Simon Kean devient champion intercontinental IBO

Simon Kean (à gauche) s'est imposé par K.-O.... (La Presse, Robert Skinner)

Agrandir

Simon Kean (à gauche) s'est imposé par K.-O. en début de cinquième ronde face au Brésilien Marcelo Luiz Nascimento, mettant la main sur le titre IBO des lourds.

La Presse, Robert Skinner

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Frédéric Daigle
La Presse Canadienne
Montréal

Simon Kean a inscrit un spectaculaire K.-O. après 59 secondes d'action au cinquième round face au Brésilien Marcelo Luiz Nascimento et il a mis la main sur la ceinture intercontinentale des lourds de International Boxing Organization (IBO), samedi.

Après avoir touché la cible d'un violent crochet de gauche au visage qui a ébranlé Nascimento (23-15, 20 K.-O.), Kean (10-0, 9 K.-O.), flairant l'ouverture, a poursuivi sans relâche son adversaire.

L'atteignant d'abord d'une combinaison au visage, Kean a poursuivi avec un violent crochet de gauche. Nascimento ne semblait tenir sur ses pieds qu'en raison de sa grande force physique à ce moment-là.

Tandis que les deux pugilistes ont été transportés de l'autre côté du ring, Kean a lancé une rafale de coups qui ont tous touché la cible. Alors que l'arbitre Steve St-Germain s'approchait pour mettre fin aux hostilités, Kean a placé une dernière droite et Nascimento s'est effondré dans les câbles.

Le Brésilien a pu reprendre ses esprits pour quitter le ring de ses propres moyens, mais la scène était tout de même inquiétante.

«Je l'attendais celle-là, a dit Kean en montrant sa ceinture aux journalistes qui l'ont entouré après sa victoire. Ça fait longtemps que je dis que je veux une ceinture, je suis content. J'ai eu du plaisir ce soir. Je pense que toute l'équipe en a eu.»

Surpris au départ

Pourtant, Nascimento avait bien amorcé le duel, surprenant Kean avec un solide crochet de gauche, avant de poursuivre quelques secondes plus tard avec une combinaison conclue par un uppercut de la droite qui a touché la cible au premier round.

«Je commence toujours mes combats tranquillement et c'est correct si je ne touche pas mon adversaire, mais il ne faut pas que j'en reçoive. Je me suis ajusté. Mais j'étais un peu embêté.

«Il était très reculé sur sa jambe arrière et j'avais de la difficulté à placer mon jab. Ça fait 12 ans que je boxe et j'ai toujours utilisé mon jab. Mais nous avons tous Internet : il a dû faire de la vidéo lui aussi.»

Kean s'est toutefois ressaisi et il a aussi pu placer un bon uppercut. Le Brésilien est retourné dans son coin avec la joue droite tuméfiée et il a eu très peu de moments pour se réjouir de sa performance par la suite.

Le deuxième round a donné lieu à deux moments pour le moins particuliers. L'arbitre St-Germain a accordé un compte de huit alors que Nascimento a plutôt semblé avoir glissé. En toute fin de round, Kean a pincé le Brésilien d'un crochet au foie qui lui a fait plier les genoux. Pourtant, cette fois, St-Germain n'a pas accordé de compte. Coup bas? Après la cloche? Il faut croire que c'est l'une des options que l'officiel a retenue.

«La première chute, je l'ai touché, mais il a semblé glisser en même temps, a indiqué Kean. Je peux honnêtement dire que je ne l'ai pas ébranlé avec ce coup. Avec le coup au foie par contre, le coup est rentré avant la cloche, mais il a mis le genou au sol après qu'on l'ait entendue. Je pense que ce n'était pas une chute.»

Qu'à cela ne tienne, le pugiliste de Trois-Rivières a poursuivi son inlassable domination. Les coups de Nascimento ont la plupart du temps raté la cible ou touché la défense hermétique du «Grizzly». Après avoir dominé les troisième et quatrième assauts, Kean a terminé le travail au début du cinquième.

***

Clovis Drolet encore expéditif

Clovis Drolet (2-0, 2 K.-O.) a été presque aussi expéditif qu'à son premier combat, samedi soir. Difficile de faire plus vite que 31 secondes, mais le boxeur de Beauport a gagné sans difficulté son deuxième duel dans les rangs professionnels après 1 min 57 d'écoulées à la deuxième reprise. L'Argentin Gustavo Alberto Sanchez (13-16-1, 4 K.-O.) était déjà allé au tapis deux fois dans le deuxième round avant que l'arbitre Albert Padulo fils ne mette fin aux hostilités.

«Au moins, cette fois-ci, j'ai sué un peu», a rigolé Drolet, joint au téléphone à l'Olympia de Montréal. «J'ai pris le premier round pour voir ses erreurs, puis au deuxième, mon timing était parfait et j'ai sorti des bons coups. Plus ça allait, je lui marchais dessus», a détaillé Drolet, avouant avoir encaissé son premier coup de poing chez les pros. Le pugiliste de 25 ans profitait du soutien d'une dizaine de partisans ayant fait la route de Québec pour l'applaudir. Ce qui lui fait dire que tout le monde a hâte, lui le premier, qu'il se produise bientôt dans sa ville natale.  Olivier Bossé

***

Un autre boxeur dans le coma

Trois semaines après David Whittom, un autre boxeur canadien se retrouve dans le coma après un combat. Vendredi soir, à Edmonton, l'Albertain Tim Hague est tombé sous les poings d'Adam Braidwood au deuxième round d'un duel de poids lourds prévu pour huit reprises.

Après que la rumeur de la mort de Hague se soit répandue sur les réseaux sociaux, samedi, sa soeur, Jackie Neil, a publié la déclaration suivante à l'attention des médias : «Tim est présentement avec toute sa famille immédiate. Il est dans des conditions critiques. Nous vous demandons de prier et de respecter notre intimité dans un moment aussi horrible et inattendu.»

Braidwood est ce tas de muscles de 250 livres qui avait dominé le boxeur de Québec Éric Martel-Bahoéli au Centre Vidéotron, le 24 février. Martel-Bahoéli avait d'ailleurs annoncé sa retraite le soir même. Braidwood est un ancien joueur professionnel de football de la LCF et ex-prisonnier repenti.

Hague (1-3, 1 K.-O.), 34 ans, livrait son quatrième combat de boxe pro, lui qui était davantage versé en arts martiaux mixtes, ayant même atteint l'UFC. À 6'4'' et 265 livres, il ne concédait pas de gabarit à Braidwood (8-1, 7 K.-O.). Mais sur les images du combat, il apparaît moins découpé que son adversaire. Selon CBC, sa pratique de la boxe se faisait à temps partiel et il enseignait à l'école primaire.

Assommé par une gauche dévastatrice de Braidwood, Hague a quand même rejoint le tabouret dans son coin pendant que Braidwood célébrait, mais sa sortie du ring semblait laborieuse. Situation qui rappelle celle de Whittom, hospitalisé au Nouveau-Brunswick depuis le 27 mai. Le vétéran boxeur de Québec avait expérimenté les symptômes d'une hémorragie cérébrale dans les heures qui ont suivi son combat et, une fois à l'hôpital, les médecins l'ont plongé dans un coma artificiel. Il se bat depuis pour sa vie, comme Hague maintenant.  Olivier Bossé




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer