Tyson Fury, bien plus qu'un fanfaron

Tyson Fury a créé une énorme surprise en battant,... (AP, Martin Meissner)

Agrandir

Tyson Fury a créé une énorme surprise en battant, samedi, Vladimir Klitschko.

AP, Martin Meissner

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Berlin

L'autoproclamé «Roi des gitans» n'était donc pas qu'un fanfaron. Après avoir créé une énorme surprise en battant, samedi, Vladimir Klitschko, invaincu depuis 2004, le Britannique Tyson Fury, nouveau champion du monde WBA/IBF/WBO des lourds, espère être celui qui va réveiller la boxe mondiale. «C'est le début d'une nouvelle ère. Je serai le champion le plus charismatique depuis Mohammed Ali», a promis le septième champion des lourds britannique de l'histoire.

Jusqu'à samedi soir, ce genre de fanfaronnades ne récoltait que des sourires sceptiques : Fury est une tête brûlée et une grande gueule, capable d'arriver déguisé en Batman à une conférence de presse, de déverser sur ses adversaires des tombereaux d'insanités (Klitschko a «autant de charisme que mon slip!») et de revendiquer bruyamment ses origines de gitan irlandais pour justifier sa soif de bagarre, tout en clamant son amour du «Sauveur Jésus Christ».

Mais à Düsseldorf, les ricanements narquois se sont transformés en «Ooooh!» incrédules : à 27 ans, le géant de Manchester (2,06 m) a déboulonné le monument ukrainien, quasi quadragénaire.

Avec un verdict unanime des juges, il a réussi là où 64 prédécesseurs avaient échoué (dont 54 avant la limite). Et a créé l'une des plus grandes surprises de l'histoire de la boxe depuis la victoire de Buster Douglas en 1990 sur un Mike Tyson jusque-là invincible.

Un clown - sympathique ou agaçant, selon les points de vue - qui fait le show hors du ring, mais est capable de gagner un titre mondial : du pain bénit pour la boxe, à la recherche désespérée de nouvelles vedettes.

«J'ai toujours su que je pouvais gagner ce combat», a lancé samedi soir le nouveau roi, invaincu en 25 combats, dont 18 avant la limite. Pour preuve, selon la presse anglaise, il avait parié 200 000 livres sur sa propre victoire, qui lui en a rapporté le double.

Trouver les failles

Durant 12 reprises, Fury a parfaitement géré sa première chance mondiale et prouvé, comme il l'avait prédit, qu'il avait bien ciblé les failles dans le style robotisé de l'Ukrainien. «Il était incroyablement agile, je n'ai pas pu porter mes coups et n'ai pas trouvé la clé», a admis Klitschko.

S'il est doté d'un lourd punch, le Britannique n'a pas une palette de coups à présenter dans les écoles de boxe. Il est même parfois rattrapé par son passé de bagarreur en usant de coups derrière la tête.

Un bagarreur toutefois fleur bleue. Après sa victoire, il a pris le micro sur le ring pour entonner une chanson d'Aerosmith dédiée à sa femme Paris, qui lui avait annoncé la veille qu'elle était enceinte de leur troisième enfant.

Et maintenant? Fury devra éviter de tomber dans les mêmes travers que Buster Douglas, qui avait sombré dans l'obésité puis l'anonymat.

Contractuellement, Klitschko a droit à une revanche. «Le combattant est toujours vivant en moi», a juré l'Ukrainien, le visage tuméfié après la quatrième défaite de sa carrière. 

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer