Les Royals malmènent Dickey

Le gérant John Gibbons (au centre) et ses... (AP, Charlie Riedel)

Agrandir

Le gérant John Gibbons (au centre) et ses Blue Jays se retrouvent au bord de l'élimination après une défaite de 14-2 lors du quatrième match de leur série contre les Royals, mardi, à Toronto.

AP, Charlie Riedel

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Toronto

Lorenzo Cain a produit trois points avec deux simples alors que les Royals de Kansas City ont pulvérisé les Blue Jays de Toronto 14-2, mardi, prenant ainsi l'avance 3-1 dans la série de championnat de la Ligue américaine.

Cain a aussi volé un but. En incluant l'an dernier, le voltigeur de centre a logé la balle en lieu sûr à ses 13 derniers matchs en séries. Alex Rios et Ben Zobrist ont frappé des circuits pour les Royals, qui sont à une victoire de demeurer les champions en titre de la Ligue américaine.

Le premier frappeur, Alcides Escobar, a frappé deux ballons sacrifices et un simple de deux points. L'arrêt-court du Venezuela domine les clubs restants avec 15 coups sûrs lors des présentes séries.

Au grand dam des 49 501 spectateurs, les Royals ont pris les devants 5-0 après seulement deux manches, résultat des largesses de R. A. Dickey. Ce dernier a été chassé après une manche et deux tiers, ayant permis cinq points, quatre coups sûrs et deux buts sur balles. «Sa balle papillon m'a semblé avoir beaucoup de mouvement. C'est au niveau de la précision de ses tirs que ça ne fonctionnait pas du tout», a dit Gibbons.

La première manche a été un cauchemar pour les Blue Jays et leurs partisans, les Royals y inscrivant quatre points, dont un sur une balle passée au dossier de Russell Martin.

À la suite de la mauvaise sortie de Dickey, Liam Hendriks a été superbe pendant quatre manches et un tiers, limitant l'adversaire à un simple de Rios.

Le lanceur partant des Royals, Chris Young, a permis deux points et trois coups sûrs en quatre manches et deux tiers. Il a retiré quatre frappeurs au bâton.

Limités à sept coups sûrs

Pour l'ensemble du match, les hommes de Gibbons ont été limités à sept coups sûrs, incluant deux simples de Ben Revere.

Le cinquième match sera présenté mercredi, encore une fois au Rogers Centre, encore une fois à 16h. «Un match qu'on ne peut pas se permettre de perdre, mais les gars sont habitués à ce genre de pression», a dit le gérant des Blue Jays, John Gibbons. «Ils vont laisser le reste derrière eux et ils vont être prêts.»

Marco Estrada sera confronté à Edinson Volquez. Un gain des Torontois voudrait dire que la série se poursuivrait au Missouri.

Les Jays ont échappé leurs deux premiers matchs contre le Texas au tour précédent. Après avoir fait tourner le vent, ils ont été battus deux fois au Kauffman Stadium avant de signer un gain de 11-8, lundi.

Les Blue Jays tenteront maintenant de devenir la troisième équipe à effacer deux retards de 0-2 en séries éliminatoires la même année. Les Royals l'ont réussi en 1985, quatre ans après les Dodgers de Los Angeles.

Un an après sa désillusion contre les Giants... (PHOTO CHARLIE RIEDEL, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS) - image 2.0

Agrandir

Un an après sa désillusion contre les Giants de San Francisco lors de la Série mondiale de 2014 et 30 ans après le seul sacre de leur histoire (1985), les Royals peuvent enfin décrocher le titre suprême.

PHOTO CHARLIE RIEDEL, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Kansas City accuse les Jays de voler les signaux

Les Royals de Kansas City croient que l'avantage du terrain pour les Blue Jays de Toronto se veut davantage qu'une salle comble et bruyante. Le lanceur Edinson Volquez a déclaré avant le quatrième match de la série de championnat de l'Américaine, mardi, que son coéquipier Johnny Cueto croit que les Jays utilisent un «espion» positionné dans les estrades du champ centre pour voler des signaux.

Cueto a été rapidement chassé de la rencontre remportée 11-8 par les Blue Jays, lundi, ayant alloué huit points sur six coups sûrs en seulement deux manches de travail.

«Il a dit - je crois que c'était [lundi soir] - qu'ils ont un gars dans le champ centre», a déclaré Volquez, qui doit commencer le cinquième match, mercredi. «Vous voyez comme c'est difficile à faire. Il regarde vers le champ centre et il dit voir un gars faire ceci ou cela, mais c'est très difficile à faire. Puis, quand un coureur atteint le deuxième, il a aussi dit quelque chose à ce sujet, qu'il transmet les signaux aux frappeurs.»

Volquez semblait loin d'être convaincu que les Jays utilisent quelqu'un posté au champ centre pour relayer les signaux de l'adversaire. Il a répété qu'il ne savait pas si les propos de Cueto étaient vrais et que c'est la responsabilité du lanceur de rendre difficile la lecture des signaux du receveur.

«Vous devez cacher la balle et avoir une meilleure communication avec le receveur qui vous donne les signaux quand vous lancez. Il n'y a pas de problème là. Nous n'avons qu'à mieux cacher la balle et donner plusieurs signaux pour camoufler ce qu'on veut faire.»

Le commissaire du baseball majeur, Rob Manfred, a réagi aux propos de Cueto quelques heures après que Volquez eut parlé aux médias. «De voler des signaux est souvent prétendu, mais rarement prouvé au baseball», a-t-il rappelé. «Je n'en dirai pas davantage.»

Pas une première

Il ne s'agit pas de la première fois que les Jays sont accusés de voler les signaux adverses. En août 2011, un article d'ESPN the Magazine citait des joueurs anonymes d'une équipe non spécifiée se plaignant d'une taupe assise à la droite de la section réservée aux caméras de télévision au champ centre.

Cet article faisait aussi référence à une altercation verbale entre le frappeur de puissance des Jays Jose Bautista et un releveur des White Sox de Chicago non identifié en avril 2010 au cours duquel le releveur a crié : «Nous savons ce que vous faites», référant à un homme vêtu de blanc. Il a averti les Jays que s'ils volaient de nouveau des signaux, il allait viser la tête des frappeurs.

Mardi, Volquez a dit que les rumeurs au sujet des Jays circulaient toujours. «C'est ce que j'entends, a-t-il déclaré. La plupart des clubs qui viennent ici - nous avons beaucoup d'amis au sein de différentes équipes - disent toujours cela, qu'ils volent des signaux ou quelque chose du genre. Mais ne partez pas en peur avec cela : je veux juste lancer mon propre match.»

Les Blue Jays ont conservé un dossier de 53-28 au Rogers Centre cette saison, mais seulement 40-41 sur la route.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer