Diserne, la trouvaille de Fernand Marcotte

Fernand Marcotte a repéré Lucnor Diserne dans un McDo... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Fernand Marcotte a repéré Lucnor Diserne dans un McDo en Floride.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Il porte le nom d'un guerrier haïtien. A grandi dans le 11e arrondissement à Paris. Fernand Marcotte l'a repéré dans un McDo en Floride et il livrera son premier combat professionnel au Centre Vidéotron. Rencontrez Lucnor Diserne.

«Un combat reste un combat, mais de commencer dans une grande soirée de boxe comme celle-là, ça met un peu plus de pression», admet le pugiliste de 25 ans, qui affrontera le Montréalais David Maltais (1-0-1) durant au plus quatre rounds, le 28 novembre, en sous-carte du duel opposant Lucian Bute à James DeGale.

Diserne est né à Cabaret, dans le nord d'Haïti. Troisième de huit enfants, trois frères et quatre soeurs. Il a cinq ans quand la famille part s'installer à Paris. Sa mère fait aujourd'hui le ménage dans une école de médecine et son père est peintre en bâtiment. Sa petite soeur Philonie, 16 ans, est vice-championne de France en boxe chez les cadettes.

Trois des horreurs de vendredi dernier sont survenues dans le quartier où il a été élevé. Des amis étaient au Stade de France, autre lieu d'un attentat. Tous ses proches sont sains et saufs. «Hélas, à l'heure actuelle, ça arrive partout. Mais quand ça touche l'endroit où notre famille réside, c'est autre chose...» laisse-t-il tomber.

Le Soleil l'a rencontré au Cégep de Sainte-Foy, lundi soir. C'est là que Marcotte donne des cours depuis 11 ans, maintenant quatre soirs par semaine et le samedi matin.

Boxe thaïlandaise

Après s'être initié à la boxe thaïlandaise, puis à la forme classique anglaise, à la fin de l'adolescence, Diserne a quitté la France pour aller s'entraîner auprès de son oncle, John Phoenix, en Floride. Son but devient vite de devenir boxeur professionnel.

C'est à Fort Lauderdale, où Marcotte passe une partie de l'hiver, que l'improbable duo s'est rencontré. L'ancien champion canadien et adversaire de Sugar Ray Leonard le temps de huit rounds a vu un jeune homme se placer en position de boxeur, devant la machine à liqueur.

«J'ai dit à ma femme : "Ce gars-là, c'est un boxeur!"» raconte l'homme qui, à 66 ans, n'a perdu ni sa forme ni sa verve. «Je me lève. Je commence à lui parler avec mon anglais francophone. Et il me répond en français! C'est dire comme le monde est petit... Je lui donne ma carte, il ne me connaît pas. Mais le lendemain matin, mon téléphone a sonné», rigole celui dont les prestations contre Leonard et Eddie Melo ornent YouTube.

Diserne loge à Sainte-Foy depuis février. Le poids mi-moyen (147 lb) de 5' 8'' a livré quatre combats amateurs en sol québécois, en a gagné deux.

Les rigueurs de l'hiver ne lui font pas peur. «On s'adapte. Dès qu'on a le manteau et le bonnet, ça va», sourit-il, la tuque des Bulls de Chicago calée sur les oreilles. Il a retrouvé un oncle à Beauport et une cousine à Sainte-Foy, en plus d'avoir de la famille à Montréal.

Les rigueurs de l'entraînement ne l'effraient pas non plus. Il s'inspire de Mike Tyson, Roy Jones et Roberto Duran.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer