Sakio Bika fâché par l'ombre de Sergey Kovalev

Adonis Stevenson (à gauche) et Sakio Bika étaient... (Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Adonis Stevenson (à gauche) et Sakio Bika étaient venus faire un tour à Québec en février, histoire de mousser leur combat.

Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Adonis Stevenson ne voulait pas parler de Sergey Kovalev, mercredi. Mais les journalistes insistaient. Sakio Bika a fini par se fâcher. «Vous me manquez de respect!» s'est écrié l'adversaire de Stevenson au Colisée de Québec, le 4 avril. Tiens, on l'avait presque oublié, celui-là.

«Mais qu'est-ce qu'on fait ici?!» a renchéri l'entraîneur de Bika, agrémentant son commentaire d'un populaire juron commençant par «f». «En tout cas, merci d'avoir autant motivé mon boxeur, je n'aurai pas besoin de le faire», a jeté un Kevin Cunningham sarcastique.

Depuis une trentaine de minutes, Stevenson (25-1, 21 K.-O.) esquivait les questions sur Kovalev au téléphone comme il évite les poings de ses rivaux dans le ring. «En ce moment, c'est Bika (32-6-3, 21 K.-O.) qui est devant moi. Je sais que plusieurs personnes parlent de mon combat suivant, mais toute ma concentration est sur Bika. Je serai prêt à l'affronter le 4 avril», assure celui qui défendra son titre mondial des poids mi-lourds de la WBC.

Le Québécois de 37 ans n'a quand même pu s'abstenir de dire qu'il souhaite bel et bien unifier les quatre ceintures. Le Russe Kovalev, tombeur de Jean Pascal le 14 mars dernier, détient les trois autres chez les 175 livres, soit WBA, IBF et WBO. Le promoteur Yvon Michel parle déjà de tenir ce mégacombat dans le nouvel amphithéâtre de Québec, à l'automne.

Stevenson s'est redit peu impressionné par la performance de Kovalev contre Pascal. «C'était un premier gros combat pour Pascal depuis Bernard Hopkins [2010 et 2011]. Et depuis, Pascal ne s'était battu qu'une fois par année. Il est un boxeur beaucoup moins actif qu'avant.»

Mais plusieurs obstacles se dressent encore entre Stevenson et Kovalev. Dont Bika. Un peu comme Stevenson vient de Haïti et vit à Laval, Bika est un Camerounais établi en Australie. Le pugiliste de 35 ans livrera son sixième combat de championnat du monde.

Même nombre que Stevenson. À la différence que Stevenson montre cinq victoires en cinq; Bika trois revers et deux nulles. Et les tentatives de Bika s'effectuaient dans la catégorie de poids inférieure (168 lb). À ses deux dernières sorties, il a échoué à ravir le titre des super-moyens de la WBC à Anthony Dirrell. Javan Hill entraîne Dirrell et Stevenson.

À Québec dimanche

Stevenson se prépare à Montréal pour la première fois depuis 2011. Il arrivera à Québec dimanche. «Chaque fois que j'entre dans le ring, je cherche le knock-out», dit-il. «Mais je peux faire 12 rounds, je m'entraîne pour ça.»

En six défaites, Bika n'a jamais été mis hors de combat. La télédiffusion du combat sur les ondes de la chaîne généraliste américaine CBS constitue un autre motif pour viser le grand coup, admet Stevenson.

«Bika adopte un style large dans ses coups. Il ne pourra pas toujours foncer comme un taureau, parce que contre ce style-là, je capitalise assez vite. S'il fait une erreur comme celle-là, je vais le knocker tôt dans le combat», promet le gaucher reconnu pour son «coup de poing superman».

En fin de téléconférence, Artur Beterbiev (7-0, 7 K-.O.), qui fait la demi-finale contre Gabriel Campillo (25-6-1, 12 K.-O.), a aussi refusé de s'étendre sur le cas Kovalev. Les deux sont originaires de Russie. Beterbiev s'est néanmoins permis de répliquer aux critiques de Kovalev portant sur son manque d'expérience. «J'aimerais le remettre à sa place», a tranché le Montréalais d'adoption.

Trois tests antidopage

Adonis Stevenson et Sakio Bika subiront un contrôle antidopage à trois moments différents avant le combat du 4 avril, présenté à Québec.

Déjà, les inspecteurs sont passés au condo de Stevenson à 6h, un matin, pour prendre test d'urine et prise de sang. Deux autres fois, ils l'attendront en bas du ring après une séance d'entraînement. «Je suis bien content, il faut protéger la santé des boxeurs avant tout. Et ça prouve comment la boxe évolue pour le mieux», affirme le champion du monde des 175 livres de la WBC. Bika aussi se dit heureux de se soumettre à un tel processus.

Tu ne peux plus tricher, c'est parfait. Ça montre aux jeunes et au monde en général que tu peux aller loin dans le sport tout en étant propre.» 

Horaire de la semaine

Dimanche 29 mars

Entraînement public (Fleur de Lys)

  • 12h Sakio Bika
  • 13 hArtur Beterbiev,Kevin Bizier

Lundi 30 mars

Entraînement public (Fleur de Lys)

  • 12h Adonis Stevenson
  • 13h Gabriel Campillo

Mardi 31 mars

Service de repas (Maison Lauberivière)

Adonis Stevensonet l'équipe de GYM

Mercredi 1er avril

Conférence de pressecombats principaux (Château Bonne Entente)

  • 11 h Adonis Stevenson,Sakio Bika, Artur Beterbiev, Gabriel Campillo

Jeudi 2 avril

Conférence de presse sous-carte (Château Bonne Entente)

  • 9h30 Kevin Bizier,Sébastien Bouchard, Oscar Rivas...

Vendredi 3 avril

Pesée officielle (Château Bonne Entente)

  • 12h Tous les boxeurs
Samedi 4 avril

Gala (Colisée)

  • 13h Première cloche
  • 15h En direct sur CBS

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer