette saison. D'une part, c'est signe que le dg croit réellement en son entraîneur, car il aurait très bien pu lui offrir trois ans sans avoir l'air de lui faire un affront. D'autre part, à quoi bon amener (et payer) du sang neuf derrière le banc pour la cagnotte des matchs éliminatoires à domicile s'il faut payer deux salaires d'entraîneur-chef?

3. La saison est déjà à l'eau

Carey Price n'a toujours pas repris l'entraînement avec son équipement complet. Chaque jour qui passe nous rapproche d'un retour au jeu à la mi-février, au mieux. À ce moment, on approchera les trois mois d'absence pour Price. Il lui faudra assurément un certain temps pour retrouver son synchronisme. Au rythme où vont les choses, il sera très difficile pour le Canadien d'amorcer les séries en position de force. Si on fait son deuil des grands honneurs, pourquoi remplacer l'entraîneur dans un geste de panique? Et on le remplace par qui? Hormis Guy Boucher, les candidats francophones qui ont de l'expérience dans la LNH ne foisonnent pas.

4. Calendrier favorable

Cet argument fonctionne dans les deux sens! Affronter des adversaires de moins haut niveau, c'est aussi l'occasion pour le Canadien d'accumuler des points et de se repositionner en vue du sprint final. Ce n'est évidemment pas en battant Columbus et Edmonton que l'on relance une saison, mais pour une équipe en mal de confiance, de telles victoires pourraient faire le plus grand bien.

5. Ressources limitées

Du sang neuf, c'est bien beau, mais le remplaçant de Therrien sera lui aussi pris sans Carey Price et avec des ailiers comme Dale Weise et Tomas Fleischmann, qui jouent des rôles trop importants pour ce qu'ils peuvent offrir offensivement. Il serait injuste que Bergevin congédie Therrien sans même lui offrir de bouée de sauvetage. Jusqu'ici cette saison, l'ajout le plus important a été Paul Byron, un honnête joueur de soutien, sans plus.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer