• Le Soleil > 
  • Sports > 
  • Boxe 
  • > À 84 ans, le promoteur Don King est toujours aussi en verve 

À 84 ans, le promoteur Don King est toujours aussi en verve

Le promoteur Don King est débarqué à Québec... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Le promoteur Don King est débarqué à Québec muni de ses éternels drapeaux et de son rire sonore caractéristique.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Sa chevelure semble moins électrique qu'avant, aplatie par le temps. Mais à 84 ans, Don King garde encore l'oeil allumé et le discours survolté du gars qui a la vie devant lui.

Le célèbre promoteur de boxe est débarqué à l'aéroport de Québec vendredi midi, en vue du gala de samedi soir. Deux combats avant Lucian Bute et James DeGale, son protégé Amir Imam croisera le fer avec Adrian Granados.

«Comment ça va? D'accord. Pas de problème», a-t-il lancé, déballant ses seuls mots de français pour ce qu'il croit être sa première visite à Québec. Muni de ses éternels drapeaux et de son rire sonore caractéristique, King espère continuer «aussi longtemps que ça prendra». «Je me sens bien. Je me suis levé ce matin, alors allons-y!» s'esclaffe-t-il.

Après plus de 40 ans à sévir dans le monde de la boxe, l'homme continue de fasciner. Même s'il n'est plus le roi qu'il a déjà été. Il a fait la promotion des plus grands boxeurs et des plus grands combats, en commençant par Muhammad Ali. Qu'il n'a pas vu depuis un an, mais considère comme le plus grand.

Frazier, Foreman, Holmes, Tyson, Holyfield, Chavez, Hopkins, Trinidad, Jones sont aussi tous passés entre les mains du King. Il a tué deux hommes, fait de la prison, joué dans des films, ramé à travers de multiples poursuites judiciaires et des jeux vidéo portent son nom.

«Je fais partie de la masse et non de la classe. Je suis promoteur du peuple, pour le peuple et par le peuple. Et maintenant, je fais la promotion des femmes, je me bats pour leurs droits. Leurs droits ont été bafoués, notre système doit changer. Elles sont les mères de l'humanité, mais sont traitées en inférieures. C'est mal», affirme-t-il d'un souffle, quelques instants après avoir dit vouloir «rencontrer des belles jeunes femmes» de Québec.

Plus de femmes au sein des gouvernements et des conseils d'administration signifierait moins de guerres, selon celui qui a été nommé ambassadeur de la paix par Israël en 2008. «La tourmente actuelle est insensée. On fait juste tuer, tuer, tuer. Et dans cet âge nucléaire, on ne peut pas se le permettre. Les femmes ont une autre sensibilité, ce serait différent.»

Bien gérer Imam

Avec Imam, King ne veut pas sauter d'étapes comme avec l'Haïtio-Montréalais Bermane Stiverne. «Amir aura ensuite sa chance pour le titre [WBC] contre [Viktor] Postol. Il aurait pu aller au combat de championnat tout de suite et devenir champion, mais je veux qu'il devienne un super champion. Je ne veux pas faire comme Stiverne a fait.

«Il n'y a pas de deuxième position, pas de place pour ça. Des erreurs? Non, ça ne peut pas arriver. Tu feras ça après le combat, quand tu feras l'amour», tranche la légende vivante, sans jamais perdre le sourire.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer