Sébastien Bouchard peut rêver avec GYM

Sébastien Bouchard n'est pas le puncheur le plus... (Archives Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Sébastien Bouchard n'est pas le puncheur le plus puissant. Mais sa réputation de féroce bagarreur n'est plus à faire.

Archives Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Ce qui était officieux est maintenant officiel : Sébastien Bouchard a signé un contrat de trois ans avec le Groupe Yvon Michel (GYM). L'entente confirmée lundi assure au boxeur un minimum de trois combats par année pendant sa durée. Elle lui permet, surtout, de rêver à des duels d'envergure.

«GYM a mené plusieurs boxeurs à des championnats du monde, explique Bouchard. C'est bon pour la confiance. À long terme, ça pourrait être très bénéfique.»

À court terme, la vie de l'athlète de 28 ans ne sera pas chamboulée. Il conserve son emploi d'opérateur dans un élévateur à grains au port de Québec. «Ça ne me permettra pas de vivre de la boxe à temps plein pour l'instant, reconnaît Bouchard. Ça va être à moi de livrer la marchandise» pour progresser vers de plus hauts sommets... et les bourses qui viennent avec.

Bouchard remplit les critères recherchés par Yvon Michel pour ses boxeurs locaux : être prêt à se dédier à la profession, être bien encadré et avoir le potentiel d'atteindre le top 15 mondial de sa division. L'homme de boxe rappelle que Bouchard est dans le giron de son écurie depuis le début de sa carrière professionnelle. «On le voulait toujours quand on allait à Québec, souligne Michel. Il nous donnait toujours de bons combats, il était spectaculaire. Mais je pensais qu'il faisait de la boxe comme hobby. À partir du moment où j'ai su qu'il voulait en faire une carrière, j'ai commencé à l'observer différemment», raconte celui qui apprécie la personnalité de son nouveau poulain.

Le K.-O. à Lauri

Pour le patron de GYM, le déclic est venu lorsque Bouchard a passé le K.-O. au vétéran italo-hongrois Giuseppe Lauri, le 28 novembre dernier, au Centre Vidéotron. Il croit que son protégé peut vite progresser : il compte le faire boxer pour un titre continental d'ici la fin de l'année.

Bouchard montre une fiche de 12 victoires contre une seule défaite. Il a passé quatre fois le K.-O. à l'adversaire. Son dernier duel remonte au 30 janvier, au Centre Bell, alors qu'il avait remporté une victoire par décision unanime sur le Polonais Damian Mielewczyk.

Le résident de Québec pourrait être de la sous-carte du prochain combat de Lucian Bute, qui se mesurera bientôt à Jack Badou. Le 30 avril est une date qui revient dans les discussions, même si rien n'est officiel. La soirée pourrait se dérouler au Centre Bell, au Centre Vidéotron... ou aux États-Unis, a rappelé Michel, lundi. Si Bute devait se rendre au sud de la frontière, le promoteur n'exclut pas l'idée d'organiser une carte de boxe au Québec et d'y présenter le duel de l'ex-champion du monde sur écran géant.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer