Faux départ pour les Capitales

Le frappeur désigné des Aigles, Joel Carranza (15),... (Le Nouvelliste, Sylvain Mayer)

Agrandir

Le frappeur désigné des Aigles, Joel Carranza (15), a connu un excellent match avec trois coups sûrs, dont un circuit de deux points en deuxième manche.

Le Nouvelliste, Sylvain Mayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(TROIS-RIVIÈRES) Privés de leurs trois partants cubains, les Capitales n'ont pas fait le poids devant les champions en titre de la Can-Am, jeudi à Trois-Rivières. Les Aigles l'ont emporté 11-3 en lever de rideau de la saison 2016, devant 1867 amateurs au Stade Fernand-Bédard.

Présentant un alignement comptant plusieurs réservistes et recrues au lendemain d'un camp écourté par la météo, les Capitales n'ont pas semblé prêts à entamer la campagne en même temps que leurs adversaires. «Ç'a été un mauvais match pour pas mal de monde, mais je suis convaincu qu'on va jouer d'excellents matchs défensifs bientôt, idéalement à partir de demain», a laissé entendre le gérant des Capitales, Patrick Scalabrini, faisant référence aux quatre erreurs commises par ses hommes, dont deux par Jonathan Malo, une rareté.

Les champions en titre de la Can-Am ont profité d'un mauvais début de match du partant Deryk Hooker pour s'inscrire à la marque en fin de deuxième manche lorsque la recrue Joel Carranza a expédié son offrande par-dessus la clôture du champ gauche, produisant deux points.

Le lanceur des Capitales a continué de connaître des ennuis en troisième, alors qu'il concédait trois autres points sur un simple de Daniel Mateo et un double de Steve Brown. Le cinquième point des Aigles est venu avec deux retraits, alors que Sam Judah a tenté de forcer un double, mais a été retiré sur le jeu, non sans avoir d'abord vu Steve Brown croiser le marbre.

Erreurs coûteuses

Tirant de l'arrière 5-0 en fin de quatrième, les Capitales se sont écroulés en défensive, alors que Trois-Rivières marquait ses sixième et septième points sur des erreurs de Lachlan Fontaine, au troisième but, et de Jonathan Malo, à l'arrêt-court.

Les déboires de Hooker se sont poursuivis en cinquième. L'Américain a accordé un circuit à Brown, qui portait la marque à 8-0, avant d'allouer un simple à Carranza, qui plaçait Lafrenz en position de marquer au troisième. Ça en était fait de sa soirée de travail.

«Hooker n'a pas fait des lancers de qualité tôt dans le match. Vers la fin de sa sortie, il a été plus sharp, même s'il a donné des points. On va trouver du positif là-dedans, mais tôt dans le match, il ne lançait pas comme un lanceur vétéran. C'est un lanceur vétéran qui va se relever. On le connaît», a affirmé Scalabrini.

Avec un retrait, Ryan Leach s'est amené en relève. Avant la fin de la manche, les Aigles augmentaient leur avance à 9-0 sur un optionnel d'Eric Grabe. À leur tour au bâton, les Capitales se sont finalement inscrits à la marque, grâce à un simple de deux points de Kalian Sams. Le coup sûr du Néerlandais a chassé Matthew Rusch du monticule au profit de Dennis Neal.

Malgré son avance quasi insurmontable, Trois-Rivières n'a pas relâché la cadence, inscrivant deux points supplémentaires en fin de sixième, sur un simple de Mateo et un ballon-sacrifice de Reed Lavallee. Un circuit de Marcus Knecht pour les Capitales a complété la marque.

«Offensivement, même si on n'a pas généré grand-chose, on a eu des bonnes apparitions au bâton. On a vu quelques bonnes choses. Knecht a eu un très bon premier match. Il en reste 99. On va bâtir avec le positif. On va en oublier beaucoup pour essayer de repartir pour vrai, notre vraie saison à la maison, demain [vendredi]», a conclu Scalabrini.

NOTE : La balle du match d'ouverture locale des Capitales sera «livrée» par un parachutiste, au Stade municipal, vendredi.

Nouveau délai pour les Cubains

Appelé en renfort pour pallier l'absence des Cubains,... (Le Nouvelliste, Sylvain Mayer) - image 3.0

Agrandir

Appelé en renfort pour pallier l'absence des Cubains, Cédric Vallières a été blanchi en trois apparitions au bâton. 

Le Nouvelliste, Sylvain Mayer

Nouveau rebondissement dans la saga des trois joueurs cubains des Capitales. Contrairement à ce qui avait été prévu, Yordan Manduley, Yurisbel Gracial et Roel Santos, n'ont pas été autorisés à quitter leur pays en direction du Québec jeudi, en raison d'un nouveau délai administratif.

Attendus à Trois-Rivières où ils devaient s'aligner avec les Capitales en soirée, le trio ne s'est jamais présenté, interdit de quitter Cuba, au grand dam de la direction de l'équipe.

«Michel [Laplante, président] a mis des heures de malade non seulement pour faire venir nos trois Cubains, mais aussi pour faire venir l'équipe nationale cubaine. Il est donc très, très déçu parce qu'il s'était donné comme défi de s'assurer que les gars soient ici pour l'ouverture de la saison», a commenté le gérant Patrick Scalabrini, à quelques heures du premier match opposant les Capitales aux Aigles.

Un sceau d'approbation essentiel aux documents de voyage des trois joueurs serait la cause de ce nouveau retard. L'étampe en question aurait finalement été apposée jeudi après-midi à Cuba et devait permettre aux trois joueurs de prendre un vol en direction du Québec vendredi ou samedi.

Vallières en renfort

Dans l'intervalle, Scalabrini a dû user d'imagination et puiser dans la profondeur de son alignement pour remplacer les absents en vue du match en soirée. Il a d'abord appelé en renfort l'avant-champ Cédric Vallières, qu'il a assigné au deuxième but. Les réservistes Lachlan Fontaine, Scott David et Trevor Gretzky ont quant à eux été respectivement désignés troisième-but, frappeur désigné et champ-gauche.

«Ça nous met un petit peu dans l'embarras. On a été obligés, à la dernière minute, de se revirer de bord et de commencer la saison avec trois recrues dans l'alignement. Ceci dit, admettons que les Cubains manquaient quelques matchs, on en joue quand même 100 dans une saison. S'ils sont là pour les 99 suivants, on va bien vivre avec ça. C'est décevant, parce que des matchs d'ouverture, c'est spécial. On aurait aimé qu'ils vivent ça et qu'on vive ça ensemble, en équipe», a déploré Scalabrini.

Le gérant constate que les démarches visant à amener des joueurs cubains à Québec ont été plus complexes cette saison que la saison dernière, même si le programme en était à sa deuxième année. «On a commencé plus tôt, mais ils ont repoussé le délai à cause de la série contre les Rays. Ils ne voulaient pas nous donner une réponse avant ça, alors ç'a peut-être retardé le processus un petit peu.

«Mais honnêtement, il y a toujours des choses qu'on ne comprend pas trop. Ç'a été extrêmement long, cette année. Mais on voit enfin la lumière au bout du tunnel. En espérant qu'ils soient dans l'avion [vendredi]...»

Scalabrini ne croit pas que la défection en février des frères de Yunieski Gurriel, Lourdes Jr et Yulieski, soit en cause dans les délais ayant marqué les négociations entre les Capitales et les autorités cubaines.

«J'aurais cru que oui, mais le discours qu'ils tiennent à notre endroit a toujours été positif, à savoir que ça n'avait rien à voir avec nous, que notre relation avait toujours été belle, qu'on avait toujours respecté nos engagements. Même qu'ils nous avaient offert Yunieski encore cette année. Si ça avait eu un impact, ils nous auraient enlevé Yuni, ce qui n'a pas été le cas. S'il n'est pas ici, c'est en raison de blessures.»

Partager

À lire aussi

  • La dure journée des Capitales

    Baseball

    La dure journée des Capitales

    Sans jouer, les Capitales ont connu une journée difficile, lundi. Les meneurs de la ligue Can-Am ont perdu leur entraîneur des lanceurs, un voltigeur... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer