Adonis Stevenson zen avec lui-même

L'entraîneur de Dmitry Sukhotsky, Valery Bespalov, a serré... (Photo le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

L'entraîneur de Dmitry Sukhotsky, Valery Bespalov, a serré la pince de l'entraîneur d'Adonis Stevenson, Javan «Sugar» Hill, mardi.

Photo le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) L'image que projette Adonis Stevenson ne ment pas. Il a du plaisir. Tout un contraste avec l'état d'esprit dans lequel il était quelques instants après son combat au Colisée Pepsi en novembre 2013.

«Adonis est une personne complètement transformée», a indiqué son entraîneur Javan «Sugar» Hill. «Il est heureux. On le sent. Son travail, son attitude et sa personnalité parlent pour lui.»

C'est dans un contexte complètement différent de celui d'il y a un an que le poulain de Hill s'est présenté dans la Vieille Capitale en début de semaine. On se souviendra qu'à l'époque, il avait dû composer avec des démons de son passé. Ses démêlés avec la justice avaient même pris toute l'attention médiatique au détriment de son affrontement face à Tony Bellew.

«Comme je ne comprends pas le français, je ne savais pas trop ce dont il était question. Mais pour moi, ce qui importait, c'était la boxe, la boxe et encore la boxe. J'avais donc fait en sorte qu'Adonis demeure lui aussi concentré sur celle-ci. Et malgré tout ce qui avait été dit et écrit, il était demeuré fort. Je sais cependant que tout ça l'avait ébranlé émotivement parlant. Et on avait vu jusqu'à quel point après son combat, quand il avait parlé de quitter le Québec, etc. Ces propos étaient le signe qu'il était profondément blessé.

«Mais vous savez, ces choses font partie de la vie. Il faut arriver à faire face à son passé. Et Adonis l'a fait au mieux de ses connaissances. Je pense qu'il devait être confronté à son passé afin de régler certaines choses. C'est ce qui lui a permis de tourner définitivement la page sur celui-ci.»

Même si Dmitry Sukhotsky n'a pas la réputation de certains des adversaires contre qui Stevenson a croisé le fer, il sera un adversaire coriace. C'est ce qu'a indiqué Hill quand il a été appelé à analyser le prochain adversaire de son boxeur.

Gare au chasseur

«On ne le connaît pas beaucoup, c'est vrai. Mais quand on regarde sa feuille de route, on voit que c'est un gars qui s'est déjà battu dans un combat de championnat. Et en tant qu'entraîneur, je sais que lorsque l'on perd un combat pour une ceinture, on identifie toujours par la suite les erreurs que l'on a faites afin de les corriger et être meilleur lors du combat suivant. Je suis certain que Sukhotsky a appris énormément de sa défaite face à Cornelius White (ceinture IBF chez les mi-lourds). À cause de ça, mais aussi à cause de la détermination et de la volonté de Sukhotsky, je crois que ça sera un combat très très difficile pour Adonis.»

Hill a indiqué qu'il n'était pas de ceux qui croyaient que le Russe n'aura rien à perdre vendredi. Il a ajouté qu'il ne pensait pas qu'il allait tenter n'importe quoi afin de surprendre son poulain. 

«Sukhotsky prend le combat au sérieux. Et il a montré son désir de gagner une ceinture en regrimpant parmi les meilleurs. Il a prouvé qu'il avait appris de ses expériences passées et qu'il était meilleur. C'est le genre d'adversaire que nous voulons rencontrer dans le ring.»

Analysant le style du Russe, Hill a mentionné qu'il était un très bon boxeur utilisant un style de base. «Il a un bon jab, il garde ses mains hautes, sa droite est très bonne et il frappe fort. Et son surnom est le "chasseur". Il ne se contentera donc pas de se défendre. Il va attaquer et mettre de la pression. Et je suis certain qu'il cherchera autant qu'Adonis à obtenir un K.O. «Je ne vois d'ailleurs pas vraiment de faiblesse chez lui. Son style, c'est celui que j'enseigne à Adonis. C'est ce qui rendra le combat encore plus serré. Et c'est là-dessus que nous avons travaillé lors du camp d'entraînement, un camp où nous avons eu beaucoup de plaisir, ce qui est très important.»

***

Yvon Michel K.O.

Même si ce n'est que vendredi que sera présenté au Colisée Pepsi le gala de boxe mettant en vedette Dmitry Sukhotsky et Adonis Stevenson en grande finale, une première personne a été victime d'un K.O., soit Yvon Michel, le promoteur de l'évènement. Aux prises avec une extinction de voix, il n'a pu diriger, comme il le fait habituellement, la conférence de presse qui mettait hier en vedette les boxeurs de la carte principale.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer