• Le Soleil > 
  • Sports > 
  • Boxe 
  • > Sakio Bika: «Je suis venu prendre la ceinture à Adonis» 

Sakio Bika: «Je suis venu prendre la ceinture à Adonis»

Sakio Bika songe déjà à affronter Kovalev.... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Sakio Bika songe déjà à affronter Kovalev.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La planète boxe est en orbite à Québec! Dimanche, Sakio Bika, Kevin Bizier et Artur Beterbiev sont montés dans le ring pour un entraînement public afin de mousser le programme présenté samedi, au Colisée.

Bika a ouvert le bal. Depuis l'annonce de son combat contre Adonis Stevenson, le boxeur camerounais, qui vit en Australie, doit composer avec l'attention accordée à un éventuel duel entre le Québécois et le Russe Sergey Kovalev. Bika et son entraîneur ont même verbalisé leur frustration, mercredi, lors d'une conférence de presse.

Mais le Bika qui a rencontré les journalistes, dimanche, au centre commercial Fleur de Lys, était souriant et détendu. Toute cette attention pour Kovalev «dépend des médias, a-t-il dit. Chacun est libre de faire ce qu'il a à faire. Mais pour moi, c'est vraiment décevant. Je voudrais qu'on parle de moi et Adonis et non d'Adonis et Kovalev», explique-t-il en français.

Si l'on se fie aux propos du promoteur Yvon Michel, président de l'écurie GYM, cette étiquette de faire-valoir qui colle à la peau du «Scorpion» doit être envoyée au tapis.

«Il a été champion du monde [de la WBC en 2013-2014], il est connu. La seule chose, c'est qu'il y a des gens qui ont une mauvaise impression de Bika parce qu'il a perdu en 2007 contre Lucian Bute. Mais sa carrière a évolué. Ce gars-là fait partie de l'élite.»

Kovalev dans la mire

Et Bika (32-6-3, 21 K.-O.) compte bien le prouver au Colisée, samedi après-midi. À tel point qu'il évoque lui-même Kovalev. «Je ne suis pas venu ici me balader. Je suis venu prendre la ceinture à Adonis. Peut-être que ça sera Sakio Bika contre Kovalev.»

Peut-être, en effet. Car si Bika surprend Stevenson, c'est lui qui aura la chance de se battre contre le Russe pour l'unification des titres WBC (Stevenson) et WBA, WBO et IBF (Kovalev).

Contrairement à Stevenson (25-1, 21 K.-O.), le boxeur de 35 ans est reconnu pour avoir poussé plusieurs combats à la limite de 12rounds. Bika sourit lorsqu'on lui demande si un long duel l'avantagera. «Vous verrez, peut-être. [...] Adonis est un bon cogneur, mais je ne sais pas s'il va résister à 12rounds», a-t-il lancé.

Sans donner totalement raison à Bika, l'analyse d'Yvon Michel va un peu dans le même sens. «Bika n'est pas un gars qui se sauve. C'est un gars qui met de la pression. Va falloir qu'Adonis lui fasse mal tôt dans le combat s'il veut être capable de respirer.»

Aujourd'hui, à midi, Adonis Stevenson fera la démonstration de son talent au centre commercial Fleur de Lys.

Artur Beterbiev... (Le Soleil, Erick Labbé) - image 2.0

Agrandir

Artur Beterbiev

Le Soleil, Erick Labbé

Beterbiev continue d'épater

Les yeux d'Yvon Michel s'illuminent lorsqu'il parle d'Artur Beterbiev (7-0, 7 K.-O.). Et pourquoi pas? Le prodige russe n'en sera qu'à son huitième combat chez les pros, samedi, et on dit déjà qu'il atteindra les plus hauts sommets. «S'il gagne [samedi], il sera à deux victoires près de se battre en championnat du monde», explique le président du Groupe Yvon Michel.

Une progression fulgurante, qui s'explique en partie par la riche carrière du pugiliste au niveau amateur. Il a entre autres gagné l'or à la Coupe du monde (2008) et au Championnat du monde (2009).

Son entraîneur, Marc Ramsay, raconte qu'il s'attendait à beaucoup de son protégé lors de leurs premiers entraînements à Montréal... et qu'il a eu droit à plus encore. «Avec sa carrière amateur, il n'avait pas besoin de faire certains apprentissages qu'on fait normalement. Mais quand il est arrivé dans le gymnase, c'était au-delà de ça. Déjà, il était en mesure de s'en sortir avec des boxeurs comme Jean Pascal, des gars classés au sommet de la pyramide.»

Beterbiev est d'ailleurs celui qui a le plus impressionné la galerie, dimanche, à Fleur de Lys. Ses coups dans les mains bien protégées de son entraîneur résonnaient dans le hall du centre commercial. Un peu plus tard, il a démontré son agilité en frappant à répétition une balle de tennis accrochée à sa tête par un élastique!

Malgré tout son talent, il aura fort à faire contre Gabriel «The Handsome Man» Campillo, un boxeur à la feuille de route impressionnante. L'Espagnol (25-6-1, 11 K.-O.) a été champion de la WBA en 2009-2010 et champion d'Europe en 2009.

Pour se préparer, le Russe de 30ans a «martyrisé des gauchers», a blagué Yvon Michel. Marc Ramsay précise : «On a eu deux partenaires d'entraînement - que je ne nommerai pas pour des raisons de stratégie - qui sont venus ici au Canada. Des boxeurs de très haut niveau.»

***

En bref

Yvon Michel espère 5000 spectateurs

Près de 3000 billets ont jusqu'ici été vendus pour la carte de samedi après-midi, au Colisée. Le promoteur Yvon Michel s'est dit confiant d'atteindre un chiffre similaire au programme du 19 décembre, alors qu'un peu plus de 5000 spectateurs étaient au rendez-vous. Il n'a toutefois pas caché sa déception. «On aurait aimé plus, admet Michel. Mais il y a plusieurs circonstances. Le combat est à la télé gratuitement [TVA Sports et CBS], c'est un samedi après-midi... Mais 5000, c'est quand même beaucoup plus que la moyenne aux États-Unis.» Ce qui fait dire à Michel que Québec est «de plus en plus» une arène de choix pour présenter de la boxe, surtout «avec le nouvel amphithéâtre». «Je suis convaincu que si on réussit à amener Stevenson contre Kovalev dans le nouveau colisée, on va vendre tous les billets en une semaine.»

***

Un nouvel adversaire pour Bizier

Ce n'est pas Stanislas Salmon qui devra encaisser les coups de Kevin Bizier samedi, mais bien un autre Français, Fouad El Massoudi (12-4, 1K.-O.) Yvon Michel a expliqué dimanche que Salmon n'a pas réussi l'examen médical. «Sur son scan, nos médecins ont détecté qu'il avait déjà eu un saignement» à la tête. Le boxeur de Saint-Émile (23-2, 16 K.-O.) ne semblait pas trop s'en faire avec ce changement. «C'est un peu le même genre de boxeur. On est prêts à faire n'importe quel combat contre n'importe qui.» Bizier a par ailleurs écarté la possibilité d'une revanche contre Jo Jo Dan, celui qui l'a battu lors de son dernier combat, en décembre. «On va passer à autre chose», a-t-il lancé. Dan a été terrassé par Kell Brook dans un combat de championnat du monde, samedi.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer