Autre premier choix gaspillé pour le CH

Jarred Tinordi avait été sélectionné au 22e rang... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Jarred Tinordi avait été sélectionné au 22e rang lors du repêchage de 2010. On le voit ici entouré du propriétaire du Canadien, Geoff Molson, et du directeur du recrutement, Trevor Timmins.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Montréal) La poussière retombe tranquillement sur «l'échange qui a cassé l'Internet». On ignore si c'est relié, mais Twitter est tombé en panne vendredi après-midi après l'annonce de l'échange de Jarred Tinordi, et HockeyDB a grandement ralenti par moments.

D'abord, récapitulons. Le Canadien a cédé Tinordi et l'attaquant de la Ligue américaine Stefan Fournier aux Coyotes de l'Arizona, contre le défenseur Victor Bartley et le fier-à-bras John Scott. Plus tôt dans la journée, les Coyotes avaient acquis Bartley des Predators de Nashville contre Stefan Elliott, un autre arrière de la Ligue américaine.

«Nous avons beaucoup de profondeur au sein de notre groupe de défenseurs et pour cette raison il devenait difficile pour Jarred de mériter un poste régulier», a expliqué le dg Marc Bergevin dans un communiqué. «Il a fait preuve de beaucoup de professionnalisme et affiché une attitude exemplaire. Nous lui souhaitons la meilleure des chances avec sa nouvelle organisation.»

Au final, c'est une transaction bien mineure qui est ressortie de tout ça. Les rumeurs de l'automne dernier soutenaient que Bergevin souhaitait obtenir un ou des choix de deuxième tour en échange du grand défenseur, avec qui il était pris. Il était en effet écrit dans le ciel que, soumis au ballottage, Tinordi serait réclamé. Ce qui ne voulait pas dire que sa valeur était élevée sur le marché des transactions pour autant. Bergevin l'a trop bien appris...

Le dg s'est donc résolu à l'échanger en retour de Bartley (6', 215 lb), un arrière de 27 ans qui demeure avec l'équipe pour le moment, mais qui pourrait bien être cédé dans la Ligue américaine quand Tom Gilbert sera prêt à revenir au jeu. Toutefois, Bartley - il a disputé 112 matchs dans la LNH, mais un seul en 2015-2016 - peut être cédé dans la Ligue américaine sans passer par le ballottage et sans qu'il reste de trace sur le plafond salarial du Canadien, contrairement à Tinordi (850 000 $).

Bien maigre retour sur l'investissement

Quant à Scott, il prend la direction de St. John's. «John Scott est un vétéran de la LNH. Il apportera de l'expérience au groupe d'attaquants de notre club-école», a déclaré Bergevin, ce qui en dit long sur ses intentions avec le matamore...

Le géant de 6'8" et de 260 livres ne compte que 5 buts et 11 points en 285 matchs en carrière, et une seule aide en 11 rencontres cette saison. Âgé de 33 ans, il a accumulé 542 minutes de punition lors de ses séjours avec le Wild, les Black-hawks, les Rangers, les Sabres, les Sharks et les Coyotes.

C'est un retour sur l'investissement bien maigre que Bergevin obtient pour Tinordi, que l'ancienne administration aimait visiblement beaucoup. En 2010, Pierre Gauthier avait en effet sacrifié un choix de deuxième tour pour grimper de cinq échelons, afin de sélectionner le géant de 6'6" au 22e  rang.

Héritage empoisonné

Son départ pour un joueur marginal signifie que le Tricolore se retrouve les mains vides pour une cinquième fois de suite avec un premier choix. David Fischer (2006) n'a jamais même joué dans les filiales du Canadien. Ryan McDonagh (2007) a été perdu dans la transaction impliquant Scott Gomez. En 2008, le Canadien ne parlait pas au premier tour, puisqu'il avait donné ce choix aux Flames pour obtenir Alex Tanguay. Son premier droit de parole arrivait donc au 56e rang, et ça a donné Danny Kristo, qui n'a joué que neuf matchs à Hamilton avant d'être échangé contre Christian Thomas.

Puis en 2009, à Montréal, le CH a sélectionné le Québécois Louis Leblanc, un choix qui sentait la pression politique à plein nez. Il joue maintenant en Slovaquie. En 2010, c'était Tinordi. En carrière à Montréal, il n'aura pris part à 46 matchs, obtenant six mentions d'assistance et amassant 66 minutes de punition.

Ce sont donc cinq joueurs dont le Canadien n'a pratiquement rien retiré, qui devraient tous être en âge de faire partie du noyau, pour la plupart à un salaire encore raisonnable. Un héritage empoisonné qu'a obtenu Bergevin de son prédécesseur.  Avec La Presse Canadienne

Dale Weise... (Archives La Presse) - image 2.0

Agrandir

Dale Weise

Archives La Presse

Enfin complet à l'attaque

Le Canadien présentera samedi quelque chose que l'on a seulement vu pendant 25 minutes depuis un peu plus de sept semaines : une formation complète en attaque.

Le 22 novembre, Brendan Gallagher se cassait deux doigts et allait rater les cinq semaines suivantes. De retour au jeu le 1er janvier, il voyait Dale Weise tomber au combat en deuxième période de la Classique hivernale. Mais voilà que Weise s'est entraîné avec ses coéquipiers vendredi, et tout indique qu'il reviendra au jeu samedi. «C'est de bon augure», a indiqué l'entraîneur-chef Michel Therrien.

 «Je me porte à merveille. Les médecins doivent effectuer de dernières vérifications avant de me permettre de jouer. Mais je me sens bien», a déclaré l'ailier droit après la séance d'entraînement optionnelle de l'équipe. «Mes tirs sont de meilleure qualité qu'avant ma blessure!» a-t-il ensuite blagué.

La blessure de Dale Weise au haut du corps, subie quand il a fait une vilaine chute après avoir été frappé devant le filet, semble guérie. Or, le Tricolore avait retrouvé ses allures du début de saison pendant la moitié de match que Weise a disputée le 1er janvier. Ce jour-là, tous les attaquants étaient en santé, et le Canadien menait déjà 2-0 quand le numéro 22 est tombé au combat, après cinq minutes en période médiane. Les Montréalais ont gardé le rythme malgré tout, l'emportant 5-1, dans ce qui était un de leurs meilleurs matchs de la saison.

«On a joué notre meilleur hockey quand on avait notre formation complète», a rappelé Weise. Dernièrement, plusieurs joueurs ont dû changer de position et jouaient différents rôles. On peut bâtir sur le succès qu'on a eu quand notre formation était intacte. À la Classique hivernale, quand on était tous là pendant une moitié de match, c'était un de nos meilleurs efforts de la saison.»

Avec le retour de Weise, le Canadien retrouvera également son deuxième marqueur. L'ailier droit totalise en effet 11 buts, soit 6 de moins que Max Pacioretty.  La Presse et La Presse Canadienne

Une étoile gênante

En obtenant John Scott, le Canadien hérite du joueur qui a été élu à titre de capitaine de la division Pacifique au prochain match des étoiles. Une situation un brin embarrassante pour la LNH, qui voit un joueur ayant marqué cinq buts en près de 300 matchs choisi parmi les étoiles. Or, selon notre collègue Bob McKenzie, les Coyotes et la LNH auraient demandé à Scott de refuser son invitation au match. La LNH souhaiterait donc le forcer à se retirer lui-même du match des étoiles avec cette transaction. Le colosse n'était pas disponible pour une entrevue samedi, ont fait savoir les IceCaps, tandis que son agent n'a pas répondu au message laissé par La Presse. Du côté de la LNH, on s'est contenté de déclarer que la ligue «évaluait l'impact de cette transaction sur l'équipe de la division Pacifique au match des étoiles». À Phoenix, le directeur général des Coyotes, Don Maloney, a assuré à l'Arizona Republic que la transaction n'avait rien à voir avec le fiasco du match des étoiles.  La Presse

Sven Andrighetto... (Archives La Presse) - image 4.0

Agrandir

Sven Andrighetto

Archives La Presse

Carr et Andrighetto cédés à St. John's

C'est passé un peu inaperçu en raison de la transaction de Jarred Tinordi, mais le Canadien a cédé les attaquants Daniel Carr et Sven Andrighetto à St. John's. Carr, auteur de 5 buts en 17 rencontres, a reçu des fleurs de Michel Therrien. «Il y a beaucoup de positif. Il a beaucoup de détermination. Pour s'établir dans la LNH, c'est un processus. Il a acquis de l'expérience. On est très satisfaits», a dit l'entraîneur-chef, avant de souligner que le petit ailier avait quelque peu ralenti dernièrement. L'évaluation a été moins positive pour Andrighetto, qui n'a pas obtenu de point à ses trois derniers matchs. «C'est sa troisième saison professionnelle. On l'a mis dans une position où on pensait qu'il pourrait produire offensivement. Il a un bon coup de patin et des habiletés. Mais depuis son dernier rappel, on ne voyait pas les chances de marquer comme on les voyait à son premier rappel. On va continuer à travailler avec lui.»  La Presse

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer