La porte s'entrouvre pour Tim Raines

Tim Raines, que l'on voit ci-dessus avec Andre... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Tim Raines, que l'on voit ci-dessus avec Andre Dawson et Vladimir Guerrero en avril 2015 à Montréal, assure que c'est comme joueur des Expos qu'il fera son entrée au Temple de la renommée s'il est élu l'an prochain. Raines a aussi joué pour les White Sox de Chicago, les Yankees de New York, les A's d'Oakland, les Orioles de Baltimore et les Marlins de la Floride.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Frédéric Daigle
La Presse Canadienne
Montréal

Vingt-trois votes. C'est tout ce qu'il manquait à Tim Raines pour faire son entrée au Temple de la renommée du baseball.

Raines a obtenu 307 votes sur les 440 bulletins transmis, pour un taux de 69,8 %, un bond de 14,8 % par rapport à l'an dernier, mais toujours à court des 75 % nécessaires (330 votes). «Je sens que l'an prochain, ce sera mon année», a dit l'ancien voltigeur des Expos d'une voix enjouée au cours d'un entretien téléphonique.

«Mais en même temps, c'est ma dernière, alors c'est mieux de l'être, sinon, je n'irai pas! Mais j'y crois vraiment. De passer de 55 % à près de 70 %, c'est tout un pas de franchi. C'est ma plus importante progression en neuf ans. Souhaitons que cette erre d'aller se poursuive l'an prochain.»

Les membres de l'Association des chroniqueurs de baseball d'Amérique n'ont élu que deux nouveaux membres du Temple de la renommée cette année : Ken Griffey fils et Mike Piazza. Griffey (99,3 %), qui vient au sixième rang de tous les temps avec 630 circuits, l'a fait de brillante façon, fracassant la marque de 98,84 % de votes établie par Tom Seaver, en 1992. Tout premier choix du repêchage de 1987, l'ancien porte-couleurs des Mariners de Seattle, des Reds de Cincinnati et des White Sox de Chicago a conclu sa carrière de 22 saisons avec une moyenne de ,284 et 1836 points produits.

Quant à Piazza (83 %), un des meilleurs receveurs offensifs de tous les temps, il a maintenu une moyenne de ,308 en 16 saisons avec les Dodgers de Los Angeles, les Mets de New York, les Marlins de la Floride, les Padres de San Diego et les Athletics d'Oakland.

Statistiques folles!

À sa neuvième et avant-dernière année d'éligibilité, Raines a bénéficié au cours des derniers mois de toute une cabale dans les médias et sur les réseaux sociaux. Il a reçu l'appui de plusieurs journalistes de renom couvrant les activités du baseball majeur, en plus de personnalités comme Larry King, le célèbre animateur de CNN.

«Je n'ai pris connaissance que récemment de tout ce qui a été écrit pour mousser ma candidature. Ça m'a touché. Espérons que tout ce battage me permettra de récolter les 23 votes qui me manquent l'an prochain!

«Mais je suis conscient qu'il s'agit d'un long processus. Le Temple de la renommée du baseball est l'un des plus difficiles d'accès du sport professionnel. Je crois en ce processus serré. Regardez Andre [Dawson] : ça a pris 12 ou 13 ans avant qu'il n'y soit admis. Je ne pense pas qu'on me fasse attendre mon tour plus qu'un autre. Comme j'ai dit, c'est un processus et de la façon dont les choses se sont produites jusqu'ici, je pense que j'ai une chance légitime d'y être admis au dernier instant.»

Ryan Spaeder, journaliste et analyste statistique, a mis de l'avant plusieurs statistiques éloquentes pour aider Raines. Il a notamment relevé qu'il est le seul joueur à avoir frappé au moins 100 triples et 150 circuits tout en volant plus de 600 buts et qu'il a le meilleur taux de réussite en tentative de vol (84,7 %) parmi tous les joueurs en ayant tenté au moins 400. Ou encore que son WAR (Wins Above Replacement, une façon de calculer le nombre de victoires supplémentaires qu'un joueur a apportées à l'équipe en comparaison avec un substitut) de 69,1 en carrière est supérieur à 15 voltigeurs de gauche déjà admis à Cooperstown.

«Je ne savais rien de tout ça! J'ai lu des statistiques au cours des deux ou trois derniers jours qui sont complètement folles! Je n'ai jamais été un gars de stats. J'ai joué chaque jour sans m'en soucier, seulement en tentant de donner le meilleur de moi-même. Parfois, je me dis : "Mais où donc ont-ils trouvé tout ça?"»

Si tout ça le mène à Cooperstown, Raines n'hésite pas une seconde : c'est la casquette des Expos qui ornera sa plaque.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer