Le calme avant la tempête pour Kevin Bizier

Les deux boxeurs ont respecté le poids maximum... (Le Soleil, Olivier Bossé)

Agrandir

Les deux boxeurs ont respecté le poids maximum de 147 livres lors de la pesée officielle. Kevin Bizier à 146,2 lb et Kell Brook à 146,5 lb.

Le Soleil, Olivier Bossé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sheffield) ENVOYÉ SPÉCIAL À SHEFFIELD / Un pad thaï. C'est tout ce que Kevin Bizier voulait manger après la pesée de vendredi. Une pesée historique que sa blonde et son père ont tout juste manquée. Quand ils sont arrivés, il renfilait son chandail.

«Là, je m'en vais dormir», a lancé le boxeur de Québec, en milieu d'après-midi, quand Le Soleil l'a croisé dans une rue étroite du centre-ville de Sheffield. Il rentrait à pied après un repas enfin à son goût chez Sakushi, sur Campo Lane. Un pad thaï par semaine a été sa seule tricherie depuis plus de deux mois de camp d'entraînement.

Et il le restera jusqu'à samedi en fin de soirée, après son combat de championnat du monde des poids mi-moyens de l'International Boxing Federation contre Kell Brook. Les deux ont passé sous la barre des 147 livres (14 stones et 7 livres, comme ils disent ici!). L'aspirant Bizier a d'abord été pesé à 146,2, avant de voir le champion monter à 146,5.

Pur produit de la ville de l'acier, Brook a fait rouler sa musculature en acier trempé devant les quelques centaines de partisans réunis au Winter Garden. «Ça ne m'a pas impressionné tant que ça. Je sais qu'il est cut. Lawson [sa dernière victime] aussi était cut. Ça ne change pas que dans le ring, je vais garder la même stratégie de boxe, je vais mettre de la pression et rentrer dedans», a plus tard fait valoir Bizier, durant le souper.

Sur son steak cuit sans beurre ni huile, il s'est permis une sauce, mais sans crème ni vin. Samedi matin, il ne doit pas dépasser 157 livres. «J'ai hâte à demain et j'ai hâte à après-demain, aussi. Il y a de la pression, j'ai hâte que ce soit fini, d'une façon. C'est intense. J'ai hâte de me battre et d'ensuite retourner à Québec voir mes enfants», a-t-il résumé, assurant qu'il allait bien dormir parce qu'il avait bien mangé.

Premier à quitter la table, il a offert une touchante étreinte à son paternel, celui qui l'a initié à la boxe il y a près de 20 ans et a longtemps été son entraîneur.

Sa chère Mylaine est allée le rejoindre à sa chambre d'hôtel une heure après. Le voeu d'abstinence qu'ils font depuis trois semaines s'étirera d'une journée de plus. Ils ne dorment pas au même hôtel.

«Un ostifi de combat!»

La petite délégation de Québec arrivée vendredi compte sa blonde, son père, son planificateur financier et un simple fan. Ils ont été retardés de sept heures par la tempête à l'aéroport de Québec, jeudi soir.

Et le temps de faire la route entre Manchester et Sheffield, quand ils sont arrivés dans la serre publique contiguë à l'hôtel, «Kevin était en train de remettre son gilet. Mais c'est pas grave. L'important, c'est le combat», insiste sa douce.

«Il va te faire un ostifi de combat!» prédit Rémi Bizier. «Même s'il perd, il ne perdra pas de valeur parce que ceux qui vont vouloir se battre contre Brook vont vouloir passer par Kevin avant. Et s'il le bat, Brook va demander un combat revanche!» s'exclame de sa voix éraillée si unique celui qui ne travaille plus dans le coin de fiston durant les combats depuis l'automne. «Ça me rendait malade et je l'énervais plus qu'autre chose», dit l'homme de 67 ans.

Au moins trois autres personnes de Québec rappliqueront samedi pour voir «Biziaaaaa», comme l'étire l'annonceur maison ici, en action autour de 22h15 (18h15 heure du Québec). Plus les milliers de supporteurs réunis dans les salons et les brasseries de Québec, dont au moins 120 attendus à La Cage aux Sports Lebourgneuf.

LU

Le Britannique Marcus McDonnell arbitrera le combat entre Kevin Bizier et Kell Brook, samedi soir. Âgé de 57 ans, il vient de la banlieue de Londres et a dirigé 630 combats depuis ses débuts professionnels, en 1988. La très grande majorité de ses affectations se tenaient en Grande-Bretagne, dont le combat de championnat du monde WBO entre Liam Smith et Jimmy Kelly, en décembre dernier. Les juges seront le Britannique Michael Alexander, le Québécois Benoît Roussel et l'Américaine Adalaide Byrd. L'Américain Aaron Kizer supervisera pour l'IBF... Neuf combats sont au programme de la soirée.

VU

Sheffield United gagner 3-2 contre Crewe Alexandra, au stade Bramall Lane. C'est du soccer. De troisième division, le club du centre-ville ayant subi la relégation à deux reprises après avoir joué en Premier League, en 2006-2007. Son surnom de Blades rappelle la forte tradition de couteliers de Sheffield. Les Blades ont attiré 18 539 spectateurs en cet après-midi ensoleillé de congé du Vendredi saint... Le drapeau de la Belgique flotter sur l'hôtel de ville en mémoire des victimes des attentats de mardi à Bruxelles. Sheffield avait fait de même avec le drapeau français après les attentats de Paris, en novembre... Toujours dans la catégorie «vu», mais aussi «bu», la bière Trooper à l'effigie du groupe metal Iron Maiden. Le chanteur Bruce Dickinson a passé une bonne partie de son enfance à Sheffield.  

ENTENDU

L'héroïne sportive locale s'appelle Jessica Ennis, championne olympique d'hepta-thlon en 2012, à Londres. Le patron du Famous Sheffield Store, où l'on trouve des objets d'étain, d'argent et d'acier de fabrication locale, m'a aussi nommé le champion de squash Nick Matthew et le joueur de cricket Joe Root comme grandes fiertés sportives locales actives. 

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer