Carl Poirier, organisateur et champion

Pendant que Carl Poirier exultait, Josh Lupia ne... (Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Pendant que Carl Poirier exultait, Josh Lupia ne cachait pas sa frustration de voir le titre amateur canadien des 64 kg lui échapper.

Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Sacré champion canadien chez les 64 kg, Carl Poirier avait une double raison de sourire à sa sortie du ring, samedi après-midi, à la salle de bal du Hilton Québec. Non seulement venait-il de savourer son premier titre national, mais le boxeur de 24 ans constatait aussi que l'événement qu'il organisait avec son associé et entraîneur Benoît Martel avait été un succès sur toute la ligne!

L'homme aux deux chapeaux était occupé, cette semaine. En plus de coordonner les premiers Championnats canadiens de boxe amateur regroupant les catégories jeunesse, juvénile et élite, le sportif de Sainte-Marie-de-Beauce devait se produire entre les câbles. Il a couronné le tout avec une victoire par décision unanime contre l'Ontarien Josh Lupia, visiblement furieux du verdict.

«Ç'a été le plus dur de mes trois combats. Quand je me suis levé pour le troisième round, j'étais encore sonné. Il m'a sonné trois ou quatre fois, il cognait dur et mettait de la pression. Pour le battre, ça prenait des jambes et même si mon entraîneur ne voulait pas trop, je n'avais pas le choix d'échanger coup sur coup avec lui», racontait le nouveau champion, qui a marqué beaucoup de points au début de chaque round.

Résultat : le combat de neuf minutes a été enlevant du début à la fin, la défensive n'étant pas l'apanage des deux pugilistes. «Je ne peux pas avoir une plus belle journée. Je visais l'or, c'est la cerise sur le sundae.»

Il baigne dans la boxe

Poirier se bat depuis à peine un an chez les 64 kg (141 livres) parce qu'il se trouvait trop petit chez les 152 livres (69 kg). Sa victoire lui ouvre la porte de l'équipe nationale A pour la prochaine année, mais il devra attendre la conclusion des Jeux olympiques pour s'y épanouir. Pour l'instant, c'est Artur Biyarslanov qui est chez les 64 kg, mais il pourrait passer chez les pros après les Jeux.

Poirier voit-il un avenir dans la boxe pour lui ? «Pour l'instant, je n'ai pas d'objectif, j'y vais comme ça vient. Je veux aussi poursuivre le développement de notre club Energybox et j'aime aussi être promoteur et organisateur d'événements. Je baigne dans la boxe, je veux rester dans le milieu», disait celui qui avait justement un transport à planifier pour un groupe de l'extérieur après son combat.

Il ignorait alors que le titre de boxeur par excellence du championnat allait lui être remis. «Ça aurait quasiment l'air arrangé, j'organise la compétition...», soulignait-il à l'endroit de Benoît Martel, qui venait de lui apprendre qu'il était en nomination.

Martel, lui, était au comble du bonheur. Plus tôt, sa protégée Kim De Bellefeuille l'avait emporté chez les 70 kg juvéniles. «C'est le summum. Carl est la grande vedette des championnats, il a tout fait... Ce qui l'a aidé, c'est qu'il n'avait pas le temps de penser à ses combats parce qu'il avait plein de choses à faire, il rentrait dans sa bulle une heure ou deux avant et retournait dans sa paperasse après...» racontait Martel, qui a soumis sa candidature pour présenter l'événement lors des deux prochaines années, convaincu que l'ambiance des derniers jours sera un atout pour être choisi.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer