Le peloton d'exécution des Mets

Avec l'aide du receveur Travis D'Arnaud (à l'extrême... (AP, Julie Jacobson)

Agrandir

Avec l'aide du receveur Travis D'Arnaud (à l'extrême droite), les lanceurs Steven Matz, Jacob deGrom et Matt Harvey forment l'intimidant bataillon des Mets de New York. Noah Syndergaard, absent sur la photo, complète le quatuor.

AP, Julie Jacobson

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
Kansas City

Tout spectateur qui est arrivé un peu en avance à un match des Mets de New York cette saison a probablement assisté à «La Marche».

Avant chaque rencontre, Matt Harvey, Jacob deGrom ou une autre étoile montante quitte l'enclos des releveurs après le traditionnel échauffement d'avant-match, en compagnie de l'instructeur des lanceurs Dan Warthen - et du reste de l'intimidante rotation des Mets tout juste derrière. Pour les frappeurs adverses, c'est devenu une marche vers le peloton d'exécution.

Optant pour une rotation à quatre jeunes partants tout au long du mois d'octobre, les puissants lanceurs des Mets sont prêts à exploiter leur arsenal pour vaincre les Royals de Kansas City lors de la 111e Série mondiale. Le premier duel sera présenté mardi soir au Kauffman Stadium, et il opposera Harvey à Edinson Volquez.

«Je ne crois pas que nous ayons pris le temps de nous asseoir et de réaliser ce que nous avons accompli collectivement», a déclaré Harvey, lundi. «En ce moment, nous pensons à l'équipe et à notre prochaine victoire.»

Les «Quatre Fantastiques» des Mets ont connu plus de hauts que de bas sous la pression lors de leurs premières séries éliminatoires. Démontrant du sang-froid, de l'intelligence et beaucoup de ténacité, ils ont déjà permis aux Mets de décrocher leur premier titre dans la Ligue nationale en 15 ans.

Ils veulent maintenant compléter le boulot. «Nous avons l'objectif de gagner cette dernière série», a lancé Steven Matz, un autre jeune lanceur de la rotation new-yorkaise. «Il reste du pain sur la planche», a ajouté deGrom.

DeGrom, la recrue par excellence de la Nationale l'an dernier, sera au monticule pour le deuxième match contre l'énigmatique nouveau venu des Royals, Johnny Cueto. Après avoir obtenu 14 victoires cette saison, deGrom a présenté une fiche de 3-0 avec une moyenne de points mérités de 1,80 en trois matchs éliminatoires.

Recrues au front

Lorsque la série se transportera au Citi Field, les Mets enverront successivement Noah Syndergaard et Matz au monticule - ils deviendront alors la première équipe depuis les Marlins de la Floride en 1997 à envoyer deux recrues (Livan Hernandez et Tony Saunders) sur la butte en Série mondiale, selon le bureau de statistiques STATS.

«Nous comptons sur quatre gars qui peuvent légitimement lancer lors du match no 1», a déclaré le capitaine des Mets, David Wright. «Peut-être pas Steve à cause de l'expérience, mais on pourrait s'en remettre au hasard pour envoyer un des trois autres gars au monticule pour le match no 1.»

Les Royals se dresseront toutefois en travers de leur route. Ils sont passés très près de l'emporter l'an dernier, après s'être inclinés à domicile lors du septième match contre Madison Bumgarner et les Giants de San Francisco, alors qu'ils avaient le point égalisateur à 90 pieds du marbre.

«C'est assez difficile à avaler. Ça va nous rester à la mémoire très longtemps», a confié le joueur de troisième but des Royals, Mike Moustakas. «Je crois que la seule façon de tourner la page, c'est de sauter sur le terrain et de les battre.»

Daniel Murphy, le nouveau M. Octobre

Daniel Murphy a frappé une solide flèche avant de demander au lanceur de l'entraînement au bâton d'envoyer une balle à l'extérieur. «S'il-te-plaît», a ajouté le joueur des Mets de New York, poliment. Murphy a expédié le lancer suivant dans les gradins du champ droit au Kauffman Stadium. Et ça semble aussi facile pendant les matchs.

Jusqu'ici, Murphy a invité plusieurs des meilleurs lanceurs du baseball à son festival offensif du mois d'octobre - Clayton Kershaw, Zack Greinke et Jake Arrieta entre autres.

Maintenant, les Royals de Kansas City espèrent gâcher la fête. Murphy a claqué un circuit dans six matchs consécutifs, un record des majeures. Il tentera d'ajouter Edison Volquez et les Royals à sa liste, à compter de mardi, lors du premier match de la Série mondiale.

Murphy a frappé 14 circuits pendant la saison régulière avant d'en ajouter sept au cours des deux premières rondes des séries contre les Dodgers de Los Angeles et les Cubs de Chicago. Il est à une longue balle d'égaler la marque pour le plus de circuits en un seul parcours éliminatoire, partagé par Barry Bond, Carlos Beltran et Nelson Cruz.

«Superman? Oh, non, non, a-t-il commenté. Seulement un joueur de deuxième but qui essaie de choisir le meilleur tir à frapper.»

Pour l'entraîneur des lanceurs des Royals, Dave Eiland, il s'agit de la clé du succès de Murphy. «Il obtient beaucoup de bons lancers à frapper et il ne les rate pas, a-t-il analysé. Il est directement dessus.»

Eiland a aussi remarqué quelque chose d'autre. «Il semble très confortable dans le rectangle du frappeur - et je ne dirai rien de plus», a-t-il lancé.

Mis au courant des propos de Eiland, le lanceur des Royals, Kris Medlen, a rigolé. «Personne ne va atteindre personne, a-t-il expliqué. Mais il y a des moyens d'éloigner les gars. À l'intérieur, à l'extérieur, il faut le mêler.»

«Il frappe tout»

Medlen a noté que la semaine dernière, contre les Cubs, Murphy s'est élancé sur un tir en dessous des genoux et a claqué une longue balle. C'était le deuxième tir le plus bas à se retrouver de l'autre côté de la clôture, cette année. «Il frappe tout», a dit Medlen.

Murphy a mérité le titre de joueur le plus utile dans la série de championnat contre les Cubs, conservant une fiche de 9 en 17. Au total, il montre une moyenne au bâton de ,421 à sa première participation aux séries éliminatoires avec 11 points produits et 11 points marqués en neuf rencontres. En plus de ses circuits, il a amassé deux doubles, un but sur balles et a été retiré sur des prises à six occasions. 

Reconnu comme un bon frappeur tout au long de sa carrière, Murphy a apporté quelques ajustements mécaniques à son élan pour déployer plus de puissance. 

Les résultats que l'on peut observer en octobre, cependant, sont bien au-delà de ce que n'importe quel observateur aurait pu imaginer. Après avoir cogné 62 circuits en 3354 présences au bâton, il a claqué sept longues balles en 38 visites dans le rectangle des frappeurs dans les séries pour devenir le nouveau M. Octobre de New York. 

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer