Enfin un contrat pour Sébastien Bouchard

Bouchard (11-1), 28 ans, n'a laissé aucune chance... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Bouchard (11-1), 28 ans, n'a laissé aucune chance à son adversaire.

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Sébastien Bouchard l'aura enfin, son contrat. À son 12e combat pro, samedi soir, le boxeur de Québec a été assez dominant pour convaincre Yvon Michel de lui consentir un contrat.

Une victoire par arrêt de l'arbitre après seulement 39 secondes écoulées au deuxième round. L'Italo-Hongrois de 39 ans Giuseppe Lauri (55-18) en avait pourtant vu d'autres. Mais Bouchard (11-1), 28 ans, n'a laissé aucune chance à son adversaire. Deuxième triomphe par mise hors de combat à ses trois dernières sorties.

«J'avais vu Lauri contre Kevin Bizier et il avait la tête dure», a affirmé le président de GYM, après la soirée-marathon. En 2013, Bizier, un protégé de Michel, avait battu Lauri par décision unanime au bout de six rounds.

Vivement impressionné

«Bouchard m'a beaucoup impressionné. Je l'ai assez aimé que là, je veux leur parler pour voir de quoi ils ont besoin pour voir si on serait capable de l'aider davantage à se développer. Je veux lui offrir quelque chose. Ça va valoir la peine d'investir un peu et de l'aider pour l'amener un peu plus loin», a révélé le promoteur québécois le plus en vue.

Tout cela après que Bouchard ait affirmé dans les jours précédents vouloir lâcher prise sur le côté financier de la boxe, cesser de se tracasser sur l'impression qu'il laisse aux promoteurs. «C'était comme si j'allais faire du sparring. Ç'a super bien été. Il s'agit de l'une de mes victoires les plus convaincantes», a commenté l'homme aux gants roses, après sa brillante prestation. Lauri n'avait pas été mis K.-O. à ses neuf derniers combats, soit plus de trois ans et demi.

GYM démarre une série de galas au Casino de Montréal, en janvier. Trois soirées sont déjà au programme. Michel y voit une place de choix pour Bouchard. Celui-ci aurait aussi une offre pour se battre en sous-carte du gala Pascal-Kovalev II, le 30 janvier, au Centre Bell.

Celui qui travaille comme débardeur au Port de Québec profitait de l'appui de plusieurs amis et connaissances, au Centre Vidéotron. Parmi ses plus fervents partisans, l'ancien boxeur Pier-Olivier Côté. Du temps que Côté était champion intercontinental IBF des 140 lb, en 2011 et 2012, Bouchard lui servait de partenaire d'entraînement.

3000 amateurs de moins

Grand manitou de la soirée de boxe de samedi soir, Yvon Michel s'est dit satisfait de la présence de 8624 spectateurs au Centre Vidéotron. La tenue du match de la Coupe Vanier et du Crashed Ice le même jour à Québec a par contre nui aux ventes, constate-t-il. «On était content de faire partie de ce grand weekend sportif à Québec, mais autrement, on aurait probablement vendu 3000, 4000 billets de plus. Normalement, la dernière semaine, même la dernière journée, on vend 2000, 2500 billets. Aujourd'hui [samedi], on a vendu 300 billets. C'est sûr que ça nous a fait mal. Mais ce n'est pas nous qui avons choisi la date, c'est Showtime. Ils nous ont dit : "Voici le budget et on y va."» Quant au retard entre le début du premier combat et l'ouverture des portes de l'amphithéâtre au public deux rounds plus tard, Michel l'attribue à une erreur de communication entre son organisation et les employés de l'aréna. À ne pas refaire.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer