Crosby reprend des couleurs

Sidney Crosby était étroitement surveillé, pour ne pas... (La Presse Canadienne, Paul Chiasson)

Agrandir

Sidney Crosby était étroitement surveillé, pour ne pas dire retenu, par Paul Byron en première période. Après avoir été limité à deux buts lors de ses 18 premiers matchs, le capitaine des Penguins en compte maintenant 12 en 40 rencontres.

La Presse Canadienne, Paul Chiasson

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Lamarche
La Presse Canadienne
Montréal

On n'est pas habitué de voir le nom de Sidney Crosby au 41e rang du classement des marqueurs de la LNH et avec moins d'un point par match, lui dont la moyenne en carrière s'établissait à 1,36 avant le début de la saison. Mais petit à petit, le capitaine des Penguins de Pittsburgh reprend des couleurs.

Avant d'affronter le Canadien samedi soir, Crosby avait amassé 16 points depuis le 1er décembre, le même nombre que son coéquipier Evgeni Malkin et un de moins que Nicklas Backstrom (Capitals de Washington), le meneur parmi les formations de la section Métropolitaine. Limité à deux buts lors de ses 18 premières sorties, il en compte maintenant 12 en 40 rencontres. 

«Les choses ont commencé à tourner vers la fin de novembre», a affirmé Crosby après l'entraînement matinal des Penguins, samedi. «J'avais l'impression d'avoir plus de chances de marquer. La rondelle n'allait pas nécessairement dans le filet, mais je sentais que j'avais un plus grand impact lors des matchs.

«Parfois, lorsque vous ne marquez pas, ça ne veut pas dire que vous jouez mal ou que vous faites de mauvaises choses. Mais à partir de cette période, j'ai trouvé que je montrais un peu plus de régularité. Ça s'est poursuivi et éventuellement, j'ai commencé à marquer un peu plus souvent.»

Malgré tous les moments difficiles et les commentaires négatifs qui fusaient de bien des endroits, Crosby a affiché la même ardeur au travail, l'une de ses marques de commerce. «Depuis que je suis arrivé ici, son rendement est exceptionnel», a déclaré l'entraîneur-chef Mike Sullivan, en poste depuis le 12 décembre. «Pour moi, il fait partie de l'élite mondiale. Il joue extrêmement bien et il est une menace à presque chacune de ses présences sur la patinoire. Je pense qu'il a adhéré au concept d'équipe que nous tentons d'implanter, et il est un grand leader sur la patinoire.»

Des éloges de Letang

Le défenseur Kristopher Letang a lui aussi fait l'éloge de son capitaine. «Tu ne peux pas avoir un plus bel exemple d'un professionnel. Il arrivait à l'aréna et travaillait aussi fort pour devenir meilleur. Des mauvaises passes, tout le monde en a durant sa carrière. Prenez l'exemple de Marc-André Fleury. Il y a une couple d'années, il a connu des moments difficiles et aujourd'hui, c'est lui qui nous sauve à chaque match.»

On ne sait trop si Crosby a été perturbé par les commentaires négatifs à son endroit, surtout en début de saison, mais ils ont certainement dérangé David Perron, son coéquipier de trio. «Depuis qu'il a 13 ou 14 ans qu'on dit de lui qu'il est le meilleur joueur au monde, je pense que c'est normal de connaître une petite baisse de production, ou une moins bonne séquence avec des buts et des passes, pendant une année ou une demi-saison. Quand je suis retourné à Magog à Noël, j'ai entendu des gens dire beaucoup de choses négatives à son sujet. J'ai trouvé ça dommage.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer