Bute clame de nouveau son innocence

Même si son échantillon B a aussi été... (La Presse, Ivanoh Demers)

Agrandir

Même si son échantillon B a aussi été déclaré positif, Lucian Bute continue d'affirmer qu'il n'a «jamais pris un produit interdit en connaissance de cause». Le boxeur envisage d'intenter des procédures judiciaires contre la compagnie qui lui a fourni le supplément qui aurait causé ce résultat.

La Presse, Ivanoh Demers

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Bill Beacon
La Presse Canadienne
Montréal

L'ancien champion de boxe Lucian Bute dit qu'un supplément qu'il a pris pour l'aider à dormir et récupérer de l'entraînement contenait la substance interdite ostarine, ce qui a mené à l'échec d'un test antidopage.

Bute compte intenter des procédures judiciaires contre une compagnie de San Diego, Pharmagenic, d'où provient le produit Dynamite PM Night Fuel, qui aide les athlètes à récupérer. C'est ce produit qui contenait de l'ostarine, selon les analyses faites par KorvalLabs, un laboratoire californien.

«Je ne suis pas coupable du tout», a dit Bute (32-3-1) lors d'un point de presse dans les locaux de Groupe Yvon Michel, vendredi. «Je n'ai jamais pris un produit interdit en connaissance de cause.»

Le Canadien d'origine roumaine dit que son physiothérapeute, Angel Heredia, a expressément commandé un produit ne contenant pas de substances non permises. Bute a échoué à un test après un verdict nul contre Badou Jack le 30 avril, à Washington. Quelques jours plus tard, on a annoncé un résultat positif venant de son échantillon d'urine A. L'échec du test a été confirmé cette semaine, avec les résultats de l'échantillon B.

Passé louche

Ceux qui doutent de Bute pourraient bien sourciller en voyant Heredia impliqué dans l'affaire. Ce dernier a jadis été l'un des principaux fournisseurs de produits dopants aux athlètes. Il se serait rangé du bon côté de la loi depuis sa coopération dans l'enquête sur BALCO en Californie, au début des années 2000.

L'ostarine n'est pas un stéroïde, mais peut en avoir les effets, comme l'augmentation de la masse musculaire, une meilleure endurance et une récupération plus hâtive. Elle fait partie des substances interdites de l'Agence mondiale antidopage.

Michel a dit que Howard Jacobs, un avocat de Los Angeles spécialisé dans les cas de dopage, a été engagé pour se pencher sur le dossier. Il a obtenu que KorvalLabs teste tous les suppléments pris par Bute à l'entraînement avant son combat contre Jack.

Michel dit qu'il y a possiblement eu une simple erreur, le supplément ayant peut-être été conçu sur une machine où on avait placé de l'ostarine, qui se serait inflitrée dans le supplément Dynamite. Les 50 bouteilles reçues ne mentionnent pas d'ostarine parmi les ingrédients.

La bouteille de Dynamite se décrit comme un supplément alimentaire qui «soutient les niveaux naturels de testostéron [sic] et la vigueur musculaire / Favorise un sommeil profond et la récupération / Soutient les fonctions d'une bonne libido.»

La Commission de boxe et de lutte du District de Columbia (CBLDC) doit décider si on suspendra Bute ou non et pour quelle durée, le cas échéant. Le boxeur de 36 ans a détenu la ceinture des super-moyens de l'IBF d'octobre 2007 à mai 2012. Bute l'a défendue neuf fois avant d'être battu par Carl Froch, en Angleterre.

Bute a un dossier de 2-3-1 à ses six dernières présences dans le ring. Il veut continuer de boxer dans l'espoir de gagner à nouveau un titre mondial, peu importe ce que va décider la CBLDC.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer