Le bonheur est dans le ring pour Pier-Olivier Côté

Pier-Olivier Côté et Lucian Bute étaient à Lévis,... (Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Pier-Olivier Côté et Lucian Bute étaient à Lévis, jeudi, pour faire la promotion du combat de championnat de Bute qui aura lieu en Angleterre le 26 mai. Pous sa part, «Apou» se battra en sous-carte du même gala contre un adversaire encore inconnu.

Le Soleil, Pascal Ratthé

<p>Jean-François Tardif</p>

Jean-François Tardif
Le Soleil

(Québec) Pier-Olivier Côté a retrouvé le sourire. De retour au gymnase après un repos forcé d'un mois commencé en janvier afin de soigner un épuisement causé par un surentraînement, le boxeur de Québec a commencé à se préparer pour le combat du 26 mai qu'il disputera à Nottingham en sous-carte de l'affrontement Lucian Bute-Carl Froch.

«C'est dans un ring de boxe à l'entraînement que je suis vraiment heureux», a expliqué «Apou», lors d'un bain de foule à la nouvelle Cage aux Sports de Lévis. InterBox en profitait également pour faire la promotion du combat de championnat de Bute, qui était sur place en compagnie de son adversaire.

Le retour progressif de Côté s'est amorcé il y a environ trois semaines. «La première journée, j'étais d'ailleurs comme un enfant dans un magasin de bonbons. C'est incroyable comment je me sentais bien. Et ça se continue. Et parallèlement à cela, j'ai appris la bonne nouvelle que j'aillais me battre en Angleterre. Tout arrive à point comme on dit.»

Le champion intercontinental des super-légers de l'IBF n'a pas caché que son état de santé l'avait passablement inquiété. Le diagnostic du médecin et sa prescription le sommant d'arrêter l'entraînement ont été un choc. «Mais j'étais tellement déterminé à revenir que j'ai fait tous les sacrifices qu'il fallait pour y arriver le plus tôt possible.»

Reconnu pour son intensité, Côté a admis que la chose la plus difficile pour lui était de ne pas mettre les bouchées doubles afin de reprendre le temps perdu.

«Heureusement, Frankie [François Duguay] est bon pour me stopper. On y va vraiment progressivement. Mais c'est dur. Moi, je ne me suis jamais entraîné comme ça. Et je ne pensais pas que ça allait être aussi difficile que ça de se retenir. La grenade que j'ai, c'est lors du combat que je vais la faire exploser. C'est là que je vais donner tout ce que j'ai.»

Un Anglais de préférence

À environ deux mois de son prochain combat, Apou ignore toujours qui sera son adversaire en Angleterre. Son entraîneur a reçu des offres, mais finalement celles-ci n'ont pu se concrétiser. Par trois fois au cours des dernières semaines, le boxeur québécois s'est préparé pour un rival qu'il n'affrontera pas.

«Trois gars aux styles très différents. J'ai donc dû m'entraîner avec des plans de match différents. Je risque donc au bout de la ligne d'avoir tous les outils possibles pour affronter n'importe qui.»

Parlant de la perle rare recherchée, Côté a expliqué qu'il désirait se mesurer à un boxeur connu et qu'il espérait beaucoup se frotter à un Anglais. Il a ajouté qu'il n'était pas certain que sa ceinture serait alors en jeu.

«Ça serait le fun de vivre comme Lucian la rivalité Canada-Angleterre. En me battant contre un adversaire connu qui a une très belle fiche, ça me permettrait de monter au classement. Mais évidemment, ce n'est pas moi qui s'occupe de ça. C'est à InterBox de décider ce qui sera le mieux pour moi. Dans le meilleur des mondes, je défendrai ma ceinture contre un Anglais.»

«Nous avons des avenues qu'il faut regarder», a indiqué Duguay, l'entraîneur de Côté. «Mais je pense que s'il se battait contre un Anglais, ça lui permettrait de monter dans le ring en demi-finale, juste avant le combat à Lucian. Et c'est l'une des options que l'on regarde.»

Bute se reconnaît en «Apou»

«Pier-Olivier [Côté] est un bon boxeur. Il a encore des choses à prouver, c'est clair. Mais il a du talent, il est sérieux et il s'entraîne beaucoup. Et c'est vraiment une belle occasion pour lui de pouvoir boxer sur une carte comme celle du 26 mai à Nottingham. Et le fait qu'il soit là prouve qu'il a les qualités pour y être.»

Pour Lucian Bute, Apou, c'est un peu lui quand il a fait ses débuts avec le groupe InterBox. Jeune boxeur presque sans expérience chez les pros, il se retrouvait régulièrement sur les mêmes cartes qu'Éric Lucas, son grand frère au sein de la famille. Maintenant, c'est au tour du boxeur d'origine roumaine de jouer le même rôle.

«Pier-Olivier a besoin de combats de l'envergure du 26 mai afin de bâtir sa confiance et de gagner de la crédibilité. Il est rendu à ce niveau. Il a besoin de gravir cet échelon afin de montrer combien il est bon. Et c'est sûr que d'ici un an, il va être capable de faire ici au Québec un show où il va être la vedette d'une finale d'un combat éliminatoire ou de championnat. Ça va arriver s'il demeure sérieux et qu'il continue à s'entraîner fort.»

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer