La dure journée des Capitales

Le voltigeur de 23 ans a subi une... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Le voltigeur de 23 ans a subi une dislocation de l'épaule dès le troisième match de la saison.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Sans jouer, les Capitales ont connu une journée difficile, lundi. Les meneurs de la ligue Can-Am ont perdu leur entraîneur des lanceurs, un voltigeur et peut-être même leur as releveur...

Gretzky : à l'an prochain!

Trevor Gretzky n'aura finalement joué que 16 matchs avec les Capitales. Le fils de «La Merveille» quitte l'organisation québécoise pour subir une opération à l'épaule.

Le voltigeur de 23 ans a subi une dislocation de l'épaule dès le troisième match de la saison, alors qu'il en a fait un peu trop pour tenter de capter une flèche. Il a raté les 35 rencontres suivantes, mais sa réhabilitation s'est déroulée plus rapidement que prévu.

C'est du moins ce que tout le monde croyait. Depuis son retour au jeu, le 1er juillet, Gretzky ressentait un malaise qui aura finalement eu raison de sa saison 2016. Il sera opéré dans les prochaines heures.

«Il avait perdu beaucoup de poids, il était moins fort physiquement qu'il y a deux mois et c'est ce qui lui manque un peu à Trevor, de la force physique, a expliqué le gérant Patrick Scalabrini. Il ne performait pas au niveau souhaité et ça le dérangeait.»

La bonne nouvelle : son association avec les Capitales n'est sans doute pas terminée. «On veut le ravoir l'an prochain et il veut jouer à Québec. Il est très heureux ici», a assuré Scalabrini.

Gretzky fils aura malgré tout eu le temps de faire vibrer le Stade municipal. Dès son premier match à la maison, devant ses parents Wayne et Janet, il a frappé trois coups sûrs dont celui dramatique pour la victoire, en fin de onzième manche.

Il a conservé une moyenne de ,228 (13 en 57) et fait produire sept points pendant son court séjour à Québec.

Lourde perte... au profit du rival

Le gérant Patrick Scalabrini a reconnu que le... (Photothèque Le Soleil, Caroline Grégoire) - image 4.0

Agrandir

Le gérant Patrick Scalabrini a reconnu que le départ de T.J. Stanton était une grosse perte pour sa formation.

Photothèque Le Soleil, Caroline Grégoire

Patrick Scalabrini l'admet : ce sera bizarre d'affronter son ami T.J. Stanton, nouveau gérant des Aigles de Trois-Rivières depuis lundi (voir texte en page 51). «Ça va être étrange, c'est sûr. D'autant plus qu'il y a une rivalité entre les Aigles et nous. J'espère que ça n'affectera pas notre amitié», a souhaité le gérant des Capitales.

Un peu sonné par le départ de son entraîneur des lanceurs, le Capitales en chef le voit toutefois comme l'homme de la situation pour les Aigles (16-38), une formation qui en arrache cette saison.

«Je pensais déjà que T.J. état la meilleure personne pour combler un poste de gérant lorsqu'une franchise de la Can-Am ou d'une ligue similaire aurait un tel besoin. Et avec Trois-Rivières, c'est un fit parfait. Il parle français et il est établi ici», a-t-il affirmé.

N'empêche qu'il s'agit d'une grosse perte pour les Capitales, reconnaît Scalabrini. Une perte qui devra être comblée. Le gérant a bien quelques idées, mais il préfère ne pas trop s'avancer pour l'instant.

En poste depuis la saison 2013, Stanton, un Floridien de 35 ans, a lancé pour les Capitales de 2006 à 2008, puis en 2011 et en 2012. Il a particulièrement brillé lors de ces deux dernières saisons, devenant l'un des meilleurs releveurs de la Can-Am.

L'été dernier, il avait brièvement quitté son poste à Québec pour diriger la défunte équipe itinérante des Grays en fin de saison. Cet hiver, il a traversé le processus d'embauche pour être gérant des Miners de Sussex County, qui lui ont finalement préféré l'ancien joueur des ligues majeures, Bobby Jones.

Les Brewers font de l'oeil à Fitzsimmons

Les Brewers de Milwaukee ont offert un contrat des ligues mineures à l'as releveur des Capitales, Jon Fitzsimmons. Même s'il rêve d'une nouvelle chance, l'ancien de l'organisation des Royals de Kansas City n'a pas encore accepté. Le principal point d'achoppement serait le niveau dans lequel il évoluerait au sein des filiales de l'équipe. Des négociations sont en cours.

Mais même si Fitzsimmons devait dire non aux Brewers, le gérant des Capitales, Patrick Scalabrini, ne se fait pas d'illusions. «Ce n'est qu'une question de temps», avant que le releveur se trouve un emploi dans le baseball affilié, croit-il. L'Ontarien est trop fort pour la Can-Am cette saison. En 25,2 manches, il n'a accordé qu'un point, ce qui lui procure une magnifique moyenne de points mérités de 0,35. Il a aussi réussi 12 sauvetages, un sommet dans la ligue partagé avec Fernando Cruz, des Jackals du New Jersey.

S'il part, l'athlète de 24 ans ne pourra pas être remplacé, admet Scalabrini. «En plus, il a un statut de recrue. Il n'y a pas un gars de ce calibre-là avec ce statut-là», explique-t-il.

Partager

À lire aussi

  • Les Capitales gagnent... mais perdent Gretzky

    Capitales

    Les Capitales gagnent... mais perdent Gretzky

    Après avoir joué les héros vendredi, Trevor Gretzky a subi une séparation de l'épaule gauche, samedi, quand les Capitales ont soutiré un gain de 8-3... »

  • Faux départ pour les Capitales

    Baseball

    Faux départ pour les Capitales

    Privés de leurs trois partants cubains, les Capitales n'ont pas fait le poids devant les champions en titre de la Can-Am, jeudi à Trois-Rivières. Les... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer