Les conseils du coach Bouchard à Bizier

Pierre Bouchard était l'entraîneur de Jo Jo Dan... (Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Pierre Bouchard était l'entraîneur de Jo Jo Dan quand il a affonté Kell Brook. «C'est un milieu très hostile, la foule est intimidante.  Et toute la semaine, tu te fais dire que les cotes sont à 14 contre 1. Tu essaies de bloquer ça, mais ça te rentre dans la tête.»

Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

ENVOYÉ SPÉCIAL À SHEFFIELD / «Tu penses que ça va être gros, mais c'est encore plus gros que ça», prévient Pierre Bouchard, à l'intention de Kevin Bizier en vue de son combat de championnat du monde présenté en Angleterre le 26 mars. «Et tout le monde va te dire que tu vas te faire descendre!»

Bouchard était l'entraîneur de Jo Jo Dan quand le Montréalais d'origine roumaine a affronté Kell Brook en combat de championnat du monde, à Sheffield, le 28 mars 2015. Même adversaire, même contexte, même aréna. Un an plus tôt presque jour pour jour.

En espérant que le résultat diffère. Dan avait visité le tapis deux fois dès le deuxième round, puis encore à deux reprises au quatrième round, dont la dernière au son de la cloche. C'est là que Bouchard a lancé la serviette.

Trois mois plus tôt, Dan avait obtenu le privilège d'affronter Brook en prenant la mesure de Bizier par décision partagée pour la deuxième fois en 13 mois. Cet état de fait rend Bizier peu crédible comme prétendant au trône de Brook aux yeux de certains observateurs.

«Kevin, ce n'est pas Jo Jo. Et le jeu de la règle de trois, en boxe, ça ne vaut rien», rejette l'entraîneur de Boxe Montréal, club logé au complexe sportif Claude-Robillard, où Le Soleil l'a rencontré le mois dernier. «Kevin a un style plus compétitif que nous [pour Brook] et j'ose espérer qu'il va donner un combat beaucoup plus compétitif que ce qu'on a pu offrir.»

Mais les obstacles seront légion. «C'est un milieu très hostile, la foule est intimidante», se rappelle Bouchard. «Ils respectent le gagnant, mais quand tu arrives là, c'est : "Fuck you, tu vas te faire tuer!'' Jo Jo a été surpris, même s'il était déjà allé se battre ailleurs. Dont deux fois en Turquie, où c'était très hostile, mais pas de la même ampleur.»

Son poulain a été affecté par l'importance de l'événement. «La grosse TV, des entrevues toute la semaine, ça fait une différence. Et toute la semaine, tu te fais dire que les cotes sont à 14 contre 1. Tu essaies de bloquer ça, mais ça te rentre dans la tête.»

Et oubliez l'espoir de voir Brook prendre Bizier à la légère. À pareille date l'an dernier, Brook s'épanchait déjà dans les médias sur un éventuel affrontement contre son compatriote Amir Khan. Ce qui n'a pas empêché le champion des 147 livres de l'IBF de soumettre le Roumano-Québécois à sa moindre volonté dans le ring.

«Surtout, il ne faut pas négliger le talent de Brook. C'est un athlète d'exception. Tu en as quelques-uns par catégorie, des comme ça. Brook en fait partie avec Khan, Mayweather, Pacquiao», fait valoir Bouchard, qui prend sa part du blâme pour le peu d'opposition offert.

En donner un peu plus

Pour avoir dirigé Bizier avec l'équipe nationale junior durant deux ans, Bouchard appose aussi des étoiles dans le cahier de la fierté de Saint-Émile. «Kevin est fort de proche et s'il a un avantage à exploiter, c'est celui-là. Il est dans la face tout le temps et il a un bon menton, pas de doute là-dessus.»

Le jour du combat, Dan semblait plus nerveux que d'ordinaire. «On a performé une coche en dessous de ce qu'on aurait dû», admet l'entraîneur d'expérience. «Je ne dis pas qu'on l'aurait battu, mais quand tu embarques dans le ring à ce niveau-là, il faut que tu en donnes un peu plus. Mais peut-être que le meilleur Jo Jo aurait fait le même résultat», conclut Bouchard, avouant ne pas détenir la réponse définitive.

En Roumanie sans Dan ni Bute

Jo Jo Dan et Pierre Bouchard ne font plus équipe depuis la sévère correction subie aux mains de Kell Brook, l'an dernier. Le coach estimait s'être «rendu le plus loin qu'on pouvait», tandis que le boxeur ne se croyait pas encore mûr pour la retraite. Dan est désormais dirigé par Howard Grant, tout comme son compatriote Lucian Bute. Bute avait aussi quitté un entraîneur de Boxe Montréal, Stéphan Larouche, avant de retenir les services de Grant. Larouche et Bouchard ont organisé un gala à Bucarest, en Roumanie, pays natal de Bute et de Dan. Mais aucun des deux boxeurs n'était de la partie au Circus vendredi soir. Les amateurs roumains ont plutôt vu en action le poids lourd Bogdan Dinu et le plume Viorel Simion, deux Roumains, ainsi que le super-léger de Sorel David Théroux, qui évolue sous les ordres de Bouchard. Établi à Montréal, Dinu suit les conseils de Larouche. 

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer