Putsch à la Fédération internationale de boxe

Des opposants au président de la Fédération internationale... (AP, Frank Franklin II)

Agrandir

Des opposants au président de la Fédération internationale de boxe Ching-Kuo Wu ont envahi les bureaux de la Maison des Sports à Lausanne, mercredi.

AP, Frank Franklin II

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
LAUSANNE

Une grande confusion régnait mercredi au siège de la Fédération internationale de boxe (AIBA), où des opposants au président, le Taïwanais Ching-Kuo Wu, membre influent du CIO, ont bloqué l'accès aux employés dans une tentative «illégale» de prise de contrôle, selon la direction en place.

La boxe olympique a parfois apporté son lot d'événements dramatiques ou suscitant la suspicion, comme ces boxeurs s'estimant «volés» à l'issue de décisions surprenantes de juges arbitres dont certains ont ensuite été écartés pour des soupçons de corruption.

Mais le dernier épisode de l'histoire mouvementée de l'AIBA est encore plus surprenant: mercredi matin, à leur arrivée, la vingtaine d'employés de la fédération n'ont pu pénétrer dans leurs bureaux de la Maison des Sports à Lausanne. Des vigiles de la société Securitas bloquaient les portes sur décision d'un Comité exécutif intérimaire (CMI), composé d'opposants au président en place.

Sur les deux portes d'accès était placardé un texte rédigé en anglais. «Chers employés. Le comité exécutif de l'AIBA a voté une motion appelant à un vote de défiance envers le président actuel Ching-Kuo Wu», indiquait le texte.

«De plus, des motions ont été adoptées permettant la mise en place d'un Comité exécutif intérimaire (CMI) pour diriger le travail de l'AIBA et organiser un congrès extraordinaire. De ce fait, en cette période de transition, il a été décidé de fermer les bureaux pour le reste de la semaine et d'offrir trois jours de congés aux employés», ajoutait le document.

Geste condamné

Selon des témoignages recueillis sur place, les employés n'avaient pas été prévenus de cette fermeture et ont trouvé porte close mercredi matin, alors que des voitures de police étaient stationnées devant la Maison des sports.

Mercredi soir, les vigiles étaient toujours en place et des bandes d'adhésif avaient été collées sur les portes et les serrures pour empêcher l'entrée.

Dans un communiqué transmis mercredi soir, la direction de l'AIBA a «fermement condamné la récente tactique du comité exécutif, agissant sous l'appellation d'un Comité exécutif intérimaire non reconnu».

Cette «tentative illégale de prise de contrôle de l'organisation», selon l'AIBA, «non seulement porte préjudice au travail de l'AIBA et de ses employés, mais en plus menace la tenue des Mondiaux de Hambourg», prévus en août.

Ce blocage du siège intervient au lendemain d'un comité exécutif de l'instance tenu lundi et mardi à Moscou, durant lequel, malgré des appels à la démission, le président Ching-Kuo Wu a tenu bon et répété que depuis les JO de Rio 2016, l'AIBA s'est engagée dans «une nouvelle ère basée sur des valeurs d'intégrité et de transparence».

Ainsi, estimant que des décisions d'arbitrage durant les Jeux s'étaient révélées «en-dessous du niveau attendu», l'AIBA avait écarté 36 juges arbitres. L'instance avait également procédé à une réorganisation en interne, le Français William Louis-Marie, jusqu'alors directeur de la communication succédant au poste de directeur général à un autre Français, le controversé Karim Bouzidi.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer