La tâche était trop lourde pour le CH

En troisième période, Tomas Plekanec a trouvé le... (La Presse Canadienne, Paul Chiasson)

Agrandir

En troisième période, Tomas Plekanec a trouvé le fond du filet... mais pas de la façon qu'il souhaitait. Le gardien des Blackhawks, Corey Crawford, a stoppé 39 des 40tirs du Canadien, dont 17 au dernier tiers.

La Presse Canadienne, Paul Chiasson

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse

(Montréal) Le Canadien s'est battu farouchement pour aller chercher le but d'écart qui lui manquait, mais contre les champions de la Coupe Stanley, la tâche était trop lourde.

Les Blackhawks de Chicago l'ont emporté 2-1 jeudi soir, au Centre Bell. Les champions n'ont pas perdu en temps réglementaire depuis la campagne 2013-2014 lorsqu'ils mènent après 40 minutes. Leur fiche dans cette situation est maintenant de 46-0-1 depuis deux ans.

Le Tricolore a eu beau travailler au corps les Hawks et décocher 40 tirs vers Corey Crawford, rien n'y a fait. Ç'a été un bel effort, mais les victoires morales ne donnent pas beaucoup de points au classement... Le CH n'a récolté que cinq victoires à ses 20 derniers matchs, ce qui le laisse au troisième rang de la section Atlantique avec 49 points, un seul devant le Lightning de Tampa Bay et deux devant les Bruins de Boston, inactifs jeudi.

«Nous avons joué le genre de hockey nécessaire pour connaître du succès. Personne ne peut critiquer notre effort», a lancé Michel Therrien.

«Nous avons récolté 40 tirs au but contre les champions de la Coupe Stanley. Nous avons eu de nombreuses chances de marquer. Mais nous devons capitaliser sur ces opportunités. Nous avons plein d'occasions, mais nous sommes incapables de marquer», a ajouté l'entraîneur-chef du Canadien.

Les statistiques le confirment : à ses 13 dernières sorties, le Canadien n'a inscrit que 23 buts, incluant un match de cinq buts contre les Bruins de Boston. Durant cette séquence, il a subi un jeu blanc et a été limité à un seul but pas moins de sept fois. 

«C'est un gardien qui a gagné des Coupes Stanley en jouant de cette façon pendant les séries éliminatoires et lors de gros matchs», a rappelé Paul Byron. «Il a été excellent.»

Ça s'est mis à grincer des dents dans le Centre Bell à 8:26 de la première période quand le capitaine Jonathan Toews a déjoué Mike Condon, auteur de 29 arrêts. Paul Byron a ramené un sourire sur le visage des partisans avec son huitième but de la saison à 10:36, mais Ryan Garbutt a marqué 2 minutes et 20 secondes plus tard à la suite d'un revirement commis par Nathan Beaulieu, qui a embouteillé le CH dans sa zone.

Grosse deuxième

Après une première période où il paraissait décontenancé devant la vitesse d'exécution des Hawks, le Canadien a retrouvé tout son aplomb en deuxième période. «Quand on est revenu dans le vestiaire, on savait que ce n'était pas assez pour leur tenir tête», a reconnu Byron. «On voulait s'améliorer en deuxième et en troisième, et c'est ce que l'équipe a fait. Mais nous n'avons pas eu le résultat espéré.

«Tout le monde ici travaille fort, mais en bout de ligne, on n'a pas les deux points. Il faut changer quelque chose, aller dans les zones difficiles pour marquer des buts.»

Le Canadien disputera ses deux prochaines rencontres à l'étranger, d'abord samedi à St. Louis avant de renouer avec les Black-hawks dimanche soir, à Chicago.  Avec La Presse Canadienne

Patrick Kane... (La Presse, Bernard Brault) - image 2.0

Agrandir

Patrick Kane

La Presse, Bernard Brault

Kane s'améliore chaque saison

Richard Labbé

La Presse

MONTRÉAL - Ceux qui prévoyaient une saison de misère pour Patrick Kane doivent maintenant se raviser.

L'attaquant des Blackhawks de Chicago est débarqué jeudi au Centre Bell avec une récolte de 63 points en 45 matchs cette saison, un sommet parmi les compteurs de la LNH. «Il continue de s'améliorer chaque saison», a expliqué l'entraîneur-chef Joel Quenneville. «Il devient plus rapide, et il provoque des choses. Il joue bien, comme tous les membres de son trio.»

Les performances de Kane ont de quoi étonner, lui qui avait amorcé la saison d'une très mauvaise façon : en faisant face à des accusations d'agression sexuelle avant l'ouverture du camp d'entraînement. Mais ce dossier fort complexe n'est jamais allé plus loin, et Kane a pu oublier tout ça et se remettre à jouer comme un type qui pourrait récolter quelques honneurs en fin de saison.

«Le plus important fut l'appui de mes coéquipiers», a-t-il expliqué au sujet des accusations. «Ce fut énorme pour moi, j'étais heureux d'avoir les gars de mon bord. Je suis juste heureux d'être à l'aréna et d'être avec les gars.»

Kane, qui complète un trio avec la jeune sensation Artemi Panarin et Teuvo Teravainen, estime que c'est justement cette cohésion avec les deux autres qui explique son succès. «Notre trio est demeuré intact depuis le début de la saison, on se connaît très bien et nous avons développé une forme de complicité les trois ensemble.»

Il n'y a pas que Kane qui s'amuse ces jours-ci chez les Blackhawks. En fait, c'est l'équipe au complet qui va bien. En l'emportant jeudi, Chicago a collé une neuvième victoire de suite pour permettre à Quenneville de savourer la 783e victoire de sa carrière, ce qui le place devant Alger Arbour au deuxième rang des entraîneurs les plus victorieux dans l'histoire de la LNH. Seul Scotty Bowman (1244 victoires) a fait mieux.

«C'est bien d'être ici dans cet aréna avec la tradition qu'on y retrouve. Mais on essaie seulement de gagner un match», avait expliqué Quenneville jeudi midi.

«Il sait soutirer le maximum de ses joueurs», avait noté le gardien Corey Crawford en parlant de son entraîneur-chef. «Il comprend le jeu et il sait comment ça marche dans cette ligue.»

Panarin en tête pour le titre de meilleure recrue

En plus de leur force de frappe traditionnelle basée autour des Toews, Kane, Hossa et Keith, les Black-hawks comptent cette année sur les services du jeune Russe Artemi Panarin (5'11", 170 lb), qui pour l'instant est le favori pour remporter le trophée Calder. Avant d'affronter le Canadien, la recrue de 24 ans avait récolté 15 buts et 39 points en 45 matchs. «J'ai joué quelques matchs avec lui au sein de l'équipe nationale et c'est un gars qui a de très bonnes mains, qui a une bonne vision du jeu, qui est intelligent et rapide, a décrit le défenseur Alexei Emelin. Même s'il est petit, il est difficile à affronter.» Panarin n'a jamais été repêché, et les Hawks l'ont mis sous contrat comme joueur autonome.  D'après La Presse

Ce qu'ils ont dit

«C'est frustrant de voir le nombre de fois où les gardiens adverses obtiennent une étoile ici. On doit rendre leur travail plus difficile»

- Brendan Gallagher

***

«Il n'y a pas de victoire morale. On veut juste les deux points. Tout ce qui compte, c'est le classement et quand on n'a pas les deux points, c'est frustrant. On doit marquer et gagner des matchs.»

- Max Pacioretty

***

«Il faut continuer de se battre, et c'est ce que nos gars ont fait.»

- Michel Therrien

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer