Ce sera Lemieux contre Rios

David Lemieux (photo) et son équipe pensent déjà... (La Presse, Olivier Jean)

Agrandir

David Lemieux (photo) et son équipe pensent déjà à un combat avec Billy Joe Saunders.

La Presse, Olivier Jean

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alexis Bélanger-Champagne
La Presse Canadienne
Montréal

Même si David Lemieux a été ralenti par une blessure à un ménisque lors d'un entraînement, le boxeur montréalais refuse de qualifier son combat contre l'Argentin Cristian Fabian Rios, le 22 octobre au Centre Bell, de combat de remise en forme.

Cependant, Lemieux et le président d'Eye of the Tiger Management, Camille Estephan, ont quand même admis qu'il s'agissait d'un combat de préparation en vue d'un «combat majeur» en décembre.

«On a choisi un gaucher, spécialement pour le cheminement recherché vers une ceinture», a déclaré Estephan lors d'une conférence de presse confirmant le duel contre Rios, mardi. «Je pense qu'il n'est pas difficile de comprendre qu'on a en tête un certain Anglais gaucher pour le prochain combat.»

Cet Anglais gaucher est le champion WBO des poids moyens, Billy Joe Saunders. Et à entendre parler le clan Lemieux, tout semble déjà en place pour un combat de championnat du monde entre les deux hommes avant la fin de l'année.

Mais d'ici là, Lemieux devra éviter le piège. Rios (21-7-3, 6 K.-O.) n'est pas classé dans les grandes associations mondiales. Il devrait toutefois bien tester Lemieux (35-3, 32 K.-O.) puisqu'il n'a jamais perdu avant la limite au cours de sa carrière.

Rios avant Saunders

«Je veux mes ceintures, mais je dois d'abord me concentrer sur Rios, a déclaré Lemieux. Il est très solide. Il a un résultat intéressant avec un nul contre [Jorge Sebastian] Heiland [en mars 2012].» Heiland est présentement champion WBC International. «Je veux donner le meilleur de moi-même, le meilleur spectacle pour les fans», a ajouté Lemieux.

Estephan a profité de la conférence de presse pour clarifier la situation par rapport au réseau HBO. Certains médias avaient rapporté que les plans pour un combat entre Lemieux et l'Américain Curtis Stevens en septembre avaient été déraillés par des restrictions budgétaires du côté du réseau américain. Estephan a plutôt mentionné que c'est la blessure de Lemieux qui a forcé le groupe à trouver un plan B.

Le promoteur a aussi profité de sa tribune pour rabrouer ceux qui seront déçus de ne pas voir Lemieux monter dans le ring contre un rival plus prestigieux. «Ça ne peut pas être toujours contre "Canelo" Alvarez, Gennady Golovkin ou Curtis Stevens, a-t-il déclaré. J'aime beaucoup le tennis, et même si chaque match de Roger Federer n'est pas la finale de Wimbledon, on veut quand même le voir, regarder ce beau talent s'exprimer.»

Rares mégacombats

«Dans le monde de la boxe, ce n'est pas toujours des mégacombats. Mike Tyson a fait un seul combat contre Lennox Lewis. Il s'est battu deux fois contre [Evander] Holyfield, mais ce n'était pas toujours des mégacombats. Et on voulait quand même le voir en raison de son style, de ce qu'il amène dans un ring de boxe. Avec Lemieux, c'est la même chose. Il est un peu plus beau et il est un gars dont le style est adulé par les fans partout dans le monde.»

Le combat entre Lemieux et Rios sera disputé à 164 livres et celui de décembre serait à 160 livres, la limite pour un combat de championnat des poids moyens.

Le dernier combat de Lemieux remonte au 7 mai dernier, quand il a achevé Glen Tapia au quatrième round. Tapia n'avait jamais visité le plancher au cours de sa carrière.

Il s'agissait alors d'un premier combat pour le boxeur de 27 ans depuis que son ascension avait déraillé à la suite d'une défaite contre le redoutable Golovkin, en octobre 2015, et d'un impair dans sa préparation pour un combat contre James De La Rosa en mars, quand il avait été incapable de respecter le poids imposé de 163 livres.

En demi-finale du gala du 22 octobre, le Montréalais Steven Butler (17-0-1, 14 K.-O.) affrontera l'Albertain Janks Trotter (10-3-1, 10 K.-O.) et tentera de mettre la main sur le titre nord-américain de l'IBF.

Le combat entre Stevenson et Alvarez d'ici le début 2017

Eleider Alvarez aura finalement sa chance. Yvon Michel, le président et directeur général du Groupe Yvon Michel, a affirmé mardi que le Colombien disputera son combat de championnat du monde des mi-lourds du World Boxing Council (WBC) face à Adonis Stevenson d'ici au début de 2017 au plus tard.

Alvarez (20-0, 10 K.-O.) est devenu l'aspirant au titre de Stevenson (28-1, 23 K.-O.) quand il a vaincu par décision majoritaire Isaac Chilemba le 28 mai 2015, au Centre Vidéotron. Depuis, il ne s'est battu qu'une fois : une victoire par décision unanime contre Robert Berridge, en juillet. Stevenson a quant à lui défendu son titre deux fois : contre Tommy Karpency et Thomas Williams, deux combats à sens unique.

Le 30 août dernier, le WBC a rappelé au clan Stevenson qu'il devait disputer sa défense obligatoire contre Alvarez d'ici la fin de 2016. Michel assure toutefois que le président du WBC, Mauricio Sulaiman, lui a donné une certaine marge de manoeuvre afin que les deux hommes puissent toucher une bourse suffisamment intéressante pour ce duel.

Michel a notamment expliqué qu'en raison de la fin d'année fiscale des réseaux de télévision, il était plus difficile de trouver un terrain d'entente entre ceux-ci et Premier Boxing Champions (PBC), série créée par Al Haymon, qui présentera ce combat.

Beterbiev en octobre

GYM a également précisé qu'Artur Beterbiev (10-0, 10 K.-O.) devrait se battre à la fin d'octobre avant de livrer un autre combat en décembre. Selon le promoteur, Beterbiev pourrait devenir l'aspirant obligatoire aux titres de la World Boxing Organization (WBO) et de l'International Boxing Federation (IBF), tous deux détenus par le Russe Sergey Kovalev, avant la fin de l'année. Kovalev doit défendre ces deux titres, ainsi que celui de la World Boxing Association (WBA), face à Andre Ward, en novembre.

Par ailleurs, GYM et PBC n'ont pas l'intention de laisser tomber Lucian Bute (32-3-1, 25 K.-O.), qui fait face à une suspension pour avoir été trouvé coupable de dopage dans son combat contre Badou Jack, en avril dernier. Michel et Haymon ont assuré au boxeur, qui désire poursuivre sa carrière, qu'ils auraient des dates pour lui lors de leurs galas.

La durée de la suspension qui sera imposée à Bute est pour l'instant inconnue. Le clan Bute, accompagné de Michel, se rendra bientôt à Washington afin de défendre sa cause devant la Commission athlétique du District de Columbia.

Finalement, GYM a annoncé un partenariat de trois ans avec la Société des casinos du Québec qui lui permettra de présenter 18 galas aux casinos de Montréal et du Lac-Leamy. Cinq galas sont déjà à l'horaire pour la saison 2016-2017 : les 20 octobre, 10 décembre, 9 février, 30 mars et 15 juin, avec la possibilité d'ajouter un sixième événement dès cette saison. Custio Clayton (9-0, 7 K.-O.) sera de la finale du premier gala, à Montréal, en octobre.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer