Jays-Royals: des étincelles à prévoir

Les Royals et les Blue Jays ont une... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Les Royals et les Blue Jays ont une rivalité bien vivante, alors que les abris se sont vidés deux fois lors d'un match à Toronto plus tôt cette saison.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
Kansas City

La série de championnat de la Ligue américaine entre les Royals de Kansas City et les Blue Jays de Toronto promet des feux d'artifice. Et pas seulement parce qu'une équipe compte sur des bras puissants et l'autre des frappeurs puissants.

Les Royals et les Blue Jays ont une rivalité bien vivante, alors que les abris se sont vidés deux fois lors d'un match à Toronto plus tôt cette saison. Et si les deux équipes ont dit que tout avait été oublié, l'ambiance des séries a tendance à rendre les joueurs plus susceptibles et il pourrait donc y avoir des étincelles lors du premier match, vendredi (19h30).

«C'est derrière nous. Nous sommes passés à autre chose», a dit le lanceur des Royals Edinson Volquez (13-9), qui sera le partant lors du premier match et qui avait été l'instigateur des événements en août.

Volquez avait lancé un peu trop à l'intérieur au goût des joueurs des Blue Jays, ce qui avait mené à quelques débordements. Après le match, il avait qualifié l'étoile des Blue Jays Josh Donaldson de «petit bébé» pour s'être plaint des tirs à l'intérieur.

Quand on lui a demandé s'il allait à nouveau viser à l'intérieur vendredi, Volquez a répondu : «Bien sûr.» Le gérant des Royals, Ned Yost, a eu besoin d'un seul mot pour répondre à la même question : «Absolument.» Même si ça mène à d'autres débordements.

«Je ne vois pas dans l'avenir. Je ne sais pas si ça va causer des problèmes», a dit Yost. «Mais nous allons être agressifs au monticule. Ils ont de la puissance au bâton et nous allons devoir avoir un bon plan de match.»

Du côté des Blue Jays, Marco Estrada (13-9) sera le partant vendredi. David Price sera sur la butte pour le deuxième match, puis Marcus Stroman et finalement R.A. Dickey pour le quatrième match.

Des équipes sur mesure pour leur stade

Les deux équipes se sont affrontées une seule fois en série de championnat, quand les Royals ont effacé un retard de 1-3 en 1985 avant d'éliminer les Jays. Les deux derniers matchs avaient eu lieu à Toronto et les Royals avaient ensuite profité de leur élan pour vaincre les Cardinals de St. Louis en Série mondiale.

Cette série-là avait aussi été marquée par les émotions. «Je pense qu'il y a autant de moments dramatiques parce que ce sont les séries éliminatoires», a dit l'arrêt-court des Blue Jays Troy Tulowitzki.

Un peu comme en 1985, les Royals se fient à de bons lanceurs et à une défensive impeccable. «Une bonne raison de leurs succès vient du fait qu'ils attrapent beaucoup de balles, plus que leurs adversaires le peuvent parce que le champ extérieur est très vaste», a expliqué le gérant des Blue Jays, John Gibbons, un ancien adjoint avec les Royals. «Notre équipe est construite différemment. Et c'est aussi dû au stade dans lequel nous jouons.»

Les Blue Jays jouent effectivement dans un stade plus favorable aux frappeurs, comme leurs 232 circuits en saison régulière - un sommet dans les majeures - le prouvent.

C'est pour cette raison que les Royals vont tenter des tirs à l'intérieur face aux Blue Jays et pourquoi il pourrait y avoir des étincelles au cours de la série au meilleur de sept rencontres.

«Nous savons que les Blue Jays représentent une meilleure équipe que les Astros de Houston. Ils comptent sur plus de vétérans et de frappeurs de puissance», a noté Volquez. «Nous allons devoir jouer notre style de baseball, suivre notre plan de match, et tenter du mieux possible de l'emporter.»

Josh Donaldson s'était fait qualifier après le match... (Photothèque Le Soleil) - image 2.0

Agrandir

Josh Donaldson s'était fait qualifier après le match du 2 août de «petit bébé» par le lanceur Edinson Volquez pour s'être plaint des tirs à l'intérieur.

Photothèque Le Soleil

Les Mets rejoignent les Cubs en finale

Daniel Murphy a volé le troisième but avant de marquer le point égalisateur, il a ensuite cogné un circuit aux dépens de Zack Greinke et il a aidé les Mets de New York à vaincre les Dodgers 3-2, jeudi à Los Angeles. Les Mets rejoignent donc les Cubs de Chicago en Série de championnat de la Ligue nationale. Les Mets accusaient un retard de 2-1 dans le match décisif de la série au meilleur de cinq parties face aux Dodgers quand Murphy a pu filer vers le troisième coussin après avoir atteint le deuxième sur un but sur balles à Lucas Duda, puisque personne ne couvrait sa destination en raison d'une défensive spéciale. Travis d'Arnaud a suivi avec un ballon-sacrifice et Murphy a brisé l'égalité avec un circuit en sixième manche.

Jacob deGrom a permis à des coureurs d'atteindre les sentiers lors de chacune de ses six manches de travail, mais il a accordé seulement deux points. Noah Syndergaard a oeuvré en septième et Jeurys Familia a provoqué les six derniers retraits pour fermer les livres. Malgré une masse salariale record de 289 millions $US, les Dodgers n'ont toujours pas gagné la Série mondiale depuis 1988. Andre Ethier a même enguirlandé le gérant des Dodgers Don Mattingly dans l'abri en troisième manche. 

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer