Sébastien Bouchard armé pour la guerre

Sébastien Bouchard se frottera à Cédric Spera en... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Sébastien Bouchard se frottera à Cédric Spera en sous-carte du combat de championnat du monde WBC mettant aux prises Adonis Stevenson et Dmitry Sukhotsky le 19 décembre au Colisée.

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) Les amateurs de boxe verront un Sébastien Bouchard qui frappe plus fort et qui bouge plus vite, dans le ring du Colisée de Québec, le 19 décembre. Plus fort et plus vite, mais toujours aussi fauché.

Sur le plan sportif, s'entend. Sans promoteur, le pugiliste natif de Baie-Saint-Paul établi à Québec depuis plus de 10 ans ne disputera que son deuxième combat cette année. Un état de fait que son nouvel entraîneur, Maxime Simard, compte voir changer.

Il vise quatre sorties pour son poulain en 2015, dont un championnat canadien et une offre d'ici 12 mois pour une ceinture mineure, nord-américaine ou internationale. «Mais pour ça, il faut que je performe», tranche Bouchard.

Le super-mi-moyens de 27 ans empoche pour l'instant entre 2000 $ et 4000 $ pour ses prestations au Québec. Salaire duquel il soustrait celui de ses équipiers et les impôts. Son seul affrontement aux États-Unis, en mai, sa première défaite chez les pros, incluait une bourse de 7500 $.

D'ordinaire travailleur de la construction, Bouchard vient de se trouver un emploi pour décharger les céréales au port de Québec, à la Bunge. Il y besogne ses 50 heures hebdomadaires. A quand même demandé congé les jeudi 18 et vendredi 19 décembre, pour le combat.

Sinon, il s'entraîne une vingtaine d'heures par semaine à l'Empire Académie de Sainte-Foy, dont une heure avant l'aube chaque matin. «On a toujours dit de moi que j'étais un boxeur travaillant qui va à la guerre, mais que je ne frappe pas si fort et que je suis plutôt lent. Ça va changer», prévient-il.

Bouchard (8-1, 2 K.O.) se frottera à Cédric Spera (11-2, 2 K.O.) en sous-carte du combat de championnat du monde WBC mettant aux prises Adonis Stevenson (24-1, 20 K.O.) et Dmitry Sukhotsky (22-2, 16 K.O.). Une soirée où la revanche du héros local Kevin Bizier (23-1, 16 K.O.) contre Jojo Dan (33-2, 18 K.O.) s'annonce comme le moment fort.

Coup d'éclat

Spera est ce Belge de 25 ans qui a coupé court au retour de Stéphane Ouellet, en septembre dernier. Un grand maigre qui n'a été mis hors de combat qu'une seule fois, en mai 2013, par un coup au corps. «Notre but est de ne pas se rendre à la fin. On vise un coup d'éclat», confie Simard.

Après une trop longue pause de quatre mois marquée par du découragement et une prise de poids, Bouchard s'est attaché les services de Simard et du préparateur physique Jonathan Dale Huard. Équipe supervisée par le manitou du volet compétitif de l'Empire, François Duguay, toujours entraîneur en chef de Bouchard.

«Avoir du coeur ne s'apprend pas et ça, Sébastien l'a toujours eu. Le restant, tout s'apprend, fait valoir Simard. Il n'est pas obligé de toujours faire une guerre si ce n'est pas nécessaire. Il sera maintenant capable de changer le combat avec un seul coup.»

Un changement qui a un prix. Les débuts à l'entraînement ont été difficiles. En octobre, Bouchard est souvent reparti du gym découragé. Mais le tout a fini par payer et il assure être aujourd'hui «un boxeur plus dangereux».

Plus question donc de refuser des offres de dernière minute comme Joachim Alcine, cette année. Le trio Duguay-Simard-Huard gardera Bouchard actif. Il affrontera Spera à 158 lb, puis descendra ensuite à 154 et même 147, chez les mi-moyens.

Pascal-Kovalev à Québec?

Le plus gros combat de boxe mettant un Québécois en vedette en 2015 pourrait bien se tenir à Québec, dans le vieux Colisée. L'affrontement du 14 mars entre Jean Pascal et Sergey Kovalev s'avère difficile à présenter à Montréal.

Le monde de la boxe est rempli de surprises. Comme l'absence de verdict annoncé au terme du duel écourté entre Pascal et Roberto Bolonti, samedi soir, au Centre Bell. Ou encore le lieu toujours inconnu du choc le plus attendu des amateurs de boxe québécois depuis le décevant Bute-Pascal, en janvier dernier.

«Québec est une option», a confirmé le président de l'entreprise de promotion InterBox au Soleil, dimanche, se retenant toutefois d'en dire plus. «Il y a de très bonnes chances que le combat ait lieu à Québec», avait pourtant affirmé Jean Bédard, en début de semaine dernière. «Je me suis ouvert la trappe et je ne voudrais pas trop mettre de pression indue, a-t-il cette fois rétropédalé. Je vais me garder un droit de réserve.»

InterBox a le mandat de promouvoir encore les trois prochains combats de Pascal. Le rendez-vous fixé contre Kovalev constitue un gros coup, considérant que le Russe de 31 ans établi en Floride possède les ceintures mondiales des mi-lourds dans l'IBF et la WBO, en plus de la WBA super.

Pascal, 32 ans, a déjà été roi des 175 lb de la WBC, de 2009 à 2011. Mais ce titre prestigieux appartient dorénavant à son compatriote québécois d'origine haïtienne Adonis Stevenson, depuis 2013. Stevenson s'offrira d'ailleurs sa quatrième défense contre le Russe Dmitry Sukhotsky à Québec, le vendredi 19 décembre.

C'est surtout un différend télévisuel qui empêche pour l'instant un grand combat d'unification des ceintures. Stevenson est sous contrat avec Showtime, Kovalev avec HBO.

Parlant de HBO, ce sont justement les dirigeants de la chaîne payante américaine qui ont déterminé le samedi 14 mars comme jour du combat. Date immuable, maintient Bédard.

MONTRÉAL CIBLÉE PAR L'UFC

La même journée où l'UFC détient une option de location sur le Centre Bell pour son gala UFC 185. Mais du côté du circuit d'arts martiaux mixtes, rien ne semble coulé dans le ciment. «Nous avons dévoilé les dates de nos galas pour 2015, mais pas les endroits où ils se tiendront», a expliqué la porte-parole de la branche canadienne du UFC, Carolyn Blakely.

Celui du 14 mars fait bel et bien partie des trois à cinq événements qui se tiendront au Canada. L'UFC est venu à Québec en avril dernier, dans le vieux Colisée. Blakely reconnaît que son organisation suit l'avancement des travaux du nouvel amphithéâtre, dont l'ouverture est prévue pour septembre prochain. 

«Nous avons entendu beaucoup de rumeurs et Montréal est l'une des villes que nous avons ciblées, mais pour l'instant, nous n'avons rien de plus à confirmer», s'est-elle bornée à dire, ajoutant que le président d'UFC Canada, Tom Wright, participera cette semaine à des réunions sur le sujet.

InterBox souhaite sûrement annoncer la date avant Noël, question que le plus de billets possible se retrouvent sous le sapin des amateurs. Notons que les Remparts de Québec ont un match prévu au Colisée de Québec le 14 mars, à 19 h, contre les Foreurs de Val-d'Or.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer