• Le Soleil > 
  • Sports > 
  • Baseball 
  • > Scalabrini et Laplante félicitent leurs rivaux et amis de Trois-Rivières 

Scalabrini et Laplante félicitent leurs rivaux et amis de Trois-Rivières

Les Aigles sont devenus la deuxième équipe québécoise... (Courtoisie de Jakub Deptula)

Agrandir

Les Aigles sont devenus la deuxième équipe québécoise à remporter le trophée Arthur E. Ford après les Capitales

Courtoisie de Jakub Deptula

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Malgré la rivalité qui les oppose sur le terrain, les Capitales de Québec se réjouissaient de la conquête du championnat de la ligue Can-Am par les Aigles de Trois-Rivières, dimanche. «Ils étaient mon deuxième choix... après nous», disait le gérant Patrick Scalabrini au lendemain de la conquête trifluvienne.

Les Aigles sont ainsi devenus la deuxième équipe québécoise à remporter le trophée Arthur E. Ford après les Capitales, champions à six reprises depuis 2006. Ils l'ont fait à leur troisième saison d'existence, les Capitales ayant attendu à leur septième campagne pour sabrer le champagne.

«Il y eu un impact populaire en ville, ils ont sûrement gagné de nouveaux partisans. Et pour ce qui est du recrutement, ça va aider Pete [Pierre-Luc Laforest]. J'ai souvent réussi à attirer des joueurs à Québec parce qu'ils savaient qu'on avait remporté le championnat, qu'ils voulaient en gagner un avec nous. Ce sera la même chose à Trois-Rivières», ajoutait Scalabrini, qui dirige les Capitales depuis six ans.

Il y a un mois, Scalabrini n'aurait cependant pas parié sur une victoire des Aigles. À ce moment, les Boulders de Rockland formaient l'équipe à battre, mais le gérant Laforest a pris les choses en main et les Aigles ont pris leur envol.

«Ils ont eu une drôle de saison, même qu'à un moment, on pensait qu'Ottawa ferait les séries et non pas les Aigles. Ils se sont battus jusqu'à la fin pour entrer dans les séries sur un élan qui s'est poursuivi jusqu'en finale. Ils ont gagné deux matchs décisifs, ce n'est pas rien. Je suis content pour Pierre-Luc, Max Poulin, Matthew Rusch, etc.»

Même son de cloche chez le président des Capitales, Michel Laplante, l'un des premiers croyants à la viabilité du baseball à Trois-Rivières. Dimanche, il était un partisan des Aigles!

«Je ne demandais pas à tous nos fans d'en faire autant, mais depuis notre élimination, je prenais pour les Aigles et j'espérais qu'ils l'emportent. Nous sommes des rivaux sur le terrain, mais dans les bureaux administratifs, nous avons un objectif commun qui est de promouvoir le baseball au Québec», indiquait Laplante.

Le mot va se passer

L'ancien gérant, qui a savouré deux titres à la barre de l'équipe en 2006 et 2009, sait que la victoire des Aigles dépassera les limites territoriales de la Mauricie.

«Le mot va se passer, comme ça avait été le cas avec nous. Déjà, on sait dans l'Est des États-Unis que les Aigles sont champions, même chose dans l'Association américaine. Pete va le remarquer, ce ne sera plus pareil. Même chose à Trois-Rivières, où l'on me disait qu'il s'agissait d'une ville qui misait sur la tradition gagnante. Cette victoire devrait les propulser à un autre niveau», ajoutait celui qui a envoyé des messages textes de félicitations à Laforest et aux dirigeants des Aigles.

Les Capitales tiennent une activité avec leurs partenaires, mardi, afin de les remercier de leur appui. Le président doit attendre la fin de la saison de baseball junior pour tracer le bilan de la saison 2015, puisque les Capitales chapeautent toujours les Diamants.

«Une année comme on vient de passer, on en prendrait n'importe quand. Le signal est plus positif que jamais, la terrasse est de plus en plus populaire. Même si ça fait deux ans qu'on ne gagne pas [le championnat], on se sent appuyés par les gens de Québec.»

Vallières dans les plans pour 2016

Patrick Scalabrini n'a pas l'intention de modifier sa façon de bâtir son prochain alignement même si les champions de la ligue Can-Am évoluent dans le marché le plus rapproché de Québec! En fait, l'arrivée de Trois-Rivières et d'Ottawa le forçait déjà à être plus créatif, notamment au niveau des joueurs québécois et canadiens.

«Nous avons deux gros compétiteurs dans les pattes et ça nous en vole quelques-uns, mais ce n'est pas comme s'il y avait une tonne de joueurs disponibles. Parmi ceux que je veux revoir l'an prochain, il y a Cédrick Vallières, qui pense à jouer une autre saison. [Joash] Brodin a manifesté le désir de revenir, et s'il voulait le faire, tout comme [Kalian] Sams, j'aurais six vétérans sous la main pour quatre postes et je ne me berce pas d'illusions quant à la possibilité qu'on augmente le nombre de vétérans à cinq comme dans l'Association américaine. Après notre dernier match, j'ai dit à ceux qui avaient le goût de revenir de me le dire, et après, je déciderai qui je veux revoir...»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer