Stevenson c. Sukhotskiy: le calme avant la tempête

Stevenson, 37 ans (24-1, 20 K.-O.) et Sukhotskiy, 33... (Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Stevenson, 37 ans (24-1, 20 K.-O.) et Sukhotskiy, 33 ans (22-2, 16 K.-O.), ont tous deux respecté la limite, faisant osciller le pèse-personne à respectivement 174,6 lbs et 173,4 lbs, dans la salle de bal du Château Frontenac.

Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Après une longue semaine de promotion, c'est à une pesée sans histoire à laquelle se sont prêtés jeudi Adonis Stevenson et Dmitry Sukhotskiy, en vue du combat de championnat du monde des mi-lourds de la WBC, qui se tiendra vendredi soir au Colisée Pepsi.

Affichant peu d'émotion, le Blainvillois de 37 ans (24-1, 20 K.-O.) et le Russe de 33 ans (22-2, 16 K.-O.), ont tous deux respecté la limite, faisant osciller le pèse--personne à respectivement 174,6 et 173,4 livres, dans la salle de bal du Château Frontenac, jeudi.

Seul Stevenson, le champion en titre, s'est permis un sourire narquois à l'endroit de son adversaire au moment du traditionnel face-à-face devant les photographes. Un climat somme toute respectueux, qui n'avait rien à voir avec la folle pesée qui l'avait opposé au Britannique Tony Bellew à Québec, en novembre 2013.

«Avec Tony Bellew, ça ne faisait pas longtemps que j'étais champion. Là, le mot s'est passé. Je suis installé. Et c'est certain que les autres adversaires sont craintifs et font attention aussi. Et puis, c'est un chic type. Il est venu ici et il a fait ce qu'il avait à faire. Il ne parle pas beaucoup, mais ce n'est pas parce qu'il ne parle pas beaucoup qu'il n'est pas dangereux. Alors je me méfie», a fait savoir Stevenson.

Imperméable et à l'aise

Peu importe la nature des échanges précédant ses combats - flamboyants, comme ce fut le cas avec Bellew, ou réservés comme c'est le cas avec Sukhotskiy -, le champion en titre de la WBC se dit de toute façon imperméable au brouhaha médiatique. «Je suis à l'aise dans toutes sortes de façons. Je suis un gars de la rue. C'est de là que je viens. Alors mentalement, psychologiquement, ces affaires-là ne me déstabilisent pas», a-t-il soutenu.

Le peu d'étincelles entre les deux adversaires explique d'ailleurs peut-être pourquoi le spectre de l'éventuel combat d'unification de Stevenson [lire le texte en page 47] monopolisait l'attention, jeudi. Le Québécois a toutefois affirmé avoir toute la tête à Dmitry Sukhotskiy, pour lequel il s'est préparé avec «minutie».

«C'est un gars qui met de la pression, alors s'il veut mettre de la pression, je n'aurai pas besoin de courir après. Ça va être une courte soirée. S'il bouge et que je dois courir après, et couper le ring, ça peut être long. Mais si c'est un gars qui fonce - les Russes sont des gars qui aiment ça foncer et sont forts physiquement -, je me suis préparé avec des poids lourds qui ont un style comme ça», a poursuivi «Superman», qui n'a pas voulu prédire en quel round il passerait le K.-O. à son adversaire.

Après cette défense de titre, Stevenson pourra commencer à penser au combat d'unification des quatre titres de la division mi-lourds, qui le verra affronter le gagnant du duel entre Jean Pascal et Sergey Kovalev, à l'automne.

«Il n'y a personne que je veux affronter plus que l'autre. Je pense que Kovalev va gagner par knock-out. Mais c'est sûr qu'en même temps, si Pascal gagne, ce seront deux Québécois qui unifieront les titres. Ce serait vraiment une grande histoire. [...] Tout le monde va être intéressé à un combat comme celui-là», a estimé Stevenson.

Même si le scénario fait autant rêver les promoteurs de boxe que les amateurs, rien ne dit que Kovalev ne sortira pas gagnant de ce duel. «Kovalev, ce n'est pas un deux de pique. C'est un champion. Il n'est pas là par hasard. C'est sûr et certain que si Pascal perd, je vais affronter Kovalev et que je vais battre Kovalev. J'ai la clé pour battre Kovalev.»

***

Bouchard confiant

C'est confiant et souriant que Sébastien Bouchard (8-1, 2 K.-O.) est monté sur le pèse-personne jeudi, en l'absence de son adversaire, le Belge Cedric Spera (11-2, 2 K.-O.), dont le vol a été retardé. «La limite de poids devait être à 151 livres, mais notre adversaire a demandé de la faire augmenter à 159 livres. Parce qu'on était tellement serrés dans le temps, qu'on ne voulait pas prendre la chance de prendre un nouvel adversaire, on a accepté. J'ai fait 153,6 livres, alors on est dedans.»

Bizier va «se gâter»

À quelques jours de Noël, Kevin Bizier a bien l'intention de «se gâter», en s'offrant le Montréalais d'origine roumaine Jo Jo Dan, à l'occasion du très attendu combat-revanche entre les deux boxeurs. Le duel s'annonce d'ailleurs si relevé que Showtime a cru bon en faire la demi-finale de sa carte de boxe. Ayant tous les deux fait le poids jeudi, Bizier (23-1, 16 K.-O.) et Dan (33-2, 18 K.-O.) sont prêts à reprendre les hostilités là où ils les avaient laissées en novembre 2013, alors que Dan l'emportait par décision partagée. Ce dernier s'est dit «prêt» à faire face à la musique et espérait un «combat spectaculaire», jeudi. Quant au boxeur de Saint-Émile, il affirme être en mesure de faire face à l'accrochage, si Dan devait y avoir encore recours. Il restera à l'arbitre en fonction de limiter les excès. «Je ne connais pas l'arbitre qui sera là, mais ce qu'Yvon [Michel] m'a dit, c'est qu'il voulait que ce soit de la belle boxe. J'espère que ça va être ça.»

Nouveau venu prometteur

En sous-carte du combat Stevenson-Sukhotskiy, le Canadien de 27 ans Custio Clayton affrontera, à son premier combat professionnel, le Français Sophyan Haoud (3-2-1, 1 K.-O.). Possédant une longue feuille de route amateur qui l'a mené jusqu'aux Jeux olympiques de Londres, le natif d'Halifax était un espoir convoité avant de se joindre au Groupe GYM. «On était en compétition avec cinq autres promoteurs d'ici et de l'extérieur, mais on n'a pas été très agressifs. Il est venu nous voir et on a senti qu'il voulait s'associer avec nous. Je pense qu'en dedans de deux ans, il va se retrouver avec l'élite mondiale de sa division», a soutenu le promoteur Yvon Michel.

Partager

À lire aussi

  • Yvon Michel rêve d'un duel Stevenson-Pascal à Québec

    Boxe

    Yvon Michel rêve d'un duel Stevenson-Pascal à Québec

    La WBC a annoncé mercredi qu'elle obligerait son champion en titre, Adonis Stevenson, à défendre sa ceinture des poids mi-lourds contre le champion... »

  • Kevin Bizier plie encore

    Boxe

    Kevin Bizier plie encore

    Kevin Bizier a perdu contre Jo Jo Dan. Encore. Même scénario, un an plus tard presque jour pour jour. Le boxeur de Saint-Émile s'est incliné par... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer