Les Penguins trop forts pour le CH

Dans la défaite du Canadien, le gardien Mike... (Photo Robert Skinner, archives La Presse)

Agrandir

Dans la défaite du Canadien, le gardien Mike Condon a peut-être connu sa meilleure performance de la saison en bloquant 29 des 31 tirs des Penguins, dont plusieurs arrêts importants.

Photo Robert Skinner, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Montréal) Deux victoires de suite pour le Canadien? Ça devra attendre à une autre fois.

Les Penguins de Pittsburgh ont été forts, trop forts, et au bout du compte, ce sont eux qui ont pu remporter une victoire de 3-1 face au Canadien, samedi soir au Centre Bell. Avec tout ça, le CH demeure allergique aux séries de deux victoires. Il n'a pas réussi le coup depuis le 25 et le 27 novembre.

Le Canadien a toutefois eu ses occasions. Même qu'avec 20 secondes à jouer, une punition à Kristopher Letang a mené à un 6 contre 4, avec Mike Condon qui était déjà au banc. Mais une très mauvaise passe d'Andrei Markov a été interceptée par Eric Fehr, qui a ensuite pu filer seul pour le but d'assurance dans un filet vide.

«C'est frustrant d'écoper une punition comme ça à la fin, sur un jeu qui arrive souvent», a dit Letang. Ce n'est pas la première fois qu'il [Brendan Gallagher] tombe comme ça... Quand on a marqué ensuite, j'ai pu prendre une bonne respiration!»

Ce sont les Penguins qui ont marqué les premiers. En deuxième période, Patric Hornqvist a réussi un but en avantage numérique, sur une superbe passe de Phil Kessel. P.K. Subban a fait 1-1 quelques minutes plus tard, avec un plomb de la pointe qui a mis fin à une disette de 33 matchs pour le défenseur.

Bryan Rust a redonné l'avance à la visite moins de cinq minutes plus tard, lui qui s'est retrouvé fin seul à quelques pieds seulement de Condon lorsque le défenseur Greg Pateryn a commis une bourde majeure en quittant sa position pour tenter une mise en échec.

Des jurons de Subban

«Je n'ai rien à foutre de savoir ça fait combien de matchs que je n'avais pas marqué. Ça m'importe peu», a lancé Subban à un petit groupe de journalistes, entrecoupant ses propos de quelques jurons. Les mots étaient si forts que l'attention du capitaine Max Pacioretty a été détournée pendant qu'il terminait une réponse à un autre groupe de scribes, le temps d'adresser un regard en direction de Subban.

«Je ne suis pas un marqueur. Ce n'est pas mon travail de marquer des buts», a ajouté Subban, des propos rapportés par le collègue de Sportsnet Eric Engels.

«Je n'ai pas vu les joueurs après le match, mais une chose est certaine, personne dans cette équipe n'aime perdre», a noté Michel Therrien.

À sa 28e présence devant le filet cette saison, Condon n'a pas déçu. En fait, il a peut-être offert sa meilleure performance de la saison, faisant face à 31 tirs, et réalisant plusieurs arrêts d'importance. À l'autre bout, Marc-André Fleury a été assez occupé lui aussi, faisant face à 34 tirs.

Le Canadien va maintenant avoir droit à une petite pause, puisque son prochain match n'est prévu que pour jeudi au Centre Bell, contre les Blackhawks de Chicago.

«On a congé et ensuite, trois grosses journées d'entraînement. Ce sera comme au collège! On a beaucoup de choses à travailler, j'ai hâte», a observé Condon.

Pas un clone de Tortorella!

Les difficultés des Penguins ont mené l'équipe à congédier l'entraîneur-chef Mike Johnston et à le remplacer par Mike Sullivan, le 12 décembre. Sullivan était coach à Wilkes-Barre, le club-école des Penguins. Mais il a aussi fait ses classes comme adjoint de John Tortorella dans la LNH, puisqu'il a été son assistant à Tampa, à New York et à Vancouver.

Cependant, tant Sullivan que ses joueurs assurent qu'il n'est pas le clone du bouillant Tortorella. «Il est très humain, il va prendre le temps de jaser à ses joueurs, de prendre le pouls de son équipe. Ce n'est pas un gars vraiment militaire, comme Tortorella», a estimé le défenseur Kristopher Letang. «J'ai beaucoup appris de Torts, mais je crois que nous avons des personnalités très différentes», a estimé Sullivan. «C'est impossible de trouver deux Torts! J'ai beaucoup de respect pour John comme entraîneur et comme personne. C'est un homme de convictions et il croit en ses moyens. Il livre aussi ses messages de façon très claire.»  La Presse

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer