DeGale sauvé par la... boxe

Pour James DeGale, la boxe est une affaire... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Pour James DeGale, la boxe est une affaire de famille. Sa mère agit comme manager et sa soeur s'occupe des relations publiques.

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Adolescent, la délinquance guettait James DeGale. C'est la boxe qui l'a sauvé. Et pour l'Anglais, qui dit boxe dit famille.

Le champion des super-moyens de l'IBF s'est pointé à Laurier Québec en compagnie de ses parents et de sa soeur, samedi. Ses deux frères viendront le rejoindre dans quelques jours. Maman agit comme manager, tandis que soeurette s'occupe des relations publiques.

«La boxe peut devenir un sport solitaire. Si vous n'avez pas de bonnes personnes et une bonne équipe autour de vous, ça peut être difficile», a dit le souriant boxeur, samedi.

DeGale est le bébé de la famille. Il reconnaît avoir été gâté... et ne pas toujours rendre la pareille à ses proches. «Ils doivent composer avec mes humeurs changeantes avant un combat, la perte de poids, le James de mauvais poil, le James grognon. Alors, pourquoi ne pas être payé pour le faire?» a rigolé celui qui mettra son titre en jeu contre Lucian Bute (33-2, 25 K.-O.), samedi prochain, au Centre Vidéotron.

Ce ne sera pas devant sa mère, puisque DeGale (21-1, 14 K.-O.) préfère ne pas la voir dans les estrades. La nervosité maternelle se transmet à fiston lorsque celui-ci est dans le ring et que maman est à portée de vue. «Elle est venue à mon premier combat amateur quand j'avais 10 ans et depuis ce temps, je lui dis : "Maman, ne viens plus." Parce qu'elle panique, ses lèvres deviennent bleues, elle a peur. Ça m'ajoute de la pression! Alors, elle restera à l'hôtel samedi.»

Médaillé d'or à Pékin

Ce garçon de 15 ans qui fréquentait les mauvaises personnes, fumait, a finalement remporté une médaille d'or olympique à Pékin, en 2008. Depuis mai, il est aussi champion du monde.

Quant à son surnom, «Chunky», il lui a été donné par son premier entraîneur. À 10 ans, DeGale était gros, selon ses dires. «C'est resté. [Mais] je ne suis plus chunky!» a-t-il lancé en soulevant son chandail.

Vendredi, DeGale a assisté à son premier match de hockey, celui opposant les Remparts aux Huskies de Rouyn-Noranda. «Wow! J'ai vraiment aimé ça. Le rythme est fou, c'est très compétitif. Je veux aller voir les plus vieux, parce qu'il n'y a pas tant de bagarres chez les juniors!»

Des bons boxeurs dans les gradins

Les bons boxeurs ne seront pas que dans le ring, samedi prochain. Yvon Michel a expliqué samedi qu'Adonis Stevenson, Artur Beterbiev, Sergey Kovalev et Jean Pascal seront tous dans les gradins du Centre Vidéotron pour assister aux différents combats de la soirée. Ajoutez à cela le duel entre Eleider Alvarez et Isaac Chilemba, et vous aurez réuni «les six meilleurs mi-lourds au monde», estime le président de GYM. Le gagnant de ce combat deviendra d'ailleurs l'aspirant obligatoire pour Adonis Stevenson, actuel champion du monde de la WBC. Kovalev et Pascal s'affronteront quant à eux le 30 janvier en combat de championnat du monde (IBF, WBA, WBO). Par ailleurs, le légendaire promoteur Don King sera en ville, a révélé Michel. King s'occupe d'Amir Iman, qui affrontera Adrian Granados chez les super-légers.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer