Rose admis au Temple... des Reds

Pete Rose, qui est toujours boudé par le... (Associated Press, John Minchillo)

Agrandir

Pete Rose, qui est toujours boudé par le Temple de la renommée du baseball, a été admis samedi à celui des Reds de Cincinnati. Pour l'occasion, plusieurs de ses anciens coéquipiers de la «Big Red Machine» étaient présents.

Associated Press, John Minchillo

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
Cincinnati

Tout en se souvenant des nombreuses victoires de la «Big Red Machine», Pete Rose s'efforce de blaguer à propos de ses cheveux et de son âge. Cette façon d'agir masque quelque chose que le roi des coups sûrs ne voulait pas faire samedi.

«J'ai déjà pleuré sur le terrain une fois, c'est suffisant», souligne Rose, qui s'était laissé gagner par l'émotion lorsqu'il avait frappé ce coup sûr, son 4190e, qui lui avait permis de battre le record de tous les temps détenu jusque là par Ty Cobb.

Rose, âgé de 75 ans, peut dire mission accomplie : il a réussi à ne pas verser de larmes lorsque les Reds de Cincinnati ont fait de lui le 86e membre de leur Temple de la renommée, samedi. Pour l'occasion, plusieurs de ses anciens coéquipiers, incluant Johnny Bench et Tony Perez - tous deux membres du Temple de la renommée du baseball majeur -, étaient sur place.

Outre leur présence, Bench et Perez ont tenu à prononcer de bonnes paroles à propos de celui qui a été surnommé «Charlie Hustle», qui est d'une certaine façon le visage de la franchise. Un visage controversé, qui a marqué la ville par son jeu intense, ses exploits et, malheureusement, par le scandale qui lui ferme toujours les portes de Cooperstown à ce jour. D'ailleurs, malgré la suspension qui pèse toujours sur lui, les autorités du baseball majeur ont donné la permission aux Reds de décerner cet honneur à celui qui a bouclé sa carrière de 24 saisons avec 2456 coups sûrs.

«Il est la personne la plus insatisfaite que j'ai connue», affirme Bench. «À chaque jour où il ne frappait pas quatre coups sûrs, il n'était pas satisfait. Même après ses matchs de trois coups sûrs, car son but était toujours d'en obtenir quatre.

«C'est cette continuelle insatisfaction qui l'a poussé vers l'excellence», a poursuivi l'ancien receveur.

Des larmes et de la sueur

C'est en 1985 au Riverfront Stadium - ancien domicile des Reds - que Rose avait obtenu le coup sûr record, face aux Padres de San Diego, également adversaires des Reds samedi après-midi. Lorsqu'il s'était arrêté au premier après son simple, l'ovation de neuf minutes des amateurs avait fait fondre en larmes l'athlète pourtant reconnu pour son intensité et son attitude frondeuse.

Lorsqu'il a grimpé sur la tribune, Rose a été ovationné de nouveau, les amateurs présents au Great American Ball Park scandant «Pete! Pete!». L'ancien no 14 a alors eu à essuyer... de la sueur sur son front.

Celui qui a aussi porté les couleurs des Phillies de Philadelphie et des Expos de Montréal s'est empressé de déclarer qu'il aurait besoin de bien plus que les cinq minutes qui lui ont été allouées pour pleinement exprimer à quel point il est demeuré attaché aux fans de Cincinnati, sa ville natale.

«Je frappais pour vous. J'essayais de marquer des points pour vous», a lancé le héros du jour.

Il a ensuite blagué en disant qu'il avait assisté à plusieurs cérémonies d'introduction à des temples de la renommée, mais que c'était la première fois qu'il y était invité.

C'est après le discours que Perez et Bench, qui ont aussi fait la gloire des Reds des années 70, se sont amenés sur le terrain. Perez a effectué un lancer symbolique, alors que Rose se tenait du côté gauche du marbre (il était frappeur ambidextre et Perez lance de la droite) et que Bench tenait sa place habituelle derrière le marbre. S'en est suivi une autre ovation qui a causé un léger retard au début de la rencontre du jour, remportée 3-0 par les visiteurs.

Intronisés au Temple de la renommée de l'équipe en même temps que Rose, Barry Larkin et Ron Oester, également natifs de Cincinnati, se sont dits extrêmement heureux de recevoir cet honneur en même temps qu'un joueur qu'ils ont admiré alors qu'ils étaient jeunes.

Quant à Rose, il devra attendre une journée de plus avant de recevoir l'ultime honneur de la part de l'équipe pour laquelle il a joué 19 saisons. Et quel est cet ultime honneur? Recevoir le manteau rouge que portait les autres membres du Temple de la renommée des Reds. Ainsi, la boucle sera bouclée et le numéro 14, officiellement retiré.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer