• Le Soleil > 
  • Sports > 
  • Boxe 
  • > David Whittom dans le coma: «il semblait vraiment dans le trouble» 

David Whittom dans le coma: «il semblait vraiment dans le trouble»

Le boxeur de Québec David Whittom est toujours... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Le boxeur de Québec David Whittom est toujours dans un coma artificiel après que les médecins aient découvert une hémorragie cérébrale sévère à la suite de son combat contre Gary Kopas.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) David Whittom était toujours dans un coma artificiel et sous respirateur, lundi, à l'hôpital régional de Saint John, au Nouveau-Brunswick. Le cerveau du boxeur aurait toutefois enflé, forçant les médecins à décréter qu'un scan était nécessaire pour en connaître la cause, a écrit au Soleil son entraîneur François Duguay, en après-midi.

L'athlète de Québec a été victime d'une hémorragie cérébrale à la suite d'un K.-O. subi samedi soir lors d'un duel contre Gary Kopas pour un titre canadien des lourds-légers, à Fredericton, plongeant le milieu de la boxe québécoise en état de choc. Whittom s'est relevé après le combat et a quitté l'Aitken Centre par lui-même, mais a ressenti de violents symptômes plus tard dans la soirée. Transporté à l'urgence de l'hôpital de Fredericton, il a ensuite été transféré à Saint John, où il a subi une intervention chirurgicale, tôt dimanche matin. 

Dans une entrevue accordée à CBC News, lundi, Kopas est revenu sur la séquence qui a mené au K.-O., samedi soir, se disant surpris de voir l'arbitre laissé l'affrontement se poursuivre malgré les difficultés évidentes de son adversaire au 10e ronde.

«Il semblait vraiment dans le trouble», a raconté le pugiliste de Saskatoon. «J'étais vraiment surpris que l'arbitre laisse le combat continuer.»

Désir de vaincre

Kopas assure avoir alors douté de la décision de l'officiel. Mais son désir de vaincre a eu le meilleur sur les doutes et il a lancé quelques coups supplémentaires à la tête de Whittom. L'arbitre s'est finalement interposé. «J'étais en colère, mais en même temps j'étais survolté. Je voulais gagner, mais en même temps je ne voulais pas continuer de le frapper», a ajouté Kopas, 37 ans.

Difficile, toutefois, blâmer qui que ce soit lorsqu'un boxeur se blesse dans le ring, selon Kopas. «Évidemment, tout le monde veut assommer ses adversaires, mais vous souhaitez aussi qu'ils se réveillent tout de suite et en parfaite forme», a-t-il dit à la journaliste Viola Pruss. «On ne souhaite jamais que quelqu'un se retrouve en mauvaise santé. [...] C'est un sentiment horrible, c'est certain.»

Whittom (12-24-1, 8 K.-O.), père d'un garçon de 10 ans, est originaire de Saint-Quentin, au Nouveau-Brunswick. Son duel contre Gary Kopas (8-11-2, 4 K.-O.), samedi, était son premier en 14 mois.

Ce dernier affirme avoir redoublé d'ardeur à l'entraînement, sachant que Whittom se présenterait en grande forme pour ce qui devait être son dernier combat en carrière. Selon Duguay, le Québécois était en avance au pointage avant ce difficile 10e round.




À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer