Beterbiev vient à bout de Maderna

Ezequiel Maderna n'a rien pu faire contre la... (Archives La Presse, François Roy)

Agrandir

Ezequiel Maderna n'a rien pu faire contre la puissance et la précision des coups d'Artur Beterbiev.

Archives La Presse, François Roy

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Lamarche
La Presse Canadienne
Montréal

Par la force des choses, Artur Beterbiev n'avait pas le choix de veiller tard samedi. Mais il a pris les moyens pour que la soirée ne dure tout de même pas trop longtemps.

Pour la dixième fois en autant de sorties chez les professionnels, Beterbiev a remporté un combat avant la limite, défaisant l'Argentin Ezequiel Maderna par mise hors de combat au quatrième assaut d'un combat prévu pour 12 rounds samedi soir au Centre Bell.

Ce faisant, le mi-lourd originaire de la Russie a conservé ses ceintures de champion de la WBO Internationale et de la NABA.

Le mi-lourd de la Russie est devenu le premier boxeur à vaincre Maderna (23-3-0, 15 K.O.) avant la limite. En fait, l'Argentin de 29 ans n'avait été victime que d'une seule chute au tapis depuis le début de sa carrière.

Mais cette fois-ci, Maderna n'a rien pu faire contre la puissance et la précision des coups de Beterbiev.

Dès le deuxième round

Après un premier round sans histoire, le joyau du Groupe Yvon Michel a commencé à pourchasser son rival au deuxième assaut, le cernant régulièrement le long des câbles, où il a pu servir plusieurs bonnes combinaisons à l'Argentin, qui était incapable de générer quoi que ce soit en guise de riposte.

Les premiers coups de massue de Beterbiev sont survenus avec une trentaine de secondes à faire au troisième round quand trois droites consécutives ont envoyé Maderna au tapis pour une première fois. L'Argentin a tenté de gagner un peu de temps en crachant son protecteur buccal, un stratagème qu'il a répété lorsqu'il est retourné au tapis avant la fin du round.

L'arbitre Marlon B. Wright lui a d'ailleurs retiré un point pour ce geste.

Beterbiev a achevé Maderna en l'expédiant deux autres fois au tapis lors du quatrième round. À la deuxième visite au tapis, Maderna est resté assis sur le plancher et invité ses hommes de coin à lancer la serviette.

Deux minutes pour vaincre Jeremy Bates

Jeremy Bates s'est affublé du surnom «The Beast», mais il a plus ressemblé à un inoffensif mouton contre Oscar «Kaboom» Rivas, samedi soir au Centre Bell.

À son premier combat depuis novembre 2015, Rivas, un poids lourd d'origine colombienne, n'a fait qu'une bouchée de l'Américain de Charleston, en Virginie-Occidentale, l'emportant par arrêt de l'arbitre après seulement 1:47 d'action.

Il n'a fallu que 30 secondes à Rivas (19-0-0, 14 K.O.) pour faire sentir ses coups explosifs sur l'adipeuse charpente de son rival qui n'a jamais été dans le coup.

Bates (26-18-1, 22 K.O.), qui avait gagné ses quatre derniers combats sans jamais atteindre le troisième round, a visité le plancher en trois occasions et l'arbitre n'a pas eu d'autres choix, selon les règles, de mettre fin à l'affrontement.

Rivas a ainsi mérité une huitième victoire d'affilée avant la limite, et quatre d'entre elles ont été obtenues dès l'engagement initial.

Après sa brève séance de défoulement, Rivas a admis qu'il s'attendait à une opposition un peu plus coriace.

«Je m'étais préparé pour un combat plus long, contre un adversaire ayant de l'expérience, mais j'ai su me servir de ma vitesse», a analysé le costaud boxeur, qui s'attend maintenant à retourner dans le ring dès le mois de juillet.

Une 13e pour Bouchard

En première partie de la soirée, le mi-moyen Sébastien Bouchard, de Baie St-Paul, a mérité une 13e victoire en 14 combats, défaisant le Belge Arnaud Dimidschstein par décision unanime.

Bouchard, qui compte quatre victoires avant la limite, a expédié son rival au tapis à l'aide d'une solide gauche au troisième assaut, et il a dominé le combat. Deux des trois juges lui ont donné l'avantage dans chacun des huit assauts tandis que le troisième a accordé un round à Dimidschstein (11-11-2).

Le Montréalais Dario Bredicean (9-0-0) n'a fait qu'une bouchée du Hongrois Balasz Horvath (25-18-0, 6 KO), l'emportant par mise hors de combat après 2:35 du premier round dans un duel chez les super-moyens. Bredicean, un protégé de Lucian Bute, a récolté une troisième victoire avant la limite, expédiant son rival au tapis en trois occasions.

Chez les super-coqs, Vislan Dalkhaev, également de Montréal, a lui aussi conservé sa fiche parfaite grâce à une victoire par décision unanime contre le Mexicain Javier Franco, à l'issue d'un duel de six assauts. Pour Dalkhaev, il s'agissait d'un septième gain d'affilée.

Dans un duel entre deux Américains, présenté en prélude au combat principal entre Artur Beterbiev et Ezequiel Maderna, Bryant «Goodfella» Perrella a mérité une 14e victoire en autant de sorties, et une 13e par arrêt de l'arbitre, par mise hors de combat technique à 2:19 du deuxième assaut contre David «Day Day» Grayton (14-1-0, 10 K.O.).

Le combat-tampon de la soirée s'est soldé par une victoire de Jamontay «Quiet Assassin» Clark par décision unanime contre le Mexicain Edgar «Nene» Ortega.

Dans le premier combat de la soirée, le Torontois Parnell Fisher a signé la première victoire de sa carrière, à sa deuxième tentative, défaisant le Mexicain Larami Carmona (1-3-0) par décision unanime en quatre rounds, chez les poids plumes.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer