Attentat à Québec: «Ça fait mal à tout le monde»

Sébastien Bouchard, Lucian Bute et Éric Martel-Bahoéli participeront... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Sébastien Bouchard, Lucian Bute et Éric Martel-Bahoéli participeront au gala de boxe du 24 février au Centre Vidéotron.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) «Ça pourrait aussi arriver en Roumanie! C'est dommage que ce soit arrivé au Québec et au Canada.»

Près de 14 ans que Lucian Bute est installé au Québec. Jamais il n'aurait imaginé qu'une tuerie comme celle de dimanche à la mosquée de Sainte-Foy puisse se produire ici.

«Tout le monde qui immigre au Canada sait que c'est l'un des pays les plus sécuritaires au monde, où on est très bien protégés. Je n'aurais jamais pensé que ça puisse arriver ici. Ça fait mal à tout le monde», a confié le boxeur d'origine roumaine, mercredi, en marge de la conférence de presse tenue à Québec pour faire la promotion de son combat du 24 février, au Centre Vidéotron.

«Ce genre de chose pourrait arriver aussi en Roumanie, c'est survenu à plusieurs endroits en Europe», poursuit celui qui vient d'un pays où plus de 80 % de la population est de religion chrétienne orthodoxe.

Ses parents, inquiets, l'ont d'ailleurs appelé en apprenant la nouvelle à leur réveil, lundi matin, en Roumanie. Bute assure s'être toujours senti bien accueilli comme immigrant, au Québec.

Un combat dédié aux familles

Éric Martel-Bahoéli, lui, est né ici. De sa voix grave, le grand boxeur s'exprime avec un bel accent québécois. Ce qui n'a pas empêché le barbu de 6'3'' et de 255 livres de se faire traiter de «nègre» à deux ou trois reprises dans la dernière année.

«Ça, ça ne s'en ira jamais. Mais maintenant, plus de monde me connaît, c'est moins pire que quand j'étais jeune. Pee-wee, je m'étais fait dire par un parent, au bord de la patinoire : "Heille! Savais-tu que le hockey, c'est pas fait pour les petits criss de nègres comme toi?"» raconte-t-il, lui dont la peau est tatouée des visages de Muhammad Ali, Jackie Robinson, Nelson Mandela et Rosa Park.

Rien comparé à la douleur des familles des victimes du 29 janvier, à qui il dédiera son prochain combat. Le fils de l'un des hommes tués, Khaled Belkacemi, est une connaissance. Amir Belkacemi travaille au bar-spectacle Le Cercle, rue Saint-Joseph.

Martel-Bahoéli pense beaucoup à son premier élève de boxe, Prince Mukamba, jeune prometteur dont la famille fréquente la mosquée de la rue Marie-de-l'Incarnation. 

«Le gars, s'il avait décidé d'aller là au lieu de Sainte-Foy... Ça touche tout le monde», laisse tomber Martel-Bahoéli, qui est en contact avec plusieurs jeunes par ses activités d'entraîneur de boxe et d'agent d'intervention au Centre jeunesse de Québec.

Pour en revenir à Bute (32-3-1, 25 K.-O.), il se battra à Québec pour la sixième fois en 37 combats dans les rangs professionnels. Mercredi, il a eu droit à la totale avec les duchesses en matinée, Bonhomme en après-midi et les Remparts en soirée.

Il respecte Eleider Alvarez (21-0, 10 K.-O.) au plus haut point parce que ce dernier met en jeu sa position d'aspirant obligatoire au titre mondial WBC des mi-lourds. Une catégorie de poids, les 175 livres, où Bute, d'ordinaire un 168 livres, ne s'est produit qu'une fois, il y a trois ans, sa défaite contre Jean Pascal. Pour toutes ces raisons, il estime que la pression repose sur les épaules de son adversaire.

Martel-Bahoéli organise un gala en Côte d'Ivoire

Éric Martel-Bahoéli travaille à l'organisation d'un gala de boxe en Côte d'Ivoire, en août. Il seconde son cousin Alexandre Alcomar, un Ivoirien établi à Montréal, dans ce qu'ils souhaitent être un événement d'envergure à Abidjan. Surtout si Didier Drogba et Georges St-Pierre s'y associent, comme ils le souhaitent. Martel-Bahoéli (11-6-1, 7 K.-O.) boxerait pour la première fois au pays de son père. Ce qui rend encore plus important de vaincre Adam Braidwood (6-1, 5 K.-O.) le 24 février, au Centre Vidéotron. Le pugiliste de Québec deviendrait champion du monde WBU, titre qui donnerait davantage de crédibilité à leur projet.

Braidwood «est un ancien joueur de la LCF de 6'4'' et de 260 livres, ça va faire du bruit quand il va tomber!» lance celui qui arrive septième au classement des poids lourds de la WBU et son adversaire, neuvième. À l'heure actuelle, 16 des 17 titres de la WBU sont vacants, une association qui a quand même déjà couronné George Foreman, Roy Jones et Mickey Ward.

Bouchard pas pressé

Après avoir eu le dessus contre cinq adversaires européens, Sébastien Bouchard (14-1, 5 K.-O.) affrontera un deuxième Mexicain de suite, le 24 février, devant amis et concitoyens de Québec. Ce qu'il connaît de Gustavo Garibay (13-7-2, 5 K.-O.)? Trois minutes de vidéo. Il sait toutefois que l'hésitation n'aura pas sa place. Bouchard ne parle pas encore d'un combat de championnat nord-américain. Il ne veut pas sauter d'étape. Il croit qu'un gars comme le Montréalais Steven Butler, perdant samedi au Centre Bell pour un titre nord-américain, a été promu trop vite. Il y a deux ans, Bouchard et Butler avaient failli s'affronter. Quant aux échauffourées qui ont suivi le revers de Butler, autant dans le ring que dans la foule, Bouchard constate que cela «donne raison à ceux qui pensent que la boxe, c'est un sport de bandits».

Objectif 10 000 spectateurs

Le promoteur Yvon Michel se dit convaincu d'avoir... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve) - image 5.0

Agrandir

Le promoteur Yvon Michel se dit convaincu d'avoir 10 000 personnes pour voir Lucian Bute affronter Eleider Alvarez, le 24 février.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Après avoir attiré 4560 spectateurs au Centre Vidéotron pour le combat de championnat du monde entre Adonis Stevenson et Thomas Williams, le 29 juillet dernier, le promoteur Yvon Michel se dit convaincu d'avoir 10 000 personnes pour voir Lucian Bute affronter Eleider Alvarez, le 24 février. À trois semaines de l'événement, 4500 billets auraient déjà trouvé preneur. Même que si la foule sur place atteint les cinq chiffres, Michel promet de tenir le combat de championnat du monde entre Stevenson et le vainqueur de Bute-Alvarez à Québec, plus tard cette année. Outre Bute, Éric Martel-Bahoéli et Sébastien Bouchard, assurés d'une ceinture avec la ceinture fléchée reçue des mains de Bonhomme Carnaval mercredi, Francis Lafrenière se battra ce soir-là pour des titres nord-américain WBA et international IBF, Dario Bradicean sera aussi en action tout comme deux recrues du Groupe Yvon Michel (GYM). Arslanbek Makhmudov est un poids lourd de l'Azerbaidjan dont l'adversaire a déjà combattu contre Deontay Wilder et Christian M'Billi, un super-moyen français d'origine camerounaise quart de finaliste aux derniers Jeux olympiques.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer