Stevenson expéditif, Alvarez bat Pascal

Adonis Stevenson n'a pas eu de difficulté à... (La Presse, Bernard Brault)

Agrandir

Adonis Stevenson n'a pas eu de difficulté à disposer d'Andrzej Fonfara, samedi soir, l'envoyant notamment au plancher au premier round. L'entraîneur du Polonais a finalement jeté l'éponge après 28 secondes au deuxième round.

La Presse, Bernard Brault

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Montréal

Adonis Stevenson n'a fait qu'une bouchée de l'aspirant polonais Andrzej Fonfara pour défendre avec succès son titre des mi-lourds du WBC, samedi, au Centre Bell.

Après avoir envoyé Fonfara (29-5, 17 K.-O.) au tapis d'une solide gauche dès le premier round, Stevenson (29-1, 24 K.-O.) n'a jamais lâché la pression. En fin d'assaut, il a d'ailleurs placé près d'une dizaine de coups sans réplique à la tête de son adversaire, si bien que plusieurs croyaient que l'arbitre Michael Griffin allait stopper le duel à ce moment.

Après avoir écouté les remontrances de son entraîneur Virgil Hunter pendant la pause, Fonfara n'a pas été en mesure de démontrer qu'il pouvait poursuivre sans danger. Stevenson a eu tout juste le temps de placer cinq puissants crochets du gauche en 28 secondes avant que Hunter ne signale à l'arbitre qu'il en avait assez vu.

«Virgil Hunter a pris la bonne décision», a noté Yvon Michel, président de GYM. «Je sais que des gens ont rouspété, mais si Adonis avait placé une autre gauche, ça aurait pu être dangereux.»

«Il a pris la bonne décision», a renchéri Stevenson. Pensez à David Whittom, qui se retrouve dans le coma après avoir subi un K.-O. On ne veut pas vivre ça, jamais.»

Fonfara subissait un deuxième retentissant K.-O. en début de combat à ses trois derniers affrontements. En juin dernier, Joe Smith fils l'avait terrassé au premier round. Entre les deux combats, il a passé le K.-O. au 10e assaut à Chad Dawson, qui est maintenant davantage un faire-valoir qu'un aspirant sérieux.

Il s'agit de la huitième défense de titre pour Stevenson, champion depuis juin 2013. Son prochain défi pourrait être Eleider Alvarez ou un combat d'unification contre le vainqueur du duel entre Andre Ward (détenteur des trois autres ceintures)et Sergey Kovalev, le 17 juin.

Stevenson souhaite évidemment un combat d'unification, mais il laisse ce dossier à son gérant, Al Haymon. «Al Haymon m'a dit : "Occupe-toi de boxer, je m'occupe du reste". Je n'ai pas mon mot à dire là-dessus. Je vais affronter qui on me dira d'affronter.»

En battant Jean Pascal (à gauche) samedi soir... (La Presse canadienne, Ryan Remiorz) - image 3.0

Agrandir

En battant Jean Pascal (à gauche) samedi soir au Centre Bell, Eleider Alvarez a confirmé son statut d'aspirant numéro 1 au titre des mi-lourds du WBC.

La Presse canadienne, Ryan Remiorz

«N'ayez crainte, il va suivre ce que lui dictera le WBC», a ajouté Michel, afin de jeter davantage d'huile sur ce feu qui brûle depuis quelques mois au Québec. Sam Watson, le bras droit d'Al Haymon, a ajouté que «Stevenson affronterait n'importe qui à 175 livres. Si ce doit être Alvarez, Haymon, Michel et Stevenson s'assoiront ensemble et ils mettront sur pied ce combat.»

Alvarez : «Un bon jab»

Eleider Alvarez (23-0, 11 K.-O.), vainqueur de Jean Pascal par décision majoritaire quelques minutes plus tôt en soirée, attend patiemment son tour depuis novembre 2015, soit depuis qu'il est devenu l'aspirant no 1 au titre à la suite de sa victoire par décision majoritaire contre Isaac Chilemba.

«Je m'en fous qui j'affronterai à mon prochain combat. Mon job, c'est de monter dans le ring et de me battre», a conclu le champion.

Samedi, Alvarez a inscrit une victoire majoritaire (117-111, 16-112 et 114-114) au terme de 12 rounds chaudement disputés contre Pascal (31-5-1, 18 K.-O.) «Tout le monde sait que j'ai un bon jab, mais je crois qu'il n'a jamais été aussi bon que ce soir», a souligné le vainqueur. 

«Ma surprise ce soir, c'est que Jean ne m'a pas surpris», a indiqué l'entraîneur d'Alvarez, Marc Ramsay. «Je l'ai dit au cours de la semaine de promotion : on ne sait jamais ce que va faire Jean Pascal. Ce soir, il n'a rien fait pour me surprendre.» Abattu, le Lavallois de 34 ans n'a pas rencontré les médias après la soirée.




À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer