Hopkins vaincu par le temps

Bernard Hopkins a amusé la galerie en faisant... (AP, Matt Rourke)

Agrandir

Bernard Hopkins a amusé la galerie en faisant son entrée muni d'une canne et d'une fausse barbe grise lors d'un entraînement la semaine dernière à Philadelphie. Samedi, le boxeur américain de 51 ans affrontera pour son dernier combat en carrière son compatriote Joe Smith, de 24 ans son cadet.

AP, Matt Rourke

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Los Angeles

Bernard Hopkins boitillait dans le gymnase à l'aide d'une canne avant sa séance d'entraînement, au début de décembre. Il avait troqué ses habituelles lunettes Prada pour une vieille paire et une fausse barbe grise.

Le boxeur de 51 ans s'est mis à rire en agitant sa canne vers des spectateurs amusés. Le mi-lourd sait très bien que même lui ne peut pas mettre le temps K.-O. Samedi à Los Angeles, Hopkins (55-7-2, 32 K.-O.) livrera son 65e et dernier combat de sa carrière de 28 ans contre Joe Smith Jr (22-1, 18 K.-O.), un adversaire de 24 ans son cadet. 

Hopkins avait pourtant promis à sa mère qu'il allait prendre sa retraite à 40 ans. Puis il a juré qu'il ne reviendrait plus dans le ring à 41 ans après avoir défait Antonio Tarver dans un des meilleurs combats de 2006.

Mais comme le personnage fictif Rocky Balboa, Hopkins avait plusieurs autres rounds à offrir. À 48 ans, il l'a emporté par décision unanime sur Tavoris Cloud pour devenir le plus vieux boxeur à gagner un titre majeur. «Je suis content parce que j'ai ajouté encore davantage à mon héritage. Et personne ne s'en plaint», a déclaré le boxeur, qui aura 52 ans le 15 janvier.

De la prison au ring pour une première défaite

Sa carrière n'avait pas commencé sous les meilleurs auspices. Après avoir passé cinq années derrière les barreaux pour vol avec violence, Hopkins a perdu son premier combat le 11 octobre 1988 contre Clinton Mitchell, resté ensuite dans l'obscurité.

«Les deux années qui ont suivi, je ne suis pas remonté sur les rings. J'avais tout pour devenir le stéréotype du mec qui retourne en prison. Cette défaite aurait pu être comme une peine de mort, mais j'ai décidé de changer», s'est-il souvenu cette semaine. «Mais depuis ma naissance en 1965, j'ai toujours été spécial», a-t-il aussitôt rappelé.

Il s'est ensuite fait petit à petit un nom en enchaînant 22 victoires de suite avant de s'offrir son premier combat pour un titre mondial, le 22 mai 1993. Mais il s'incline aux points contre Roy Jones Jr pour la ceinture IBF des moyens et devra attendre plus de 19 mois pour avoir une deuxième chance de reconnaissance mondiale.

Il a dû voyager jusqu'en Équateur pour affronter Segundo Mercado, champion IBF des moyens, qu'il a fini par détrôner. Ce titre, celui qui est devenu «The Executioner» (L'exécuteur), puis «The Alien» (L'extraterrestre), le conservera pendant plus de 10 ans jusqu'en juillet 2005. Il y ajoutera les ceintures WBA, WBC et WBO de la catégorie en battant Felix Trinidad ou encore Oscar de la Hoya.

Le plus vieux champion du monde

Son compatriote Jermain Taylor lui inflige deux défaites consécutives, en juillet et décembre 2005 à Las Vegas (Nevada), qui le privent de ses titres et font pâlir son étoile. Il s'éloigne des rings pour revenir en 2010 pour battre Roy Jones Jr et devenir à 46 ans le champion du monde le plus âgé de l'histoire en battant Jean Pascal pour les ceintures WBC et IBF des lourds-légers en mai 2011 au Centre Bell, à Montréal. Alors qu'il peut unifier la catégorie, en novembre 2014, il est surclassé par le Russe Sergey Kovalev.

Pour son dernier combat, Hopkins va affronter son compatriote Joe Smith, qui fait sensation en surprenant dès la première reprise le Polonais Andrzej Fonfara en juin. Smith n'a aucun titre à son palmarès et doit encore travailler sur des chantiers de construction pour vivre, mais Hopkins voit en lui l'adversaire idéal pour boucler la boucle.

«Moi aussi, je me suis levé à 4h du matin pour travailler, j'ai le plus grand respect pour lui, ce n'est pas le genre de boxeur qui va chez la manucure», a-t-il souri.

Hopkins est propriétaire minoritaire dans Golden Boy Promotions, l'entreprise d'Oscar De La Hoya, et il continuera d'analyser des combats à sa retraite. Il a indiqué qu'il planifiait aussi de s'impliquer dans une série de boxe, qui pourrait aider à la revitalisation de la boxe sur la côte est. Avec Associated Press

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer