Le président des Jays affronte les médias torontois

Assailli de questions par les journalistes, le nouveau... (La Presse Canadienne, Nathan Denette)

Agrandir

Assailli de questions par les journalistes, le nouveau président et chef de la direction des Blue Jays, Mark Shapiro, est resté muet sur les raisons qui ont mené Alex Anthopoulos à quitter l'organisation.

La Presse Canadienne, Nathan Denette

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Toronto

Mark Shapiro a affronté pour une première fois les médias torontois à sa première journée comme président et chef de la direction des Blue Jays de Toronto, lundi.

Assailli de questions sur le départ d'Alex Anthopoulos, il est resté muet sur les raisons qui ont amené l'ancien directeur général à prendre une nouvelle voie. «Ce n'est pas la transition que j'envisageais, a concédé Shapiro, 48 ans. J'anticipais ma première conférence de presse autrement.»

Shapiro a été professionnel pendant 45 minutes parfois inconfortables, aidé d'une bonhomie et d'une présentation soignée. Il a d'abord annoncé que Tony LaCava va remplacer Anthopoulos par intérim, en plus de confirmer que John Gibbons sera de retour comme gérant des Blue Jays en 2016.

Parlant d'une «période extrêmement excitante» pour se joindre au club torontois, Shapiro a dit qu'il ferait honneur à la passion qu'avait l'ancien président Paul Beeston, qui est maintenant à la retraite.

Il reste que les questions portaient surtout sur la décision surprise d'Anthopoulos, qui a refusé une nouvelle offre après avoir bâti une équipe qui est passée à deux gains de se rendre en Série mondiale.

Visions contraires?

Anthopoulos aurait pu voir son pacte prolongé de cinq ans. Certains ont évoqué une vision contraire à celle du nouveau président, mais le Montréalais de 38 ans s'est limité à dire que le partenariat ne convenait plus et que la décision venait seulement de lui.

Shapiro s'est d'ailleurs dit déçu et surpris qu'Anthopoulos prenne la décision de partir. «J'espérais sincèrement avoir la chance d'apprendre à ses côtés, a t-il mentionné. Cela dit, il a pleinement mérité le droit d'aller dans une autre direction, et je respecte ça. Nous devons maintenant aller de l'avant.»

Le populaire Anthopoulos a fait passer aux Jays l'arrêt-court Troy Tulowitzki et le lanceur David Price, ce qui a aidé l'équipe à se qualifier en séries pour la première fois en 22 ans.

Des échos ont laissé planer que Shapiro était mécontent qu'Anthopoulos ait cédé plusieurs espoirs à la date limite des échanges. Shapiro n'a pas donné de validité aux articles laissant croire qu'il l'a vertement critiqué pour ces gestes, mais il a dit que des questions à long terme émergent à la suite de ce genre de transactions.

«Il y a un équilibre à trouver dans chaque décision, a dit Shapiro. Le rapport entre risque et récompense, entre le court terme et le long terme. Dans l'immédiat, il a été clair que l'impact a été très, très positif. Mais en même temps, les défis créés par ces échanges doivent être intégrés à une stratégie à long terme.» Shapiro travaillait pour les Indians de Cleveland depuis 1992, dont les cinq dernières années comme président.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer