Un balayage serait bienvenu pour les Jays

Le lanceur Aaron Sanchez et les Blue Jays... (La Presse canadienne, Jon Blacker)

Agrandir

Le lanceur Aaron Sanchez et les Blue Jays auront la chance, dimanche, de balayer en trois matchs les Rangers du Texas, ce qui permettrait à plusieurs joueurs torontois de soigner diverses blessures.

La Presse canadienne, Jon Blacker

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Toronto

Les Blue Jays de Toronto ont deux chances d'éliminer les Rangers du Texas à domicile. Tout ce que ça prend, c'est une victoire pour accéder à la série de championnat de l'Américaine et pour obtenir un peu de repos bien nécessaire.

Alors que l'état de santé du gaucher Francisco Liriano (commotion) et du joueur d'avant-champ Devon Travis (genou) sera évalué quotidiennement et que plusieurs autres joueurs souffrent de blessures mineures, un balayage serait le bienvenu dimanche (19h30). Ce ne sera toutefois pas facile d'éliminer la meilleure équipe de l'Américaine. Les Rangers ont gagné 95 matchs en saison régulière et voudront envoyer un message.

«Cette série est loin d'être terminée», a déclaré le gérant des Blue Jays, John Gibbons. «Nous devons encore jouer du bon baseball. Ils ont la meilleure fiche dans l'Américaine pour une raison. Ce n'est pas une question de chance.»

Les Rangers ont remporté le titre de la division Ouest par neuf matchs sur les Mariners de Seattle, mais n'ont rien fait qui vaille lors des deux premiers matchs de la série au Global Life Park. Les Blue Jays ont connu des difficultés au mois de septembre, mais ils ont gagné leurs cinq affrontements en octobre.

Les Blue Jays ont signé deux gains à Boston la fin de semaine dernière pour s'assurer de l'avantage du terrain lors du match de bris d'égalité face aux Orioles de Baltimore. Les Jays ont eu le dessus 15-4 pour les points marqués face aux Rangers dans cette série et seront de retour à la maison avec le vent dans les voiles.

«C'est pourquoi on travaille si fort : pour des moments comme ceux-là, des occasions comme ça», a commenté le droitier Aaron Sanchez (15-2), qui sera le partant des Jays, dimanche. «Je ne pourrais pas être mieux préparé pour tenter de mettre fin à cette série.» Les Rangers, eux, se tourneront vers Colby Lewis (6-5, mpm de 3,71) pour tenter de prolonger leur saison.

Rôles inversés

Les Rangers n'ont jamais gagné une série après avoir perdu les deux premiers matchs. Les Blue Jays ont démontré qu'il était possible de le faire l'an dernier lorsqu'ils ont joué le tour aux Rangers après avoir encaissé deux revers à Toronto en début de série.

«Peut-être que je devrais appeler John [Gibbons] pour lui demander conseil», a lancé le gérant des Rangers, Jeff Banister. «Les rôles sont inversés. Je sais qu'il croit en son club. J'ai confiance en mon équipe aussi.»

Les Blue Jays s'étaient ensuite inclinés en série de championnat face aux Royals de Kansas City. Cette étape du parcours éliminatoire ne s'amorcera pas avant vendredi. Si un quatrième match est nécessaire, il sera disputé lundi au Rogers Centre. La série pourrait retourner au Texas, mercredi, si un match ultime doit être joué.

Les Blue Jays souhaitent que Sanchez connaisse un bon départ, lui qui a mené la Ligue américaine avec une moyenne de points mérités de 3,00. La relève des Blue Jays a été très utilisée dans les dernières semaines et doit négocier avec les blessures à Liriano et à Joaquin Benoit (mollet). De plus, le spécialiste des fins de match Roberto Osuna est incommodé par des douleurs à l'épaule, même s'il a signé un sauvetage de cinq retraits vendredi.

Interdire l'alcool dans les stades n'est pas la solution

Rob Manfred, le commissaire du baseball majeur,  a déclaré samedi qu'il avait «totalement confiance» qu'aucune autre canette de bière ne serait projetée sur le gazon synthétique du Rogers Centre de Toronto au cours des séries éliminatoires.

Manfred a souligné que la Ligue et les Jays avaient travaillé de concert afin de prévenir un autre incident comme celui survenu lors du match de bris d'égalité de l'Américaine, mardi dernier. Une canette de bière lancée par un spectateur a presque touché un joueur des Orioles de Baltimore, Hyun Soo Kimi. Ken Pagan, l'homme de 41 ans accusé dans cette affaire, devra faire face à un procès criminel. L'an dernier, lors de l'affrontement ultime contre les Rangers en série de division, les partisans torontois avaient lancé toutes sortes d'objets sur le terrain à la suite d'une décision controversée de l'officiel. 

Mercredi, les Jays avaient annoncé leur intention de réclamer «un resserrement des mesures de sécurité et des politiques en matière de consommation d'alcool». Interdire ou limiter les ventes d'alcool au cours de grands événements sportifs ne préviendra toutefois pas les comportements violents, estime Geoff Pearson, un chercheur britannique en comportement des foules. De telles restrictions pourraient même faire en sorte que certains spectateurs arriveront sur les lieux en ayant consommé encore plus d'alcool au préalable.

Enseignant à l'Université de Manchester, M. Pearson préconise plutôt d'autres mesures implantées en Angleterre dans les années 90 et qui ont déjà prouvé leur efficacité. Il a mentionné des modifications légales criminalisant, notamment, tout lancer d'objets dans des stades de soccer.  La Presse canadienne

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer